Arts décoratifs

Pour transformer son intérieur, les ventes aux enchères en ligne d’objet d’art proposent des objets usuels finement ornementés en bronze, bois, céramique, verre, métal, nacre, écaille, ivoire, textile, etc.
“Quand on ne peut pas changer le monde, il faut changer le décor ”, écrit Daniel Pennac. Les ventes online d’Arts décoratifs rassemblent des objets de décoration produits par des artisans d’art bronziers, ébénistes, céramistes, verriers, orfèvres et tapissiers : des cadres anciens et modernes, des coffrets et des boîtes, des miroirs, des vases, des objets de vitrine, des tapis et des tapisseries.
L’ornement triomphe dans ces miroirs en bois sculpté et doré dans ces vases en verre d’Emile Gallé, de Lalique et de Daum et dans les textiles imprimés de William Morris.
Art Nouveau, Art Déco, Arts and Craft conjuguent le beau et l’utile dans ces ventes aux enchères d’Arts décoratifs, jusqu’au design contemporain.
Le saviez-vous ? L’un des ancêtres du coffret à bijoux n’est autre que la châsse, grand coffret en pierre, en bois ou en métal richement orné, qui renferme la dépouille ou les reliques d'un saint.
Retrouvez sur Drouot.com les plus belles ventes live d’arts décoratifs à Paris, dans toute la France et à l’étranger (Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Suisse, Etats-Unis, etc.)

Voir plus

Lots recommandés

Attribué à Marc ARCIS (1655-1739) - Mars Terre cuite. H : 37 cm (Restaurations). OEuvres en rapport : - Marc Arcis, Zéphir, maquette en terre cuite, H. 36 cm, Toulouse, musée des Augustins, n°inv. 49 6 68. - Marc Arcis, Flore, maquette en terre cuite, H. 33 cm, Toulouse, musée des Augustins, n°inv. 49 6 69 - Marc Arcis, Diane à la biche, maquette en terre cuite, H. 42 cm, Toulouse, musée des Augustins , n°inv.49 6 67 Littérature en rapport : - J. Penent, «Les travaux de Marc Arcis et d'Antoine Rivalz au château de La Réole au XVIIIe siècle», L'AUTA, février 1990, n° 553, p. 37 - F. Sartre, La sculpture toulousaine dans la première partie du XVIIIe siècle, Mémoire de la Société archéologique du Midi de la France, pp.165-194 La carrière de Marc Arcis s'inscrit principalement entre Toulouse et Versailles. Élève du peintre Jean-Pierre Rivaltz (1625-1706), il côtoie dans son important atelier toulousain les peintres Raymond Lafage (1656-1684) et Antoine Rivaltz (1667-1735). Les trois élèves deviennent les acteurs majeurs de la vie artistique dans la ville rose durant le règne de Louis XIV. Au début des années 1680, Arcis se rend à Paris et l'on retrouve ses travaux à l'église de la Sorbonne mais surtout à Versailles où il sculpte des termes, des vases, des trophées, des masques et divers ornements. Il est reçu membre de l'Académie royale de peinture et de sculpture en 1684. Son morceau de réception, un médaillon figurant Saint Marc, est aujourd'hui conservé dans l'église Notre-Dame de Versailles. De retour à Toulouse, sa renommée faite, il entreprend de nombreux chantiers à l'Hôtel de Ville, à l'Académie, dans des couvents (des Carmes, des Augustins) ou encore dans des églises (Saint-Sernin, Saint Etienne) mais aussi pour les décors de parcs de château. On peut rapprocher notre maquette des modèles encore conservés pour les figures de Zéphyr, Flore et Diane à la biche, du parc du château de Laréole, commandées par Pierre Colomès à Arcis à partir de 1707.

Estim. 6 000 - 8 000 EUR