DROUOT
dimanche 21 avr. à : 16:00 (CEST)

Collection Gerald Bugnon, 9 Alfa Romeo d'exception

Osenat - 01 64 22 27 62 - Email CVV

9-11, rue Royale 77300 Fontainebleau, France
Exposition des lots
samedi 20 avril - 10:00/18:00, Fontainebleau
dimanche 21 avril - 10:00/12:00, Fontainebleau
jeudi 18 avril - 10:00/18:00, Fontainebleau
vendredi 19 avril - 10:00/21:00, Fontainebleau
Information Conditions de vente
Live
S'inscrire à la vente
39 résultats

Lot 31 - 1958 ALFA ROMEO GIULIETTA TI TYPE 753 Numéro de série AR 1468 03980 Numéro de moteur AR 1315 84188 Titre de circulation Suisse Importation temporaire au sein de l’UE - Restaurée au cours des années 2000 - Certificat Alfa Romeo - Même propriétaire depuis 22 ans - Une des premières berlines sportives - Eligible dans de nombreux événements 25 000 /45 000 € Née en 1955, la Giulietta est considérée, chez Alfa Romeo, comme la lumière au bout du tunnel tant l'immédiate après-guerre fut compliqué pour la firme au Biscione. Conçue autour de son moteur, cette petite mais élégante berline quatre portes était bien née, qu'il s'agisse de ses qualités routières comme de sa finition pour un prix compétitif. La version TI pour Tourisme Internazionale fut présentée en 1957. Elle fut équipée d'un 1300 cm3 en aluminium avec double arbres à cames en tête. Ses 65 chevaux lui permettaient alors d'atteindre près de 160 km/h. Elle s'est notamment illustrée dans les célèbres épreuves du Tour de France Automobile, des Mille Miglia, du Monte Carlo et autres... L’exemplaire que nous présentons, fut livré neuf en France au sein de la concession parisienne de la marque le 24/04/1958 dans sa configuration actuelle : Blue Elvezia avec la sellerie et les garnitures pied de poule. On retrouve sa trace en 1970 en Haute Garonne lorsqu’elle est immatriculée 188 QF 31. Elle restera dans la région toulousaine, jusqu’en 1990. Elle est ensuite acquise par un amateur de Charente Maritime qui la conservera jusqu’en 2001. Monsieur Bugnon acquiert cette Giulietta en juillet 2001, la voiture se trouve alors dans un mauvais état. Dès le mois de juillet 2001, la restauration est entreprise au sein des ateliers Mario Galbiatti à Arese, celui-ci restaurera l’ensemble de la voiture exceptée la mécanique pour un total de 25 000 €. Le moteur et les trains roulants seront confiés aux ateliers Calderoni qui le referont pour un total de plus de 18 000 €. Enfin, en 2015, une grosse révision générale sera effectuée pour un total de plus de 5000 €. Depuis la voiture a été régulièrement révisée. Matching Numbers et Matching colors, cette Giulietta se présente dans un bel état, plus de 20 ans après la fin de sa restauration. La voiture fêtant cette année ses 70 ans, est une des plus belles représentations des berlines Giulietta disponible sur le marché. 1958 ALFA ROMEO GIULIETTA TI TYPE 753 Serial number AR 1468 03980 Engine number AR 1315 84188 Swiss registration document Temporary import into the EU - Restored in 2000 - Alfa Romeo certificate - Same owner for 22 years - One of the first sports saloons - Eligible for many events 25 000 /45 000 € Launched in 1955, the Giulietta is considered by Alfa Romeo to be the light at the end of the tunnel, such was the complexity of the immediate post-war period for the Biscione company. Designed around its engine, this small but elegant four-door saloon was well born, both in terms of its road qualities and its finish at a competitive price. The TI version (for Tourisme Internazionale) was presented in 1957. It was equipped with a 1300 cm3 aluminium engine with twin overhead camshafts. Its 65bhp enabled it to reach speeds of almost 160km/h. It went on to compete in the famous Tour de France Automobile, the Mille Miglia, the Monte Carlo and other events... The car we are presenting was delivered new to the brand's Paris dealership on 24/04/1958 in its current Blue Elvezia configuration, complete with upholstery and houndstooth trim. It was registered 188 QF 31 in Haute Garonne in 1970. It remained in the Toulouse region until 1990. It was then acquired by an enthusiast in Charente Maritime, who kept it until 2001. Mr Bugnon acquired this Giulietta in July 2001, when the car was in a poor state of repair. Restoration work began in July 2001 at the Mario Galbiatti workshops in Arese, where the entire car was restored, with the exception of the mechanical parts, at a total cost of €25,000. The engine and running gear will be entrusted to the Calderoni workshops, which will carry out a complete overhaul for a total of more than €18,000. Finally, in 2015, a major general overhaul was carried out for a total of more than €5,000. Since then, the car has been regularly serviced. Matching numbers and colours, this Giulietta is in beautiful condition, more than 20 years after the end of its restoration. Celebrating its 70th birthday this year, the car is one of the finest examples of the Giulietta saloon available on the market.

Estim. 25 000 - 45 000 EUR

Lot 32 - 1954 Alfa Romeo Guilietta Spider Prototype Pininfarina Châssis AR 1495 00003 Moteur AR 1493 00002 Titre de circulation Suisse Importation temporaire sur le territoire de l’union européenne. - Une des plus anciennes Guilietta Spider - Spécificités uniques - Modèle exceptionnel - Certificat Alfa Romeo - Matching Numbers L’histoire de cette voiture est indissociablement liée à Max Hoffman et sa société Hoffman Motor Cars. Cet entrepreneur autrichien de génie est à l’origine des Mercedes Benz 300 SL, BMW 507, Porsche 356 Speedster et de l’Alfa Romeo Guilietta Spider. Au début des Années 1950, la société Hoffman Motor Cars, située à New York devient l’importateur officiel d’Alfa Romeo aux Etats Unis, immédiatement il perçoit le potentiel d’un roadster dérivé de la future Guilietta Sprint qui est sur le point d’être présentée. Fin 1953 donc, Alfa Romeo en collaboration étroite avec Hoffman, travaillent sur le développement d’un roadster basé sur le châssis de la Guilietta Sprint. Le développement sera confié à Rudolf Hruska, l’ingénieur de la marque déjà en charge du projet Sprint. Très rapidement, un châssis motorisé est prêt. Il est numéroté AR 1495 0000. Celui-ci ne sera jamais carrossé. Hruska contacte les carrossiers turinois Bertone et Pininfarina pour leur confier chacun deux châssis. Charge à eux de réaliser leurs propositions pour la future « Guilietta Spider ». Pininfarina recevra les châssis 003 et 002 et produira sur ces deux châssis, deux études de style non fonctionnelles. Après une validation du dessin par Max Hoffman, le châssis 0003 est renvoyé à Turin cette fois-ci pour la construction d’un prototype fonctionnel. C’est cette voiture que nous vous présentons aujourd’hui. Après avoir été recarrossé, notre châssis effectuera 4 allers-retours entre New York et Turin pour la validation finale, Pininfarina remporte ainsi le contrat face à Bertone. Le 22 février 1955, le châssis AR 1495 00003 quitte définitivement Turin, indiqué vendu à Hoffman Motor Cars dans les livres de l’usine. La voiture est alors équipée de son moteur actuel et peinte dans la teinte « Ivorio ». Le dessin exceptionnel de cette Voiture sera finalement modifié pour la production en série car Pininfarina avait développé entre temps, d’autres prototypes aux spécificités plus compatibles avec une production en grande série. Bien que différent du Guilietta Spider de série, la châssis 003 sera utilisé par Hoffman pour une tournée des salons Américains. Après le salon de l’automobile de Miami 1955, la voiture sera finalement vendue à Henry Wessel. Celui-ci la conservera seulement 1 an avant de la céder à Bruce Beckwith, celui-ci comprit immédiatement l’importance de la voiture et ne l’utilisa que très partiellement jusqu’en 1959. Cette année-là, il entreprit quelques travaux sur la voiture, démonta le pare-brise spécifique et recouvris la carrosserie d’après. A cette date, la voiture sera partiellement remontée et stockée. En 1989, la voiture est acquise par Tom Zat qui exposa sa voiture à l’Alfa Heaven Museum. En 2000, Gérald Bugnon fit l’acquisition de ce véhicule exceptionnel. La voiture est alors telle qu’elle avait été acquise par Tom Zat 11 ans plus tôt. Importée en suisse directement après son acquisition, une restauration d’envergure sera entreprise en Italie. Une fois restaurée, elle rejoindra dans la collection, l’éternelle rivale, le prototype Bertone. Jusqu’à très récemment, la voiture participera à de nombreux événements du club Alfa Romeo Suisse mais aussi d’autres grands clubs européens. Modèle Unique aux spécifications exceptionnelles, ce prototype présente un dessin d’une pureté jamais égalée, faisant penser par certains aspects à un autre chef d’œuvre de Pininfarina, la Lancia Aurelia B24 Spider America. 1954 Alfa Romeo Guilietta Spider Prototype Pininfarina Chassis AR 1495 00003 Engine AR 1493 00002 Swiss registration document Temporary import into the European Union. - One of the oldest Guilietta Spiders - Unique features - Exceptional model - Alfa Romeo certificate - Matching Numbers The history of this car is inextricably linked to Max Hoffman and his company Hoffman Motor Cars. This Austrian entrepreneur of genius was behind the Mercedes Benz 300 SL, BMW 507, Porsche 356 Speedster and the Alfa Romeo Guilietta Spider. In the early 1950s, Hoffman Motor Cars, based in New York, became Alfa Romeo's official importer in the United States, and immediately saw the potential of a roadster derived from the future Guilietta Sprint, which was about to be presented. At the end of 1953, Alfa Romeo worked closely with Hoffman to develop a roadster based on the Guilietta Sprint chassis. Development was entrusted to Rudolf Hruska, the Alfa Romeo engineer already in charge of the Sprint project. A motorised chassis was soon ready. It was numb

Estim. 350 000 - 450 000 EUR

Lot 33 - 1959 Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale 750 SS “Muso Basso” by Bertone Série : AR10120 00048 Moteur : AR00120 0017 Titre de circulation Suisse Véhicule en importation temporaire au sein de l’UE Certificat Alfa Romeo - Rare version Muso Basso - Restauration ancienne de qualité - Une des rares SS ayant eu un Palmarès. La collaboration entre Alfa Romeo et Bertone donnera naissance à des projets exceptionnels grâce à son dessinateur de génie Franco Scaglione. Les Projet « BAT » (Berlina Aerodinamica Tecnica) et « Disco Volante » donneront naissance à la « Sprint Speciale » sous forme de prototype en 1957 puis en série à partir de 1959. Dès 1960, la voiture évolue pour se conformer aux normes américaines. La première série, type 750 SS fut produite à environ 100 exemplaires pour obtenir l’homologation en vue d’un usage en compétition. On distingue cette série par son absence de pare-chocs et par son nez surnommé « Muso Basso ». L’exemplaire que nous vous présentons, le 48e produit, fut livré neuf par la concession de Porto au Portugal sous l’immatriculation OP 21-55 le 19 aout 1959. Son premier propriétaire n’est autre que Manuel Nogueira Pinto, célèbre pilote portugais des années soixante. Dès réception de son automobile, il s’engage dans plusieurs compétitions. Il remportera une seconde place lors de la course de Vila do Conde en 1959, engagé sous le numéro 11 (cf photographie). Très rapidement, il échange son Alfa Romeo et un camion d’assistance au pilote Frederico José Carlos Themudo (dit Fritz d’Oray) contre une Ferrari 250 GT. Fin 1959, Fritz d’Oray qui est alors pilote de F1 chez Maserati, est engagé par la Scuderia Sérénissime sur une 250 GT SWB pour courir les 24 Heures du mans 1960. N’ayant jamais couru au Mans, il décide de s’entrainer avant les qualifications et le fait avec cette Alfa Romeo Guilietta SS. Blessé avec sa Ferrari lors des qualifications, il passe plusieurs mois à l’hôpital. L ’Alfa Romeo, restée sur le parking se retrouve alors en fourrière. Fritz d’Oray conservera sa Sprint Special jusqu’au milieu des années 60. Cette Guilietta SS, connaitra ensuite un autre propriétaire portugais. En 1980, la voiture change de mains et devient la propriété d’un amateur de Lisbonne, José Augusto Xavier Moreira. Celui-ci la conservera 10 ans. En 1990, notre Guilietta SS quitte pour la première fois le Portugal. Elle est acquise par le docteur Richard Schimmer résidant à Düsseldorf. Celui-ci entamera une restauration de la voiture, étalée sur plus de 10 ans. En 2004, Gerald Bugnon fait l’acquisition de l’automobile, alors inachevée, par l’intermédiaire du Garage Vetter. Celui-ci, se chargera de restaurer la mécanique, laissée intacte en Allemagne et d’achever les travaux débutés. En 2006, les travaux sont terminés. Au total plus de 90 000 CHF seront dépensés pour obtenir un état concours, sellerie, accastillage, mécanique, trains roulants, tout sera revu pour arriver au résultat actuel. Aujourd’hui quasiment 20 ans après la fin du chantier, la voiture reste dans un très bel état, témoignant de la qualité des travaux effectués. Ce chef d’œuvre de l’automobile représente l’apogée du design Bertone des années 50 ! 1959 Alfa Romeo Giulietta Sprint Speciale 750 SS "Muso Basso" by Bertone Series: AR10120 00048 Engine: AR00120 0017 Swiss registration Vehicle temporarily imported into the EU Alfa Romeo certificate - Rare Muso Basso version - Quality restoration - One of the few SS to have won a prize. The collaboration between Alfa Romeo and Bertone gave rise to some exceptional projects thanks to its genius designer Franco Scaglione. The "BAT" (Berlina Aerodinamica Tecnica) and "Disco Volante" projects gave rise to the "Sprint Speciale" in prototype form in 1957 and then in series production from 1959. From 1960 onwards, the car evolved to comply with American standards. Around 100 of the first series, the 750 SS, were produced to obtain homologation for use in competition. This series can be distinguished by its lack of bumpers and its nose nicknamed 'Muso Basso'. The car we are presenting here, the 48th to be produced, was delivered new from the Porto dealership in Portugal under the registration number OP 21-55 on 19 August 1959. Its first owner was none other than Manuel Nogueira Pinto, the famous Portuguese racing driver of the 1960s. As soon as he received his car, he entered several competitions. He took second place in the Vila do Conde race in 1959, entered under number 11 (see photograph). He soon swapped his Alfa Romeo and an assistance truck for the driver Frederico José Carlos Themudo (known as Fritz d'Oray) for a Ferrari 250 GT. At the end of 1959, Fritz d'Oray, then an F1 driver with Maserati, was hired by the Serenissima Scuderia to drive a 250 GT SWB in the 1960 Le Mans 24 Hours. Having never raced at Le Mans, he decided to train befor

Estim. 300 000 - 350 000 EUR

Lot 34 - 1962 ALFA ROMEO GIULIETTA SPRINT ZAGATO « Coda Tonda » Numéro de série : AR1012600136 Numéro du moteur : 00120 01724 Titre de circulation Suisse Véhicule en importation temporaire au sein de l’UE - Victoire à la coupe du salon 1962 en catégorie 1000/1300 - Victorieuse au Tour Auto 1980 - Ex Maurice Sausay et Jean Gonguet Zagato et Alfa Romeo sont deux noms mythiques de l’automobile ! L’association de ces deux grands génies donnera naissance à des véhicules mythiques. Stoppée pendant la guerre cette collaboration reprendra dans les années 50 avec la 1900 puis la Giulietta. Base exceptionnelle par la qualité de sa conception, elle permettra aux plus grands carrossiers italiens de montrer l’ampleur de leurs génies. Après une SVZ réussie, Zagato présente en 1960 la sprint Zagato, réponse du carrossier à la Sprint Spéciale de Bertone. La Sprint Zagato est beaucoup plus sportive que sa concurrente. Pesant seulement 785 kg pour environ 115 chevaux, la Sprint Zagato sera très vite adoptée par de nombreux pilotes courant de succès en succès grâce notamment à sa vitesse maximale de 200 km/h. L’exemplaire que nous vous proposons fut livré neuf le 16/02/1962 par la concession d’Aix-les-Bains à Jean Gonguet. Pilote amateur courant notamment pour l’AC Savoie, il participera, en octobre 1962 aux Coupes du Salon, remportant une victoire dans la classe 1000 /1300 cm3 et une honorable huitième place au général. En avril 1963, la voiture devient la propriété de Bertrand Buisson, il la conservera jusqu’en janvier 1964. Cette année-là, la voiture changera deux fois de mains. En décembre 1964, la voiture est acquise par Monsieur Fernandez, il ne la revendra qu’en juillet 1968. La voiture est alors acquise par Bruno Celice, amateur résidant à Paris, il profitera de sa belle Alfa-Romeo jusqu’en avril 1979. La voiture est alors vendue par Hervé Poulain dans sa fameuse vente Art et Automobile au Palais des Congrès sous le lot 276. Lors de cette vente, la voiture devient propriété de Maurice Sausay. Grand pilote et pionnier du VHC, Sausay participera à de nombreux évènement avec cette automobile. Toujours aussi efficace, la SZ remportera le Tour Auto 1980, puis la même année le rallye du Mont Blanc. En 1981, Jean pierre Mondonnet fait l’acquisition de cette automobile, il participera à de nombreux évènements à son volant, remportant une honorable 3e place au championnat de VHC 1984. Fin 1985, la SZ est acquise par François Melcion, Directeur Historique du Salon Retromobile, celui-ci la conservera jusqu’en 1987. Cette année-là, elle entre en possession de Jean Louis Balleret, avocat amateur de belles autos. Il ne la cèdera qu’en 1993 à Gérald Bugnon. Celui-ci, s’engage juste après son achat au rallye Cévenoles Retro, puis l‘année suivante au Tour Auto. Lors du Tour Auto, la voiture subira un petit choc mais ralliera l’arrivée. Juste après la course, la restauration de la voiture est lancée. Le chantier est confié aux ateliers Galbiati à Milan, fin 1995 la restauration est achevée. La restauration achevée, la SZ reprend le chemin des rallyes. En 1998 Gérald Bugnon rencontrera Jean Gonguet et lui présentera sa voiture. (cf. photographie). 45 ans après, le premier propriétaire retrouve la belle qui lui a permis de gagner la Coupe du Salon. En 2005, le moteur est refait et préparé au sein des ateliers Dieter Woyke. La même année, à l’occasion du renouvellement du passeport FIA, les trains roulants et le pont arrière sont revus. En 2011, la voiture est remise dans sa configuration d’origine, les équipements FIA sont retirés. L’embrayage est alors revu tout comme l’échappement. Aujourd’hui, la voiture se trouve dans un bon état général. L’essai routier a révélé une voiture plaisante avec un bon fonctionnement de la mécanique. Eligible à de nombreux évènements, cette belle SZ n’attend plus qu’un nouveau passionné. 1962 ALFA ROMEO GIULIETTA SPRINT ZAGATO "Coda Tonda Serial number: AR1012600136 Engine number: 00120 01724 Swiss registration Vehicle temporarily imported into the EU - Winner of the 1962 Coupe du Salon in the 1000/1300 category - Winner of the Tour Auto 1980 - Ex Maurice Sausay and Jean Gonguet Zagato and Alfa Romeo are two legendary names in motoring! The association of these two great geniuses gave birth to legendary vehicles. The collaboration was interrupted during the war, but resumed in the 1950s with the 1900 and then the Giulietta. The Giulietta was an exceptional car in terms of the quality of its design, allowing the greatest Italian coachbuilders to demonstrate the breadth of their genius. After a successful SVZ, in 1960 Zagato presented the Zagato Sprint, the coachbuilder's response to Bertone's Sprint Spéciale. The Sprint Zagato was much sportier than its competitor. Weighing just 785 kg and generating around 115 bhp, the Sprint Zagato was quickly adopted by many drivers,

Estim. 300 000 - 500 000 EUR

Lot 35 - 1963 Alfa Romeo SZ Coda Tronca Châssis AR 126 00213 Moteur 00120 0820 Titre de circulation Suisse Importation temporaire au sein de l’Union Européenne - Une des dernières SZ produites - Seulement 44 exemplaires produits L’histoire de la SZ Coda Tronca est née d’un accident. En 1961, le pilote Francesco De Leonibus fait recarrossé par Micheloti sa SZ à la suite d’un accident, celui-ci réalise une ligne plus longue et effilée. Sur le circuit de Monza, le pilote Francesco De Leonibus enregistrera une vitesse de pointe époustouflante (222,22 km/h). À la suite de cet exploit, Zagato se mit aussitôt à la conception d’une nouvelle carrosserie pour la SZ. Il redessine la carrosserie d’abord en allongeant le museau ainsi que la queue (l’arrière), puis en modifiant également le pavillon et enfin, pour obtenir une forme encore plus aérodynamique, il décide de tronquer l'arrière de la voiture, en s’appuyant sur les théories de l’ingénieur aérodynamicien allemand Wunibald Kamm. Zagato, n’étant pas équipé d’une soufflerie, réalise une série de tests sur autoroutes, en se servant des pierres angulaires comme référence, et du fidèle designer Ercole Spada comme chronométreur assis au sol. Le résultat final est prêt quelques mois plus tard et Zagato lui-même engage la nouvelle SZ au Grand Prix de Monza en 1961 remportant la course, devant la SZ revue par Micheloti. Pour donner suite à ce succès, la production de la deuxième série de SZ est lancée. Sur le plan mécanique la seconde série reprend tous les attributs de la première SZ. Différence notable, malgré l’allongement de la voiture, elle perd 15 kg et affiche désormais un poids contenu à 840 kg. Grâce à ces améliorations, la vitesse de pointe dépasse désormais largement les 200 km/h, flirtant avec les 215 km/h. L’exemplaire que nous vous présentons, est sorti des ateliers Zagato le 7 décembre 1962. Le 15 janvier 1963, la voiture est livrée par l’importateur Hollandais Louwman Parqui situé à Leidschendam. Il s’agit d’un des rares châssis équipé dès l’origine de freins à disques à l’avant. La voiture passe ensuite entre les mains du collectionneur et concessionnaire Roy Karsten, grand amateur de la marque. Celui-ci l’exposera dans son Showroom à Noordwijk pendant une dizaine d’années, participant dans le même temps à de nombreux évènements dont la commémoration des 80 ans d’Alfa Romeo en 1990. La voiture est alors peinte dans une teinte jaune pale. Vers la fin des années 90, la SZ intègre la collection de Gérald Bugnon, celui-ci roulera avec quelques années avant de débuter une restauration majeure, désirant intégrer sa SZ au sein de son écurie de VHC personnelle il Biscione Corsa Romand. Le chantier est confié aux ateliers Dante, ceux-ci vont construire une nouvelle carrosserie pour la SZ suivant les plans de Zagato. La carrosserie originelle, conservée, sera remise à l’acquéreur. La mécanique, est entièrement revue et perfectionnée tout comme les trains roulants. L’automobile participera à quelques événements avant d’être revue pour un usage plus orienté vers la régularité et les balades. C’est une voiture charnière dans l’histoire de Zagato, apportant des innovations qui seront reprises pour la TZ. Qualités routières exceptionnelles et dessin mythique, voilà deux raisons d’acquérir cette superbe Alfa Romeo SZ. 1963 Alfa Romeo SZ Coda Tronca Chassis AR 126 00213 Engine 00120 0820 Swiss registration document Temporary import into the European Union - One of the last SZs produced - Only 44 produced The story of the SZ Coda Tronca began with an accident. In 1961, driver Francesco De Leonibus had his SZ re-bodied by Micheloti following an accident, and the latter created a longer, tapered line. On the Monza circuit, Francesco De Leonibus recorded a breathtaking top speed (222.22 km/h). Following this achievement, Zagato immediately set about designing a new body for the SZ. He redesigned the body firstly by lengthening the muzzle and the tail (the rear), then by also modifying the roof and finally, to obtain an even more aerodynamic shape, he decided to truncate the rear of the car, based on the theories of the German aerodynamic engineer Wunibald Kamm. Zagato did not have a wind tunnel, so he carried out a series of tests on the motorways, using the cornerstones as a reference and the faithful designer Ercole Spada as a timekeeper sitting on the ground. The final result was ready a few months later, and Zagato himself entered the new SZ in the 1961 Monza Grand Prix, winning the race ahead of Micheloti's revised SZ. Following this success, production of the second series of SZs was launched. Mechanically, the second series retained all the attributes of the first SZ. The notable difference was that, despite the lengthening of the car, it lost 15 kg and weighed just 840 kg. Thanks to these improvements, the top spee

Estim. 600 000 - 800 000 EUR

Lot 36 - 1964 ALFA ROMEO GUILIA TZ Châssis AR 750071 Titre de Circulation Suisse Importation temporaire sur le territoire de l’union européenne - Certificat Alfa Romeo - Voiture du Racing Car Show 1965 - Ex John Dolley Au début des années soixante, Alfa Romeo commence à travailler sur la remplaçante des Guilietta sportives. Pour ce nouveau projet, un choix radical est pris. On développe un châssis tubulaire spécifique à cette nouvelle voiture, conception déléguée à Auto-Delta. Réalisé en acier soudé, il offre une répartition des masses idéale et un poids de seulement 125 kg. Côté mécanique, la nouvelle Giulia est équipée du 1570 cm3, grandement revu pour l’occasion avec bloc et culasse aluminium. Il est alimenté par deux carburateurs Weber double corps 40, développant 112 chevaux en version civile et 170 chevaux en compétition. La carrosserie est confiée à Zagato qui, fort des travaux réalisés sur la SZ Coda Tronca, confiera le projet à Ercole Spada. Il proposera une ligne à l’aérodynamique exceptionnelle. L’ensemble résultera en une des meilleures automobiles de compétition de son époque. Si 100 exemplaires étaient prévus au départ, Alfa Romeo en produira 112 exemplaires au total. L’histoire de notre exemplaire débute en novembre 1964, lorsqu’Alfa Romeo GB LTD reçoit une TZ châssis 750071. Le 11 novembre de la même année, la voiture est vendue au Concessionnaire Ken Rudd Engineers, distributeur de la marque à Worthing dans le Sussex. La voiture est alors immatriculée 3 LBP. En janvier 1965, la voiture est exposée au 6 e Racing Car Show à Londres sur le stand 44 (stand appartenant à la concession Halsales, distributeur Alfa Romeo à Penge). Le 19 mars 1965, l’automobile est mise en vente par le concessionnaire de Worthing, l’annonce précise alors : moins de 100 miles, comme neuve, aucun usage compétition, en vente à la suite d’un changement de programme. En octobre 1969, la voiture réapparait, elle est alors peinte en bleu et mise en vente par un certain Peter Anthony S. Il explique alors être le premier propriétaire de la voiture. En 1970, la voiture invendue est repeinte en rouge afin de faciliter la transaction. Le 21 janvier de la même année, la voiture est vendue et immatriculée au nom du docteur Donald B. Le 16 mai 1970, la voiture se retrouve en la possession de Jon Dooley, grand amateur britannique de la marque et pilote de voiture de Tourisme. Ce Jour-là, la TZ est engagée à Silverstone sur un évènement local. Entre 1970 et 1974, le châssis 750071 sera engagé à une vingtaine d’événements en Grande Bretagne. Après cette date, les deux Alfa Romeo TZ présentes en Angleterre à ce moment sont acquises par Steve Forristal, marchand Texan, grand spécialiste de la marque, connu pour avoir notamment couru sur une TZ2 en 1965. En 1984, lors de la rédaction d’un premier Registre de propriétaire de TZ, le châssis 071 est toujours entre les mains de Steve Forristal. En octobre 1988, la voiture est acquise par Albrecht G. Guggisberg. Celui-ci la restaurera avant de la revendre en 1993 à Gérald Bugnon. Rapidement après son acquisition, la voiture va être préparée en vue de son engagement à divers évènements VHC. En 2000, la voiture est restaurée, cette fois-ci par les ateliers CMG Prototypi. Elle retrouve alors sa teinte d’origine. Entre 2001 et 2005, l’automobile sera engagée dans une dizaine de rallyes VHC avec Gérald Bugnon en copilote au sein de son Team : il Biscione Corsa Romand. Entre chaque rallye, la voiture sera entretenue par les ateliers Calderoni. En 2006, la voiture remporte dans sa classe le Rallye Historique du Var. A son volant, Romain Dumas qui deviendra futur double vainqueur des 24 Heures du Mans. Passé cette date, le châssis 071 courra de moins en moins. En 2011, la décision sera prise de remettre TZ dans son état d’origine. La boite d’origine est réinstallée, l’ensemble des équipements VHC sont retirés et une peinture complète est réalisée. Seule concession à l’origine, les bulles de phares, retirées lors d’une précédente restauration, ne sont pas réinstallées conformément à la volonté du propriétaire. C’est une TZ connue et préservée des affres de la compétition de l’époque que nous vous proposons. En bel état, celle-ci est toujours prête à proposer des sensations exceptionnelles. Erratum: La châssis 071 est toujours entre les mains de Steve Forrestal. La voiture accidentée est acquise en octobre 1988 par Albrecht G. Guggisberg. Celui-ci la restaurera en changeant le châssis trop abié et en conservant le maximum de pièces d'origine. En 1993, il vendit la voiture à Gérald Bugnon. 1964 ALFA ROMEO GUILIA TZ Chassis AR 750071 Swiss registration document Temporary import into the European Union - Alfa Romeo certificate - Racing Car Show 1965 - Ex John Dolley In the early 1960s, Alfa Romeo began work on a replacement for the s

Estim. 800 000 - 1 200 000 EUR

Lot 37 - 1965 ALFA ROMEO Giulia Sprint GTA Châssis AR613276 Moteur AR 00 559 05026 Sans titre de Circulation Passeport FIA 169 chevaux au banc Certificat Alfa Romeo Introduite en 1965, la GTA était la version de compétition officielle de la Giulia Sprint GT et était produite en variantes de route (stradale) et de course (corsa). Cette dernière, relevait de la responsabilité du département compétition de l'usine Autodelta. La GTA se différenciait par ses panneaux de carrosserie en aluminium, ses vitres latérales et arrières en plexiglas et ses aménagements intérieurs allégés. En conséquence, la GTA pèse 200 kilogrammes de moins qu’une Sprint GT. Le quatre cylindres classique à double arbre à cames d'Alfa de 1 570 cm3 a subi d'importantes modifications pour la GTA, l'angle entre les soupapes étant réduit de 90 à 80 degrés et la taille de ces dernières considérablement augmentée. Comme il n'y avait plus de place entre eux pour une bougie centrale, on a opté pour un double allumage. En version route, le moteur révisé produisait 115 ch avec jusqu'à 150 chevaux disponibles en version course. La GTA a fait ses débuts en course le 20 mars 1966 à Monza où Andrea de Adamich et Teodoro Zeccoli ont triomphé dans la course de quatre heures du Jolly Club. Dès lors, les GTA préparées par Autodelta connurent un succès exceptionnel, remportant le Championnat d'Europe des voitures de tourisme trois années de suite, de 1966 à 1968. Afin de permettre l'homologation, 500 voitures ont été fabriquées pour la course et la route. L’exemplaire que nous vous proposons est une des 500 GTA Stradale fabriquées par Alfa Romeo. Sortie d’usine le 7 juillet 1965, elle fut livrée le 30 aout à la concession Avellino en Italie. Elle était alors Biancospino avec un intérieur en skaï Nero Fumo. Nous retrouvons ensuite sa trace en 1988 en Suisse, elle appartient alors à Hans Ulrich Kohler. La voiture se voit alors délivrer un carnet de passage en douanes FIA délivré par l’Automobile Club Suisse. Elle est alors comme beaucoup repeinte en rouge. En 1989, la voiture change de mains, elle est alors acquise par Helmut Kuen, résidant à St Moritz. Ceux-ci feront restaurer l’automobile par l’atelier du Club del Portello, spécialiste de la marque (pas de factures au dossier). Dans les années 90, la voiture sera acquise par Gerd F. Klein, amateur allemand. En 1999, elle passe entre les mains de Patrick Koller, collectionneur allemand qui la conservera jusqu’en 2006. Cette année-là, la voiture est acquise par Gérald Bugnon. Elle est alors peinte en Jaune. Puis elle intègre son team pour être engagée sur plusieurs rallyes du championnat VHC dont ceux de l’Acropole et de San Marin. En 2009, la voiture est reconfigurée pour un usage piste. Elle est alors engagée aux 6 Heures de Spa en 2010. Courant 2015, une restauration est entreprise. Tout est revu aux spécifications FIA. Un nouveau moteur est développé. Lors de son passage au banc en juillet 2015, celui-ci développait 169 chevaux. Après ce chantier, la voiture sera engagée à plusieurs rallyes en 2016, 2018 et 2020. En 2021, le passeport technique FIA de la voiture est renouvelé. Valide jusqu’en 2030, celui-ci permettra au futur propriétaire d’engager sa voiture au sein des meilleurs évènements mondiaux. Avec une préparation de qualité, cette GTA est une véritable machine de course dont l ’efficacité n’est plus à prouver. 1965 ALFA ROMEO Giulia Sprint GTA Chassis AR613276 Engine AR 00 559 05026 No registration document FIA passport 169 hp on test bench Alfa Romeo certificate Introduced in 1965, the GTA was the official competition version of the Giulia Sprint GT and was produced in road (stradale) and racing (corsa) variants. The latter was the responsibility of the Autodelta factory's racing department. The GTA was distinguished by its aluminium body panels, Plexiglas side and rear windows and lighter interior fittings. As a result, the GTA weighed 200 kilograms less than a Sprint GT. Alfa's classic 1,570 cm3 twin-cam four-cylinder engine underwent significant modifications for the GTA, with the angle between the valves reduced from 90 to 80 degrees and the size of the valves considerably increased. As there was no longer room between them for a central spark plug, a dual ignition system was opted for. In road version, the revised engine produced 115 bhp, with up to 150 bhp available in race version. The GTA made its racing debut on 20 March 1966 at Monza, where Andrea de Adamich and Teodoro Zeccoli triumphed in the Jolly Club four-hour race. From then on, the GTAs prepared by Autodelta enjoyed exceptional success, winning the European Touring Car Championship three years in a row, from 1966 to 1968. To enable homologation, 500 cars were built for racing and road use. The car on offer is one of the 500 GTA Stradale built by Alfa Romeo. It left the factory on 7 July 1965 and was delivered to the Avelli

Estim. 180 000 - 250 000 EUR

Lot 38 - 1969 Alfa Romeo Tipo 33/2 « Daytona » Châssis : 75033009 Moteur 2l : numéro 015 Moteur 2.5l : numéro 20 00 42 L’alfa Romeo 33 marque le retour de la marque au plus haut niveau du sport automobile. En effet, à la fin de l’année 1951, Alfa Romeo s’est retiré de toute compétition internationale, la Fameuse Disco Volante, destinée à courir aux 24h du mans 1952 n’y courrera jamais. Au début des années 60, avec la collaboration d’Autodelta, Alfa Romeo renoue avec le succès en compétition grâce aux fabuleuse GTA, TZ et TZ2. Ces succès pousseront Alfa Romeo à envisager un retour vers les compétions internationales. Ainsi en septembre 1964, le projet 105.33 est lancé. En septembre 1965, un premier prototype équipé du moteur de la TZ2 est produit. Pour le moteur, le choix des ingénieurs se portera vers un V8 de deux litres de cylindrée, développé secrètement durant les années 50. Destinée à courir en championnat Sport Prototype, la 33 est la seconde Alfa Romeo équipé d’un moteur en position centrale arrière après la Tipo 512 en 1939. Après un développement intensif sur la piste de Balloco, la voiture est prête. Le 6 mars 1967, la voiture est engagée à la course de côte de Fléron, en Belgique. Cet évènement marque le retour triomphal d’Alfa Romeo au plus haut niveau. Malheureusement, la fiabilité ne sera pas au rendez-vous pour cette première 33. Carlo Chiti revoit alors la voiture de fond en comble, les exemplaires construits jusqu’à présents, sont également modifiés. Cette 33 B fera ses débuts aux 24 h de Daytona 1968 remportant une victoire dans la catégorie des moins de 2000 cm3. À la suite de ce succès, la voiture sera rapidement surnommée la 33/2 Daytona. A la fin de la saison 1968, autodelta arrête d’exploiter les 33/2, concentrant ses efforts sur la future 33/3. L’ensemble des 33/2 sont alors revendues à des écuries satellites ainsi qu’aux divers importateurs européens de la marque. C’est ainsi qu’en 1969, l’importateur Alfa Romeo en France, la SOFAR, désireux de faire la promotion de la marque en France, acquiert trois Alfa Romeo 33/2. Ces voitures seront engagées en championnat Sport Prototype ainsi que dans les plus grands évènements français. L’exemplaire que nous vous proposons, le châssis 75033009 est l’un d’eux. Celui-ci présente la particularité exceptionnelle d’avoir été immatriculé le 14/10/1969 par la SOFAR sous l’immatriculation 8270 VW 75. Cette immatriculation cachait la volonté de la SOFAR d’engager cette voiture au sein de rallyes et autres évènements routiers en plus du championnat Sport Prototype. Au cours de leur carrière, les 33.2 de la SOFAR seront engagées dans de nombreux événements et remporteront en 1969, avec Ignazio Giunti, la Ronde Cévenole sous le numéro 70, une 3e place à Magny Cours avec Jean Pierre Jaussaud la même année ; puis une victoire à L’AGACI 300 à Montlhéry avec Gerard Larousse. Après une petite saison 1970, la SOFAR reviendra à la victoire en 1971 avec Bob Wolleck à Albi. Cette saison sera la dernière des 33/2 de la SOFAR, dépassée par une concurrence accrue et plus puissante. De son côté, Autodelta décide que seules les nouvelles 33/3 pourront être engagées en compétition. Jean Guichet, pilote de l’écurie, rachète alors les trois 33/2 de la SOFAR. Deux seront revendues à Antoine Raffaëlli, châssis 007 et 017. Ceux-ci, accidentés, seront restaurés puis revendus. Une sera conservée par Guichet : Le châssis 009. Selon Antoine Raffaelli, il s’agissait du plus bel exemplaire de la SOFAR. Jean Guichet participera à quelques courses de côtes et autres évènements locaux avec cette 33/2. En 1997, Gérald Bugnon en fait l’acquisition. La voiture est alors équipée du moteur 33/2 installé par la SOFAR lors du dernier engagement de la voiture. Dès son acquisition, une restauration est entreprise au sein des ateliers Calderoni. La carrosserie, les trains roulants et la mécanique seront revus. La voiture sera par la suite engagée au sein de nombreux évènements historiques. En 2005, désireux de pouvoir utiliser plus facilement la voiture, Gérald Bugnon fait l’acquisition d’un moteur de Montréal, qu’il prépare lourdement afin de se rapprocher des performances originelles. La même année, il fait l’acquisition d’un véritable moteur 2.5 litres de 33. Ce moteur sera fourni avec la voiture au futur acquéreur. Enfin en 2014, un dernier contrôle des éléments en aluminium et magnésium est effectué. Après ce dernier chantier, la voiture sera engagée au grand Prix de Montreux 2014. En 2018, la voiture court une dernière fois, toujours au Grand prix de Montreux. Exposée de manière statique depuis lors, la voiture a été remise en route en vue de la vente. Fonctionnelle, celle-ci mériterait néanmoins une révision générale pour reprendre le chemin des compétitions historiques. Cette Alfa Romeo 33/2

Estim. 2 000 000 - 2 500 000 EUR

Lot 39 - © 1965 ANGELO MOLINARI Classe R2 1500 Monoplace Sans titre de navigation A dédouaner Vendu sur désignation - 200 km/h sur l’eau - Champion du Monde de Classe R2 1973 - Moteur Alfa Romeo 1300 cc puis 1500 cc Angelo Molinari, réputé pour ses coques de compétition à moteur hors-bord, est aussi très présent dans les catégories in-bord de racer, plus particulièrement dans la catégorie des 1300 cm3 au tournant des années 1960. Le bateau que nous vous présentons a été acquis en 1971 par Michel Barone, grand pilote de racer. Celui-ci courant sur un racer 1300 cm3, échange sa machine en 1971 contre ce Racer afin de concourir en classe R2. Equipé d’un moteur alfa Roméo réalésé à 1 500 cm3 pour concourir en R2 ce bateau permettra à Michel Barone de remporter le championnat du monde 1973 En Bon état mais immobilisé depuis une dizaine d’années ce bateau sera à réviser et à remettre en route avant de reprendre le chemin des compétitions nautiques. 1965 ANGELO MOLINARI Class R2 1500 Single seater No sailing licence To be cleared through customs Sold by designation - 200 km/h on water - 1973 R2 Class World Champion - Alfa Romeo 1300 cc then 1500 cc engine Angelo Molinari, renowned for his outboard-engined competition hulls, was also very active in the inboard racer categories, particularly in the 1300cc class at the turn of the 1960s. The boat we are presenting to you was acquired in 1971 by Michel Barone, a great racer pilot. He raced a 1300cc racer and in 1971 swapped his machine for this Racer in order to compete in the R2 class. Fitted with an Alfa Romeo engine re-bored to 1,500 cm3 to compete in R2, this boat enabled Michel Barone to win the 1973 world championship. In good condition, but immobilised for ten years, this boat will need to be overhauled and put back on the road before it is ready to take to the water again.

Estim. 20 000 - 30 000 EUR