Description

Japon, vers 1920
Importante pagode en ivoire et placage d’ivoire, à fût cylindrique, toiture et base octogonales, le corps sculpté en relief de Rakan (saints du bouddhisme) parmi des arbres, sur les flots, sur fond de nuées et auprès de dragons ou animaux mythiques. Il ouvre par deux portes avec serrure-kanamono en argent à décor d’un shishi et pivoines, dévoilant quatre divinités, dont le Bouddha assis en méditation sur un lotus, entouré de trois Bodhisattva. La base et la toiture sont ornées de scènes animées de Rakan, frises de dragons et feuilles de lotus, des arêtes à têtes de dragon rythmant le toit surmonté d’un faîte ajouré de dragons. Avec sellette octogonale de forme galbée, en bois sculpté de dragons.
(Petits accidents, manques, restaurations)
Haut. pagode : 63 cm – Haut. sellette : 32,5 cm.

Aller au lot
>

Japon, vers 1920 Importante pagode en ivoire et placage d’ivoire, à fût cylindrique, toiture et base octogonales, le corps sculpté en relief de Rakan (saints du bouddhisme) parmi des arbres, sur les flots, sur fond de nuées et auprès de dragons ou animaux mythiques. Il ouvre par deux portes avec serrure-kanamono en argent à décor d’un shishi et pivoines, dévoilant quatre divinités, dont le Bouddha assis en méditation sur un lotus, entouré de trois Bodhisattva. La base et la toiture sont ornées de scènes animées de Rakan, frises de dragons et feuilles de lotus, des arêtes à têtes de dragon rythmant le toit surmonté d’un faîte ajouré de dragons. Avec sellette octogonale de forme galbée, en bois sculpté de dragons. (Petits accidents, manques, restaurations) Haut. pagode : 63 cm – Haut. sellette : 32,5 cm.

Estimation 6 000 - 8 000 EUR

* Hors frais de vente.
Reportez vous aux conditions de vente pour calculer le montant des frais.

Frais de vente : 30 %
Remportez votre lot au juste prix en passant une enchère automatique !
Notre système se chargera le jour de la vente d'enchérir à votre place, jusqu'au montant maximum souhaité, sans dévoiler ce montant à la maison de vente !
Déposer un ordre
Livraison

Localisation de l'objet :
France - 75009 - paris

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente

En vente le mardi 07 déc. - 14:00 (CET)
paris, France
Gros & Delettrez
Voir le catalogue Consulter les CGV Infos vente Experts

Vous aimerez peut-être

Japon, période Meiji (1868-1912)Moulage debout à quatre pattes, portant un collier à volants noué autour du cou, la tête tournée sur le côté avec une expression interrogative, les yeux dorés avec des pupilles sombres, la crinière, le pelage et la queue bien rendus et les pattes soigneusement articulées. Notez certains des détails finement rendus et le travail d'incision se concentrant sur les caractéristiques distinctes de l'animal.LONGUEUR 32,5 cmPOIDS 2,963 gEtat : Excellent état avec seulement une usure ancienne mineure et des défauts de moulage minimes.Provenance : Provenant d'une collection privée britannique.Le pékinois (également orthographié pékinois) est originaire de Chine. La race était appréciée par la royauté de la cour impériale comme chien de salon et de compagnie, et son nom fait référence à Pékin (Beijing) où se trouve la Cité interdite. La race présente plusieurs caractéristiques liées à son apparence unique.Pendant la deuxième guerre de l'opium, en 1860, l'ancien palais d'été de Pékin fut occupé par un contingent de troupes britanniques et françaises. L'empereur Xianfeng avait fui avec toute sa cour à Chengde. Cependant, la vieille consœur Chang est restée. Lorsque les troupes britanniques et françaises sont entrées, elle s'est suicidée. Elle a été retrouvée avec ses cinq pékinois. Ils ont été enlevés par les Alliés avant que le Palais d'été ne soit réduit en cendres.John Hart Dunne, capitaine du 99e régiment de fantassins, qui a participé à la deuxième guerre de l'opium et a saccagé le Palais d'été, a fait don d'un de ces pékinois à la reine Victoria en avril 1861, lui écrivant dans une lettre : "Ce petit chien a été trouvé par moi dans le Palais de Yuan-Ming-Yuan près de Pékin le 6 octobre 1860. On suppose qu'il a appartenu à l'impératrice ou à l'une des dames de la famille impériale. C'est une petite créature très affectueuse et intelligente - elle a toujours été habituée à être traitée comme un animal de compagnie et c'est dans l'espoir qu'elle soit considérée comme telle par Sa Majesté et la famille royale que je l'ai ramenée de Chine". (David Matthews, Jo Lee Magazine, novembre 2002, page 18). Plutôt insensiblement, la reine et première propriétaire d'un pékinois en Occident, a nommé son nouvel animal de compagnie "Looty".Comparaison des enchères : Comparez une figure en bronze très proche représentant un pékinois avec une balle chez Christie's, le 20 octobre 2000 à New York, lot 10(vendu pour 21 150 USD).