Tous les lots "Tapisseries" Recherche avancée

115 résultats

ven. 19 avr.

Silvestro Lega (Modigliana, 1826 - Firenze, 1895) - Il saluto del fanciullo, (1880-1885) - Huile sur toile, 77x88 cm. Signature en bas à gauche. Expertise Archives Baboni pour la peinture italienne du 19ème siècle par le Professeur Andrea Baboni. Provenance : Collection Trentanove, Florence. Le tableau reproduit ici, "La salutation de l'enfant", est une œuvre authentique et évocatrice de Silvestro Lega, datable des années 1880/85, lorsque son travail s'éloigne de l'expérience des Macchiaioli.Amateur de scènes d'un intimisme raffiné et étudiant constamment la réalité quotidienne, fort de sa formation grâce aux études strictes qu'il a suivies avec Mussini et Ciseri, il exprime néanmoins dans ses œuvres une modernité par laquelle même une scène apparemment banale prend une forte représentation réelle.dans ce tableau, le moment d'affection entre la nourrice et le petit garçon se traduit par une fresque de la réalité, vivante et colorée. Son univers peuplé de figures féminines s'exprime dans des scènes de vie qui impliquent une implication émotionnelle.La lumière et la couleur des figures du premier plan se détachent sur un paysage vivant et complexe d'une qualité admirable et sont magistralement composées dans le tableau.Le mouchoir orange de la figure féminine semble être le centre de la composition, rehaussé par la juxtaposition de la blancheur de la robe de l'enfant. Lascena se situe dans un paysage fluvial riche en verdure qui met en valeur les couleurs claires des personnages. Expertise d'Andrea Baboni.

Estim. 20 000 - 25 000 EUR

Live en cours

Jean Claude BISSERY, d'après, "Forestière" tapisserie en laine, ateliers Robert FOUR à AUBUSSON numérotée 60/100 et signée sur le bolduc. Signée en bas à droite dans la tapisserie. Haut. 105 cm. Long. 175 cm.

Estim. 120 - 180 EUR

Live en cours

4 tapisseries en laine nouée à la main à décor de chevaliers à cheval, château, personnages et fleurs, 132x30 cm, 114x40 cm, 93x39 cm et 78x52 cm

Estim. 40 - 80 EUR

Live en cours

2 tapisseries en laine nouée à la main à décor de personnages avec maisons et animaux de ferme, 123x77 cm chacune

Estim. 30 - 60 EUR

mar. 23 avr.

AUBUSSON Tapisserie " La Pucelle ou la France délivrée " de la tenture " Les Scènes de la vie de Jeanne d'Arc " d'après Claude VIGNON (1593-1670 ), 2ème moitié du XVIIème siècle H : 2,93 m L : 2,80 m Jeanne d'Arc, à droite de la composition, relève le roi de France vêtu d'un manteau bordé d'hermine qui symbolise la France sortie de ses chaînes. Le thème " La Pucelle ou la France délivrée "est porté par un ange. Au second plan se découvre un plan d'eau et de verdure. Bordure fleurie. " La Pucelle ou la France délivrée " est réalisée d'après un dessin de Claude Vignon aujourd'hui perdu qui fut gravé par Abraham Bosse (1604-1676). Il fut inspiré du poème héroïque relatant la vie de Jeanne d'Arc par Jean Chapelain en 1656, écrit en douze chapitres et dédié au duc de Longueville, mécène de ce dernier. Plusieurs tapisseries de dessin identique réalisées par la manufacture d'Aubusson sont connues : Deux tapisseries similaires sont conservées au Musée Jeanne d'Arc à Orléans (Inv. 76.51.003) depuis 1873, accompagnées d'autres épisodes de la tenture : Jeanne d'Arc à Chinon, La Prise des Tourelles, Le Sacre de Charles VII, Le Comte de Dunois en costume d'apparat, Jeanne d'Arc en pied tenant son étendard, Le Comte de Dunois prisonnier sous les murs de Paris, Jeanne d'Arc en armure antique provenant d'un château de la Sarthe acquises postérieurement. Une tapisserie au château d'Espanel vendue en 1879. Une autre dans la collection Duclos en 1916 à Rouen dont la localisation est inconnue. C'est sans doute l'une de ces tapisseries qui passa en vente le 10 juin 2012 lot 132 SVV Rouillac. Très bon état, tapisserie restaurée, bordure d'origine. M ou J. Chapelain. La Pucelle ou la France délivrée, poème héroïque. Paris 1656. P.-F. Bertrand, D. & P. Chevalier, Les Tapisseries d'Aubusson et de Felletin, 1457-1791, Paris, S. Thierry/Lausanne, La bibliothèque des arts, 1988. La Pucelle ou la France délivrée de Chapelain, F. Deshoulières. Les tapisseries de la Pucelle d'Orléans. Bulletin Monumental 1921 p.279 et bulletin de la Société Archéologique de l'Orléanais 1920 Musée Jeanne d'Arc et musée de la Peinture à Orléans. Paola Pacht Bassani et A. Schnapper. Claude Vignon (1593-1670) Arthura 1992. p.479-488.

Estim. 3 000 - 5 000 EUR

mar. 30 avr.

La chasse au rhinocéros Tapisserie flamande, Audenarde. Fin du XVIe, début du XVIIe siècle. Tissée en laine et soie H. 3,24 x L. 3,08 m Cette tapisserie est intéressante par son thème de chasse et rare en illustrant un rhinocéros. Il est au premier plan dans un paysage boisé, paisible, avec lac, fontaine, jardin et architectures, parsemé de scénettes à motif de couples, de figures isolées, de gondoles, d'animaux exotiques, fantastiques et forestiers. Bordure à décor de bouquets de fleurs, de fruits, et de feuilles, d'architectures encadrant des animaux et figures allégoriques, dont la foi, l'espérance et la force d'âme, avec inscriptions latines. Elle a conservé de beaux coloris vifs et a gardé sa bordure d'origine. Elle présente un bel état de conservation général avec quelques usures et anciennes restaurations. Elle est diminuée en hauteur et probablement en Largeur. Dans cette tapisserie figure une représentation d'un rhinocéros, animal d'une grande rareté à cette période. En effet, au XVIe siècle, seul deux rhinocéros étaient connus sur le territoire européen. Le premier se nommait Gomda et fut offert par le roi indiens Muzaffar II de Cambaye en cadeau au roi Manuel Ier de Portugal à Lisbonne, où il débarqua le 20 mai 1515 (le second viendra un peu plus tard, vers 1577, au Portugal, également pour le roi et se nommait Ibada). Ce dernier inspira Dürer qui réalisa cette même année, en 1515, sa gravure sur bois intitulée Rhinocervs. Malgré des inexactitudes anatomiques, cette dernière sera considérée comme une représentation réaliste d'un rhinocéros jusqu'à la fin du XVIlle siècle. Notre tapisserie semble directement influencée par cette gravure de Dürer : la petite dent de narval (corne) au milieu du dos n'a rien de réel et est directement empruntée à Dürer. De plus, les grandes lignes de la silhouette ainsi, que les plis de la peau épaisse reliées entre elles par de la peau souple, confirme qu'il s'agit bien d'une figure inspirée du rhinocéros indien de Dürer et non du modèle africain.

Estim. 10 000 - 15 000 EUR