Null JOSÉ NAVARRO LLORENS (Valence, 1867 - 1923).
"Naufrage".
Huile sur toile.
S…
Description

JOSÉ NAVARRO LLORENS (Valence, 1867 - 1923). "Naufrage". Huile sur toile. Signée dans le coin inférieur gauche. Dimensions : 18 x 34 cm ; 37 x 53 cm (cadre). José Navarro Llorens a été très tôt enclin à la peinture, et il a étudié à l'école des Beaux-Arts de San Carlos, dans sa ville natale. Après ses études, on perd sa trace et on ne le retrouve qu'en 1895, année où, selon Pantorba, il participe pour la première et unique fois à l'Exposition nationale des Beaux-Arts et reçoit une mention honorable. Cette même année a lieu la consécration de Joaquín Sorolla, qui reçoit à l'unanimité la première médaille du concours. Bien qu'ils aient été des amis de toujours, il est possible que Navarro, étant donné son caractère bohème et humble, n'ait pas aspiré, comme Sorolla, à une brillante carrière de lauriers officiels et de prestige courtois. Il semble qu'il n'ait jamais eu l'intention de projeter son œuvre au-delà d'une sphère locale limitée, comme on peut le déduire du fait que, dans ses premières années, il se consacre à peindre des scènes de genre et des scènes galantes pour des amateurs. Toutefois, ses premières œuvres révèlent une certaine influence du style de Mariano Fortuny, que Navarro admirait et dont l'exemple lui a peut-être inspiré un voyage au Maroc dans une seconde période. Ce voyage a dû avoir lieu peu après la fin de ses études et il s'est consacré à la représentation de thèmes locaux, nord-africains et orientalistes. Au début du XXe siècle, il a été chargé de décorer un palais à Buenos Aires, mais Navarro n'est jamais arrivé en Argentine. Il s'embarque pour cette destination, mais lors d'une escale à Rio de Janeiro, le peintre décide d'y rester indéfiniment. Il continue à travailler dans la ville brésilienne et organise une exposition très remarquée. Cependant, la nostalgie de sa patrie, protagoniste absolu de son langage pictural, le pousse à retourner à Valence, où il s'installe définitivement à Godella. Il y vécut le reste de sa vie de manière simple et humble, donnant des cours de peinture à l'académie locale et peignant sans relâche. Son style s'inspire de diverses influences, telles que Fortuny, Domingo Marqués et le luminisme levantin, mais il est toujours profondément personnel, lié à la façon dont Navarrete comprend le monde. Sa peinture rappelle la clarté méditerranéenne à travers de belles transparences, une luminosité corporelle et des coups de pinceau nerveux et vibrants. Il s'agit d'un réalisme énergique, robuste et vital, qui fait de la lumière une valeur plastique et même tactile, plutôt que chromatique. José Navarro est représenté dans les musées des Beaux-Arts de Valence et des Asturies, ainsi que dans la collection Gerstenmaier.

Traduit automatiquement par DeepL. Seule la version originale fait foi.
Pour voir la version originale, cliquez-ici.

48 

JOSÉ NAVARRO LLORENS (Valence, 1867 - 1923). "Naufrage". Huile sur toile. Signée dans le coin inférieur gauche. Dimensions : 18 x 34 cm ; 37 x 53 cm (cadre). José Navarro Llorens a été très tôt enclin à la peinture, et il a étudié à l'école des Beaux-Arts de San Carlos, dans sa ville natale. Après ses études, on perd sa trace et on ne le retrouve qu'en 1895, année où, selon Pantorba, il participe pour la première et unique fois à l'Exposition nationale des Beaux-Arts et reçoit une mention honorable. Cette même année a lieu la consécration de Joaquín Sorolla, qui reçoit à l'unanimité la première médaille du concours. Bien qu'ils aient été des amis de toujours, il est possible que Navarro, étant donné son caractère bohème et humble, n'ait pas aspiré, comme Sorolla, à une brillante carrière de lauriers officiels et de prestige courtois. Il semble qu'il n'ait jamais eu l'intention de projeter son œuvre au-delà d'une sphère locale limitée, comme on peut le déduire du fait que, dans ses premières années, il se consacre à peindre des scènes de genre et des scènes galantes pour des amateurs. Toutefois, ses premières œuvres révèlent une certaine influence du style de Mariano Fortuny, que Navarro admirait et dont l'exemple lui a peut-être inspiré un voyage au Maroc dans une seconde période. Ce voyage a dû avoir lieu peu après la fin de ses études et il s'est consacré à la représentation de thèmes locaux, nord-africains et orientalistes. Au début du XXe siècle, il a été chargé de décorer un palais à Buenos Aires, mais Navarro n'est jamais arrivé en Argentine. Il s'embarque pour cette destination, mais lors d'une escale à Rio de Janeiro, le peintre décide d'y rester indéfiniment. Il continue à travailler dans la ville brésilienne et organise une exposition très remarquée. Cependant, la nostalgie de sa patrie, protagoniste absolu de son langage pictural, le pousse à retourner à Valence, où il s'installe définitivement à Godella. Il y vécut le reste de sa vie de manière simple et humble, donnant des cours de peinture à l'académie locale et peignant sans relâche. Son style s'inspire de diverses influences, telles que Fortuny, Domingo Marqués et le luminisme levantin, mais il est toujours profondément personnel, lié à la façon dont Navarrete comprend le monde. Sa peinture rappelle la clarté méditerranéenne à travers de belles transparences, une luminosité corporelle et des coups de pinceau nerveux et vibrants. Il s'agit d'un réalisme énergique, robuste et vital, qui fait de la lumière une valeur plastique et même tactile, plutôt que chromatique. José Navarro est représenté dans les musées des Beaux-Arts de Valence et des Asturies, ainsi que dans la collection Gerstenmaier.

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

ALEJANDRA DE LA TORRE MOREJÓN DE GIRÓN (Castellón, 1983) "Le premier canapé de la maison". Technique mixte sur toile. Signée dans le coin inférieur droit. Mesures : 130 x 100 cm. Diplômée en beaux-arts à l'Université polytechnique de Valence en 2007, elle a également étudié à la Faculdade de Belas Artes de Lisbonne pendant l'année universitaire 2005-2006 grâce à la bourse Erasmus. Master en Production Artistique à l'Université Polytechnique de Valence 2011-2012. Elle a bénéficié de bourses telles que 3cmcv, du consortium des musées de la communauté de Valence (2015). La bourse " Habitat artístic " de la mairie de Castellón (2012) et des bourses de collaboration avec l'Université polytechnique de Valence, dans le département de peinture, entre autres. Il concentre son travail sur les arts plastiques, bien qu'il travaille au sein de ceux-ci avec différents langages allant du street-art aux installations vidéo-picturales. Le thème central de son travail le plus récent est celui des objets et des liens que nous entretenons avec eux, le besoin humain de posséder et d'accumuler, les souvenirs réifiés et le passage du temps. Bien qu'il s'y intéresse également, ce n'est pas tant pour parler de l'objet lui-même, mais en tant qu'élément narratif. Depuis 2003, il a participé à plusieurs expositions collectives et individuelles en Espagne et au Portugal. Parmi les expositions individuelles, "Grow up", réalisée avec l'aide du centre d'art de l'Université de Valence (2016), "September" au centre Las Naves de Valence (2014) et "Accumulations et fétiches" à la Galería Diferença de Lisbonne. Et parmi les expositions collectives "Arte y metamorfosis" actuellement au Museo del Carmen à Valence (2015), Selecta Suma à "Las Atarazanas" Valence (2014). Hybrida Art Festival à La Nau (2012) et la Biennale de Coruche (2010). Il a également participé à des foires telles que "Marte" à Castellón de la Plana (2015) avec la galerie Shiras ou Ikas-Art à Bilbao, représentant l'UPV (2011). Ses œuvres se trouvent dans des collections privées en Espagne, au Portugal, en Belgique et aux États-Unis, ainsi que dans la collection d'art de l'Université polytechnique de Valence et des mairies de Castellón et Valence (Espagne). Jusqu'en 2020, l'artiste en question a travaillé sur la série "Herencias" ainsi que sur la série "Olimpiadas". Entre-temps et pendant la pandémie, elle a réalisé une série intitulée "Covid Tales" où les gens étaient invités à envoyer leurs objets/souvenirs et à raconter leurs histoires, afin de réaliser une série de dessins qui étaient comme des portraits des personnes qui écrivaient. Cette série a été pratiquement épuisée, mais elle a également intéressé une entreprise d'art et de décoration, avec laquelle Alejandra de la Torre a passé un contrat de collaboration pour pouvoir vendre des reproductions en série de haute qualité. Par ailleurs, l'œuvre "Herencias#13 Caballo Ganador" a été l'une des 10 finalistes du prix Senyera, le prix de peinture le plus important de la Communauté valencienne. En résumé, l'artiste continue à produire, à participer à des concours et à réaliser de nouveaux projets pour l'année suivante, ainsi qu'à collaborer avec différentes galeries d'art et espaces publics.

JOSÉ NAVARRO LLORENS (Valence, 1867 - 1923). "Marina". Huile sur toile. Signée dans le coin inférieur droit. Dimensions : 78,5 x 40,5 cm ; 94 x 56 cm (cadre). José Navarro Llorens s'est tourné très tôt vers la peinture, et il a étudié à l'École des Beaux-Arts de San Carlos, dans sa ville natale. Après ses études, on perd sa trace et on ne le retrouve qu'en 1895, année où, selon Pantorba, il participe pour la première et unique fois à l'Exposition nationale des Beaux-Arts et reçoit une mention honorable. Cette même année a lieu la consécration de Joaquín Sorolla, qui reçoit à l'unanimité la première médaille du concours. Bien qu'ils aient été amis toute leur vie, il est possible que Navarro, étant donné son caractère bohème et humble, n'ait pas aspiré, comme Sorolla, à une carrière étincelante de lauriers officiels et de prestige courtois. Il semble qu'il n'ait jamais eu l'intention de projeter son œuvre au-delà d'une sphère locale limitée, comme on peut le déduire du fait que, dans ses premières années, il se consacre à peindre des scènes de genre et des scènes galantes pour des amateurs. Toutefois, ses premières œuvres révèlent une certaine influence du style de Mariano Fortuny, que Navarro admirait et dont l'exemple lui a peut-être inspiré un voyage au Maroc dans une seconde période. Ce voyage a dû avoir lieu peu après la fin de ses études et il s'est consacré à la représentation de thèmes locaux, nord-africains et orientalistes. Au début du XXe siècle, il a été engagé pour décorer un palais à Buenos Aires, bien que Navarro ne soit jamais arrivé en Argentine. Il s'embarque pour cette destination, mais lors d'une escale à Rio de Janeiro, le peintre décide d'y rester indéfiniment. Il continue à travailler dans la ville brésilienne et organise une exposition très remarquée. Cependant, la nostalgie de sa patrie, protagoniste absolu de son langage pictural, le pousse à retourner à Valence, où il s'installe définitivement à Godella. Il y vécut le reste de sa vie de manière simple et humble, donnant des cours de peinture à l'académie locale et peignant sans relâche. Son style s'inspire de diverses influences, telles que Fortuny, Domingo Marqués et le luminisme levantin, mais il est toujours profondément personnel, lié à la façon dont Navarro comprend le monde. Sa peinture rappelle la clarté méditerranéenne à travers de belles transparences, une luminosité corporelle et des coups de pinceau nerveux et vibrants. Il s'agit d'un réalisme énergique, robuste et vital, qui fait de la lumière une valeur plastique et même tactile, plutôt que chromatique. José Navarro est représenté aux Musées des Beaux-Arts de Valence et des Asturies, au Museo Carmen Thyssen de Malaga et dans la collection Gerstenmaier, entre autres collections publiques et privées.