Tous les lots "Arts du monde" Recherche avancée

2419 résultats
Galerie

Live en cours

JEAN PUIFORCAT, (1897-1945) Saint Christophe Médaille en argent, signée en bas à gauche Travail des années 30 Poids: 11,06 g. env. 2,5 x 2,5 cm

Estim. 15 - 20 EUR

Live en cours

Paire de miniatures persanes peintes à la gouache représentant des chasses aux félins, signées en haut à droite 9 x 13,5 cm Dans un encadrement en marqueterie de pierres dures et bois à décor d'étoiles géométrisées (petits décolements de matière)

Estim. 20 - 40 EUR

Live en cours

Miroir quadrangulaire en bronze argenté, à décor en relief de quatre cavaliers de type sassanide lancés au galop, chassant divers animaux, tels lièvre, sanglier, daim et lion, dans un paysage de montagnes, ces dernières figurées sous forme stylisée aux angles et autour du bouton central représentant un animal couché, un trou sous son ventre permettant le passage d’un cordon ; le pourtour souligné d’une frise de rinceaux. CHINE, style des Tang 16 x 16 cm (Traces d’oxydation)

Estim. 500 - 600 EUR

Live en cours

Deux pendentifs en or jaune 18k (750‰) en forme de cartouche égyptien Poids 7,10 g. env. H. 4,3 et 3,3 cm env.

Estim. 200 - 300 EUR

Live en cours

Crucifix avec Christ en ivoire sculpté, Tête inclinée vers l'épaule droite, visage à l'expression expirante avec bouche ouverte, périzonium retenu par une cordelette avec une chute latérale sur la hanche gauche, jambes dissymétriques avec la gauche légèrement fléchie; titulus. cadre à ressaut en bois sculpté et doré à décor de fleurs et feuillages. XVIII° siècle (fond retapissé) Christ: haut 22 cm - largeur 13 cm Hauteur totale: 64 cm Largeur.: 46 cm Poids brut 2,5 kg Petits éclats, manque le crâne. (Expert: Laurence FLIGNY) avec son CITES ***** Porter enchère équivaut à accepter nos conditions de vente donc pour les envois s'y référer ****

Estim. 400 - 500 EUR

Live en cours

Paperolles reliquaires en forme de croix à décor de la crucifixion au centre et d'un portrait sur porcelaine en bas. Quatre paperolles au démarrage des bras de la croix: pain sacré - Liberal - Hipolite - Etienne. 39 x 23 cm ***** Porter enchère équivaut à accepter nos conditions de vente donc pour les envois s'y référer ****

Estim. 150 - 180 EUR

Live en cours

Paperolles reliquaires en forme de montgolfière bénitier composée d'une croix au centre en perles, paperolles en rayonnement: Catherine - Mathieu - Vincent - Jérôme - Brigitte - Jean au dessus d'une petite statue en plâtre en partie basse. 25 x 12 cm ***** Porter enchère équivaut à accepter nos conditions de vente donc pour les envois s'y référer ****

Estim. 80 - 120 EUR

Galerie

Charles Hossein ZENDEROUDI - [Composition calligraphique]. Gouache et encre sur papier. H318xL250mm le sujet. H415xL317mm la feuille. Signée par l'artiste en bas à droite dans la composition. Bon état de conservation. L’école d’artistes Saqqah-khaneh (aussi appelée « Sagha Khaneh ») s’est inspirée d’une grande variété de sources classiques persanes ; y compris les cultes, les rituels et les produits de la culture populaire. Les artistes les plus connus associés à cette école sont Parviz Tanavoli, Faramarz Pilaram, Massoud Arabshahi et Sadegh Tabrizi. L’un des fondateurs et principaux partisans était Charles Hossein Zenderoudi. Le modernisme Persan est ainsi né dans les années 1960 avec ce mouvement fortement caractérisé par le symbolisme, qui se définit par une combinaison d’images religieuses et d’éléments décoratifs traditionnels avec des techniques de peinture moderne. Le mot « Saqqa-khaneh » se réfère à l'origine à un type de sanctuaire de fontaine publique que l’on trouve dans les vieilles villes et villages d’Iran. Ces sites sont considérés comme des lieux saints : des bougies y sont souvent brûlées, des tentures vertes et noires sont suspendues, tandis que des grilles de protection en fer et des panneaux calligraphiques sont gravés de motifs décoratifs et de versets coraniques. Charles Hossein Zenderoudi, peintre mais aussi sculpteur, est considéré comme l’un des plus grands artistes iraniens de notre époque.

12 000 EUR

Galerie

Antonio BERNI - Ramona va aux taureaux, 1964 BERNI Antonio (Rosario, Argentine 1905 † 1981 Buenos Aires, Argentine) Xylographie originale et gaufrage H970xL590mm. Belle épreuve sur vélin fort, signée au crayon, titrée, datée et numérotée 20 /25. Planche issue de la série Ramona Montiel y sus amigos (“Ramona et ses amis”). Bonnes marges. Montée sous cadre Antonio Berni est l’un des artistes argentins les plus importants de la seconde moitié du XXe siècle. Son œuvre aux accents surréalistes, récompensé à la Biennale de Venise en 1962, est indissociable de son engagement politique et social. À la fin des années 1950, inquiet de la crise économique que traverse son pays et du sort réservé aux classes les plus démunies, Berni invente deux personnages d’inspiration populaire, auxquels il consacrera de grands cycles de collages, gravures et photomontages : “Juanito Laguna”, fils d’ouvrier et enfant des bidonvilles de Buenos Aires, et “Ramona Montiel”, ancienne couturière portègne devenue prostituée, et sujet des deux gravures que nous présentons. Les xylographies monumentales de l’artiste - pour lesquelles il remporte le premier prix de gravure et de dessin à la biennale vénitienne - sont marquantes à plus d’un titre. D’effets puissamment décoratifs, elles incorporent à l’impression du bois de savants collages et empreintes d’objets glanés aux puces, ou dans les poubelles des faubourgs de la capitale argentine. Le réemploi direct de ces rebuts industriels - cordes, bijoux, morceaux de tissus, etc – dont Berni sature intentionnellement ses compositions, permet de donner corps à sa critique socio-politique.

12 000 EUR

Galerie

Charles Stanislas Matifat - La pendule aux éléphants. Un modèle orientalisant de Matifat présenté au Crystal Palace en 1851. Emblématique des créations de Charles Stanislas Matifat, cette spectaculaire pendule témoigne d’une inspiration orientalisante. Evoquant une architecture royale des Mille et une nuits, mêlant or et couleurs, elle se caractérise par ses deux éléphants ornant la base. Le modèle de cette pendule riche et précieuse fut présenté lors de la première exposition universelle, organisée à Londres en 1851. Il fut exposé sur le stand de Matifat au sein du prestigieux Crystal Palace. A cette occasion, Matifat fut récompensé par une médaille de 2e Classe. Charles Stanislas Matifat était loin d’être inconnu. Fondateur d’une fabrique et d’un magasin de bronzes décoratifs en 1820, il jouit d’une belle notoriété. Ses talents sont loués dans la presse, ainsi que par la commission française de l'Exposition de 1851. « M. Matifat s'est appliqué à chercher des formes nouvelles, variées et élégantes. Ce fabricant intelligent et d'un goût délicat apporte autant de soin dans l’exécution que dans le choix des modèles ». A ce moment, Matifat invente un procédé d’émail à froid sur bronze, qui lui permettra de créer des décors d’une grande finesse. Charles Stanislas Matifat présenta ses créations à l’occasion d’autre expositions internationales ou universelles, toujours élégantes, gracieuses et d’une grande délicatesse d’exécution.

Prix sur demande