1 / 2

Description

AGRIPPA (Henri Corneille).
De Incertitudine & Vanitate Scientiaru(m) & Artium, atq(ue) excellentia Verbi Dei, declamatio.
Anvers [Paris : Jean Bignon ?], 1531. — In-8, cartonnage papier bleu foncé, dos lisse orné de filets dorés, non rogné (reliure du XIXe siècle).

Contrefaçon rare, reproduisant page pour page la première édition parisienne publiée par Jean Pierre et Gérard Morrhy en février 1531. Parue sous la fausse adresse d'Anvers, elle possède les caractères utilisés à l'époque par Jean Bignon.

Le philosophe et fameux kabbaliste Henri Corneille Agrippa (1486-1535), cherche à prouver dans ce traité « qu’il n’y a rien de plus pernicieux pour la vie des hommes et le salut de leurs âmes que les arts et les sciences » (Caillet, I, p. 13). Il y aborde la grammaire, les mathématiques, la peinture, les métaux, les jeux de hasard, l’astronomie, la chiromancie, la magie générale et naturelle, la nécromancie, la cabale, la métaphysique, les cérémonies, les putains, le « maquerelage », les courtisans, la noblesse, la cuisine, l’inquisition, la théologie prophétique, la parole de Dieu, etc.

Bon exemplaire en cartonnage du XIXe siècle.
Quelques défauts d'usage au cartonnage. Mouillures claires sans gravité. Signature ancienne biffée sur le titre.

Online
en cours
Aller au lot
>

AGRIPPA (Henri Corneille).De Incertitudine & Vanitate Scientiaru(m) & Artium, atq(ue) excellentia Verbi Dei, declamatio.Anvers [Paris : Jean Bignon ?], 1531. — In-8, cartonnage papier bleu foncé, dos lisse orné de filets dorés, non rogné (reliure du XIXe siècle).Contrefaçon rare, reproduisant page pour page la première édition parisienne publiée par Jean Pierre et Gérard Morrhy en février 1531. Parue sous la fausse adresse d'Anvers, elle possède les caractères utilisés à l'époque par Jean Bignon.Le philosophe et fameux kabbaliste Henri Corneille Agrippa (1486-1535), cherche à prouver dans ce traité « qu’il n’y a rien de plus pernicieux pour la vie des hommes et le salut de leurs âmes que les arts et les sciences » (Caillet, I, p. 13). Il y aborde la grammaire, les mathématiques, la peinture, les métaux, les jeux de hasard, l’astronomie, la chiromancie, la magie générale et naturelle, la nécromancie, la cabale, la métaphysique, les cérémonies, les putains, le « maquerelage », les courtisans, la noblesse, la cuisine, l’inquisition, la théologie prophétique, la parole de Dieu, etc.Bon exemplaire en cartonnage du XIXe siècle.Quelques défauts d'usage au cartonnage. Mouillures claires sans gravité. Signature ancienne biffée sur le titre.

Temps restant
Estimation 300 - 400 EUR
Enchère actuelle 300 EUR

* Hors frais de vente.
Reportez vous aux conditions de vente pour calculer le montant des frais.

Frais de vente : 25 %
Enchérir
Livraison

Localisation de l'objet :
France - 75002 - paris

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente

Clôture de la vente à partir du
mardi 28 juin - 14:00 (CEST)
paris, France
Ader
Voir le catalogue Consulter les CGV Infos vente Experts

Vous aimerez peut-être

HOMÈRE.ΟMHPOY ΟΔΥΣΣEIA, Homeri Odyssea; id est de rebus ab Ulysse gestis. Unà cum Batrochomyomachia, Hymnis, & Epigrammatis.[Genève] : Jean Vignon, 1609. — In-16, maroquin havane, roulette dorée en encadrement, fers dorés aux angles, et armes dorées surmontées d'un cartouche doré avec mention « Dux Guisius Hoc te munere donat » sur les plats, dos lisse orné (reliure de l'époque).Rare édition entièrement imprimée en grec, de l' « Odyssée » d'Homère. Vignon en donna la même année une édition gréco-latine, accompagnée de « L'Iliade », que l'on rencontre plus souvent.Preuve de sa rareté, aucun exemplaire n'est répertorié dans les bibliothèques publiques françaises et étrangères (voir WorldCat).EXEMPLAIRE DE PRIX, AUX ARMES DU DUC DE GUISE.Selon Olivier, Hermal et Roton (Pl.50), ces armes sont celles d'Henri de Lorraine, 3e duc de Guise, dit le Balafré, assassiné au château de Blois sur ordre d'Henri III en 1588. Surmontées d'un cartouche portant l'inscription : « Dux Guisius Hoc te munere donat », elles ornaient des livres de prix attribués en vertu d'une fondation.On connaît au moins quatre autres reliures portant ces armes accompagnées du cartouche, toutes recouvrant des livres publiés après la mort du duc de Guise. L'une est conservée à la Bibliothèque nationale de France, sur un Pline (Genève, 1611), une seconde recouvre un Cicéron, également édité à Genève chez Jean Vignon, en 1617 (vente J.-Ch. Brunet, II, 1868, n°532), une troisième sur un Sénèque de 1604, paru aussi chez Jean Vignon (vente Binoche et Giquello, 9 décembre 2013, n° 196) et une quatrième recouvrant une édition des œuvres de Stace publiée à Leyde en 1616 (Bibliothèque générale du Lycée de Toulon, D. 2509, citée par OHR, pl. 50 verso).Manque les liens. Coins et coiffe inférieure restaurés, accrocs au dos, sans les gardes. Déchirures avec manques au titre, sans atteinte au texte, gribouillage ancien à l'encre au verso du feuillet *8, rousseurs. Il manque le dernier feuillet.Provenance : oratorien de Toulouse, avec mention manuscrite « Oratorii Tolosani » sur le titre (XVIIe siècle). - Maison d'institution de l'Oratoire, avec cachet sur le titre. - Maison Perreyve, Fribourg, avec cachet sur le premier contreplat.