Null FRANS FRANCKEN II (ANVERS, 1581-1642)
LES SEPT ŒUVRES DE MISÉRICORDE
Pannea…
Description

FRANS FRANCKEN II (ANVERS, 1581-1642) LES SEPT ŒUVRES DE MISÉRICORDE Panneau de chêne, deux planches, renforcé Monogrammé en bas à droite "FF" ; Porte des inscriptions au revers The seven works of Mercy, oak panel, two boards, reinforced, monogramed lower right "FF" 43 x 68 CM - 16,9 x 26,8 IN. Provenance Vente anonyme, Paris, Hôtel Drouot (Drouot Estimations), 6 décembre 2019, n° 33 (reproduit). Nous rapprochons notre composition de celle (Panneau, 78 x 109 CM) de la Bayerische Staatsgemäldesammlungen de Münich (signée et daté 1630). (Voir U. Härting, Frans Francken der Jüngere, Freren, 1989, n° 273, reproduit p. 309). Une composition similaire attribuée à Frans Francken sur cuivre (55 x 72 CM) est présentée en vente Christie's, Londres, 19 mai 1989, n° 144.

54 

FRANS FRANCKEN II (ANVERS, 1581-1642) LES SEPT ŒUVRES DE MISÉRICORDE Panneau de chêne, deux planches, renforcé Monogrammé en bas à droite "FF" ; Porte des inscriptions au revers The seven works of Mercy, oak panel, two boards, reinforced, monogramed lower right "FF" 43 x 68 CM - 16,9 x 26,8 IN. Provenance Vente anonyme, Paris, Hôtel Drouot (Drouot Estimations), 6 décembre 2019, n° 33 (reproduit). Nous rapprochons notre composition de celle (Panneau, 78 x 109 CM) de la Bayerische Staatsgemäldesammlungen de Münich (signée et daté 1630). (Voir U. Härting, Frans Francken der Jüngere, Freren, 1989, n° 273, reproduit p. 309). Une composition similaire attribuée à Frans Francken sur cuivre (55 x 72 CM) est présentée en vente Christie's, Londres, 19 mai 1989, n° 144.

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

D'après FRANS FRANCKEN II (Anvers, Belgique, 1581 - 1642). "La Sainte Cène". Huile sur cuivre. Présente des restaurations et des repeints. Dimensions : 30 x 24 cm ; 40 x 33 cm (cadre). Cette œuvre conserve le même format ovale que l'original de Fran Francken II. Elle représente au premier plan la Sainte Cène et au second plan Jésus-Christ lavant les pieds de saint Pierre. Aux quatre coins apparaissent en grisaille les quatre évangélistes et Dieu le Père. Le plus fécond de sa famille de peintres, il se forme auprès de son père, Frans Francken Ier, et entre en 1605 à la guilde des peintres de Saint-Luc à Anvers, entamant ainsi une carrière qui durera jusqu'en 1640, date à laquelle il se spécialise dans la peinture d'armoires. Sa contribution à ce genre a été d'une grande importance, influençant des artistes tels que Teniers. Son style est basé sur celui de Jan Brueghel de Velours, bien qu'il montre également de fortes influences de son père et de son oncle, Hieronimus Francken. Dans ses premières œuvres, on peut apprécier les emprunts au maniérisme et à la peinture du XVIe siècle, tant dans la structure des compositions que dans le rythme et l'expression des personnages. On y trouve également des références évidentes à l'œuvre d'artistes italiens tels que Raphaël, Véronèse et Zuccaro. De même, l'utilisation d'estampes de Dürer et de Lucas de Leyden pour certaines de ses figures a été démontrée. Outre l'ébénisterie, Francken a peint des thèmes mythologiques et bibliques, quelques retables et, en collaboration avec d'autres artistes, des figures dans des paysages ou des scènes d'intérieur de Tobias Verhaecht, Joos de Momper II, Pieter Neefs ou Paul Vredeman de Vries, entre autres. Il est actuellement représenté dans les plus importantes galeries d'art du monde, comme le musée du Prado, le Louvre, le musée royal des beaux-arts d'Anvers, le Kunshistorisches Museum de Vienne, l'Ermitage de Saint-Pétersbourg et la Royal Collection de Londres, entre autres.