Lustres et suspensions

Lots recommandés

Juste-Aurèle MEISSONNIER (1695-1750) d'après Rare paire de flambeaux d'époque Louis XV en bronze fondu d'une seule pièce, finement reciselés et dorés à très riche décor rocaille de feuilles d'acanthe stylisées et agrafes. Base triangulaire à ombilic. Manquent les bobèches. Circa 1740 H. 28.5 et 29 cm. Poids 2540 et 2560 g Provenance : Collection des barons de Wismes. Juste Aurèle MEISSONNIER, reçu maître à Paris en 1724, fut nommé architecte dessinateur de la Chambre et du cabinet du Roi sur demande spéciale du Roi Louis XV, alors âgé de 14 ans. Il fût le grand initiateur du style Rococo. Notre modèle, très proche du dessin conservé aux Arts Décoratifs de Paris (Fonds Maciet 251/4), se rapproche également du modèle dit du duc de Kingston (au papillon), avec quelques variantes. Les dessins originaux de Meissonnier ont été gravés par Gabriel Huquier (1695-1772) et publiés dans le Douzième Livre des œuvres de J. A. Meissonnier : Livre de lustres de sculpture en argent (1734-1735). Le dessin, incorporant des coquillages, des gerbes de fleurs et même un papillon dans un tourbillon de mouvements, est devenu très populaire et a été exécuté en argent et en bronze doré. Exemples comparatifs en collections publiques : - Metropolitan Museum, New York, Pour une paire d'un modèle similaire carracci ) - Museum of Fine Arts, Houston, Pour une paire d'un modèle similaire (2021.373.1,2) Exemples comparatifs en ventes publiques : -BUKOWSKIS, Stockholm, 4 décembre 2015 N° 1255 pour une paire d'un modèle similaire. Bibliographie comparative sur le sujet : - FUHRING Peter, OTTOMEYER H., PRÖSCHEL P., Vergoldete Bronzes, Munich 1986, volume I, p. 104, 2.1.5 et 6. - BOURNE Jonathan BRETT Vanessa, Lighting in the Domestic Interior Renaissance to Art Nouveau, p. 62.

Estim. 3 000 - 5 000 EUR

Plafonnier vintage en forme de soleil des années 50. Dans le style de GILBERT POILLERAT (France, 1902-1988). Fer peint. Électrifié. Avec 2 points lumineux intérieurs. Il présente des marques d'utilisation et d'usure généralisée. Dimensions : 67 x 67 x 14 cm : 67 x 67 x 14 cm. Plafonnier vintage en forme de soleil. Des rayons alternés de deux tailles rayonnent à partir de la sphère centrale. Gilbert Poillerat a étudié à l'École Boulle, où il a suivi une formation de graveur et de ciseleur sur métal, dont il est sorti diplômé en 1921. Entre 1921 et 1927, il travaille pour le ferronnier Edgar Brandt, où il effectue des travaux de conception et de fabrication. En 1927, il entre au service de la société Baudet, Donon et Roussel, spécialisée dans les ouvrages de construction, dont il dirige la division "quincaillerie décorative", qui produit des tables et des lampes. Dans les années 1930 et 1940, Poillerat continue à concevoir des meubles et des éléments architecturaux. Il s'inspire de diverses sources, notamment de l'architecture historique et de la nature. En 1934, il commence à produire des bijoux. Au milieu des années 1930, sous l'influence de Christian Bérard et de Jean Cocteau, Poillerat s'inspire du mouvement néo-baroque. En 1946, Poillerat quitte Baudet, Donon et Roussel pour devenir professeur à l'École nationale des arts décoratifs. Il y enseignera pendant 26 ans, tout en poursuivant sa propre production de dessins et en collaborant avec des artistes de l'envergure d'André Arbus, Jean Pascaud et Vadim Androusov.

Estim. 800 - 1 000 EUR

Plafonnier vintage en forme de soleil des années 40. Dans le style de GILBERT POILLERAT (France, 1902-1988). Fer peint. Électrifié. Avec 2 points lumineux intérieurs. Il présente des marques d'utilisation et d'usure généralisée. Dimensions : 62 x 62 x 13 cm. Plafonnier vintage en forme de soleil. Des rayons alternés de deux tailles rayonnent à partir de la sphère centrale. Gilbert Poillerat a étudié à l'École Boulle, où il a suivi une formation de graveur et de ciseleur sur métal, dont il est sorti diplômé en 1921. Entre 1921 et 1927, il travaille pour le ferronnier Edgar Brandt, où il effectue des travaux de conception et de fabrication. En 1927, il entre au service de la société Baudet, Donon et Roussel, spécialisée dans les ouvrages de construction, dont il dirige la division "quincaillerie décorative", qui produit des tables et des lampes. Dans les années 1930 et 1940, Poillerat continue à concevoir des meubles et des éléments architecturaux. Il s'inspire de diverses sources, notamment de l'architecture historique et de la nature. En 1934, il commence à produire des bijoux. Au milieu des années 1930, sous l'influence de Christian Bérard et de Jean Cocteau, Poillerat s'inspire du mouvement néo-baroque. En 1946, Poillerat quitte Baudet, Donon et Roussel pour devenir professeur à l'École nationale des arts décoratifs. Il y enseigne pendant 26 ans, tout en poursuivant sa propre production de dessins et en collaborant avec des artistes de l'envergure d'André Arbus, Jean Pascaud et Vadim Androusov.

Estim. 800 - 1 000 EUR