Bijoux

Sertis dans des bagues, boucles d’oreilles, bracelets, colliers, pendentifs, broches ou épingles, l’éclat de ces gemmes se révèle dans les ventes aux enchères en ligne de bijoux et pierres précieuses.
Tiffany’s, Cartier, Boucheron, Dior, Chaumet, Van Cleef & Arpels, Harry Winston ! … ces marques de luxe font rêver et “Diamonds are a girl’s best Friend” (Les diamants sont les meilleurs amis d’une femme) comme chantait Marylin Monroe. Emeraudes, saphirs et rubis le sont aussi.
Si les diamants sont éternels, colliers de perles et sautoirs s’offrent aujourd’hui dans ces ventes Live et ventes online lors d’enchères luxe de Bijoux & Pierres précieuses, et tout particulièrement les perles fines de plus en plus rares, qu’il s’agisse de créations de joailliers ou de bijoux vintage.
Ces billes nacrées aux irisations crémeuses et rosées le disputent aux pierres fines : améthystes pourpres, aigues-marines bleu lagon, grenats couleur rouge sang, pierre de lune azurées et opales iridescentes. Mais sur Drouot.com les ventes aux enchères de joaillerie ne font pas seulement le bonheur des dames. Allure et parure se conjuguent aussi au masculin, notamment avec d’élégants boutons de manchette. Retrouvez sur Drouot.com les plus belles ventes aux enchères en ligne de bijoux à Paris, dans toute la France et à l’étranger (Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Suisse, Etats-Unis, etc.)

Voir plus

Lots recommandés

Toute personne souhaitant participer aux enchères sur ce lot devra s’enregistrer auprès de la Maison de Ventes et procéder jusqu’à 72 heures avant la vente à une consignation à hauteur de 20 000 euros. Ce dépôt d’avance doit être effectué par virement bancaire ou via notre site internet (page paiement/dépôt d’avance en ligne). Aucune enchère live ne sera prise en compte pour ce lot ; seules les personnes enregistrées au préalable seront habilitées pour enchérir par téléphone. LE PHO (1907-2001) Femme aux oeillets Gouache sur soie collée sur carton. Signée en lettres latines Le Pho et deux caractères chinois et portant le cachet de l'artiste en haut à droite, titre de l'oeuvre et n° 8 écrits au crayon sur le dos. 64,1 x 44,9 cm. (Quelques rousseurs). Certificat de Monsieur Alain Le Kim, ayant droit du peintre Le Pho, en date du 9 mai 2022. Provenance : Acquis lors des expositions de Le Pho à Casablanca en 1942. Puis par descendance jusqu'à l'actuel propriétaire. Collection privée bordelaise. La première période de création de Le Pho commence lors de ses études à l'École des Beaux-Arts d'Hanoï (1925-1930). Il fait la connaissance de Victor Tardieu (1870-1937), professeur et directeur de l'institution, qui l'influencera durablement. Au début des années 30, Le Pho utilise une nouvelle technique : l'encre et la gouache sur soie marouflée sur carton. Il maîtrisera parfaitement cette technique et trouvera rapidement ses propres styles et sujets. Les élégantes femmes tonkinoises et les fleurs sont l'un des sujets le plus représentatif de sa première période de création (fin des années 20 à 1945). Notre peinture est clairement une oeuvre représentative de l'apogée de sa première période. Une gracieuse femme assise devant les rideaux fluides, tenant des oeillets, le visage fin, la robe traditionnelle (ao dai) verte, un bracelet en jadéite, etc, sont peints dans des tons subtils. Le Pho était également un grand connaisseur des fleurs, il les reproduisait quasiment dans chaque oeuvre, que ce soit dans des vases ou des jardinières ou dans la nature entourant des personnages. Ses oeuvres maintiennent un équilibre délicat entre vision scientifique et conception artistique, qui n'est pas monotone, mais pleine d'émotion. Cette oeuvre a été commandée spécialement pour ses deux expositions à Casablanca en 1942. Elle porte son titre et N° 8 sur le dos, ainsi que les indications concernant la création de l'oeuvre, écrites par l'artiste lui-même. Lot présenté par Madame Qinghua Yin, Philippe Delalande expertise, expert en Art d'Asie.

Estim. 70 000 - 100 000 EUR

RARE PETIT URNIER EN AGATE MONTÉ EN OR DANS LA MANIÈRE DE LA FAMILLE MISERONI, L'AGATE POSSIBLEMENT ANCIENNE MAIS Taillée AU 17e SIÈCLE le corps en forme de "U" avec des bandes cannelées et sculptées avec des feuilles d'acanthe, le couvercle sculpté avec un collier de pétales et une bande de torsion en spirale avec un fleuron en or, la tige avec un collier lobé sur un pied étendu (détaché) avec un bord en or 6.4cm de haut Provenance Alfred de Rothschild (1842-1918) Chambre à coucher no.12 dans le cabinet d'exposition, Halton House, Buckinghamshire Lionel de Rothschild (1882-1942) Edmund de Rothschild (1916-2009) The Trustees of Exbury House Literature Rothschild Archive, Londres, Manuscript : 000/174/C/3, Christie, Manson & Woods Probate Valuation of 'The Estate of Alfred C. de Rothschild, Esq. C.V.O. décédé, Halton House Tring'. 1918. Répertorié comme 'Un petit vase et son couvercle sculpté en onyx strié monté avec des pieds en or £5.0.0.'. Note du catalogue La décoration et la forme rappellent les œuvres en agate de la famille Miseroni, importants joailliers et tailleurs de pierres précieuses de Milan. Ils étaient spécialisés dans la sculpture du cristal de roche et des pierres dures et ont acquis une reconnaissance internationale au milieu du XVIe siècle. Le patronage impérial des Habsbourg a incité l'atelier à se réinstaller à Prague en 1588, où il a prospéré jusqu'en 1684. Girolamo et son frère Gasparo entrent au service de Cosimo I de' Medici. Giulio travaille en Espagne à partir de 1582 et Ottavio travaille à partir de 1588 à la cour de Rodolphe II à Prague. Son fils Dionysio lui succède et devient gardien du trésor impérial au château de Prague. Pour une urne en agate apparentée attribuée à Gasparo Miseroni, voir le Museo del Prado, Tesoro del Delfin, inv. O000015.

Estim. 1 000 - 1 500 GBP