Annonces de ventes

DAGUERRE - Stéphane Bern : un intérieur parisien

mardi 25 janvier 2022

Le 25 janvier prochain, la maison de ventes aux enchères Daguerre dispersera le contenu de la demeure parisienne de Stéphane Bern. Célèbre défenseur du patrimoine, Stéphane Bern quitte Paris pour s’installer dans le Perche et poursuivre les importants travaux de restauration que nécessite le monument historique acquis par cet amoureux des pierres anciennes. Cette vente aux enchères sera l’occasion de découvrir les anecdotes qui se cachent derrière des meubles ou des objets qui ont fait le quotidien du journaliste pendant dix-huit ans.
 
Stéphane Bern explique : Au sortir des deux confinements, j’ai pris la décision radicale de quitter Paris pour vivre pleinement à la campagne avec mes animaux, dans le Perche, donc au plus près du monument historique que j’ai restauré. J’ai conscience que c’est une page de vie qui se tourne. Pendant dix-huit ans, j’ai adoré vivre dans cet hôtel Rousseau où vécurent tour à tour Cavaillé-Coll, Victor Hugo ou le peintre américain George P-A Healy. Mais sans nostalgie, j’ai décidé de quitter les lieux pour écrire ailleurs un nouveau chapitre de ma vie. J’abandonne un lieu chargé d’Histoire et, dans un même élan, j’ai estimé qu’il fallait aussi se séparer des objets et meubles qui avaient constitué mon univers pendant presque deux décennies. Ils ont tous leur histoire et feront le bonheur d’amateurs d’art autant qu’ils m’ont agréablement accompagné. Mon déménagement n’est pas le seul et impérieux motif de cette vente ; j’ai décidé de poursuivre dans mon village du Perche les coûteux travaux de restauration que j’ai entrepris, en créant une nouvelle entrée pour le musée du Collège royal militaire, en aménageant une salle d’exposition temporaire ou en réhabilitant un ancien colombier du XVIe siècle qui faisait partie de l’abbaye de Tiron. Il est vrai que je m’efforce de mener ces différents chantiers sans solliciter la moindre subvention publique… menant, par ailleurs, bénévolement une mission de sauvegarde du patrimoine en péril. Ce n’est certes pas sans un pincement au coeur que je me sépare de certains de ces objets, tableaux ou meubles, mais je ne doute pas qu’ils trouveront refuge dans d’autres maisons accueillantes où ils seront appréciés autant que je les ai aimés.
 
aaa
Parmi les meubles et objets chargés d’histoires, et qui feront sans nul doute le bonheur de futurs propriétaires, figure notamment l’important tableau peint par l’atelier de Martin Van Meytens, représentant Elisabeth-Christine de Brunswick-Wolfenbüttel, mère de Marie-Thérèse d’Autriche et grand-mère de la reine Marie-Antoinette (estimation : 15 000 - 20 000 €). Stéphane Bern, à propos de cette toile, ajoute : Assidu des ventes aux enchères consacrées aux souvenirs de la Maison d’Autriche et les Habsbourg, organisées à Vienne, je suis tombé un jour en arrêt devant ce superbe portrait attribué à Carl Van Loo – mais qui pourrait davantage être l’oeuvre de Martin van Meytens – car, par la suite, sa fille, l’impératrice Marie-Thérèse, se fera représenter dans cette même pose. Il se trouve que je débutai alors avec Franck Ferrand la rédaction de notre ouvrage « Portraits de Cour » sur cet art négligé et méprisé de la peinture de cour.

Le lustre, qui habille la même pièce et que l’on distingue sur la photographie de gauche, est signé d’Hervé van der Straeten. Pour mon 50e anniversaire, tous mes amis me firent la surprise de constituer une cagnotte pour participer à la création d’un lustre original signé du talentueux designer Hervé van der Straeten. Ce magnifique lustre en bronze doré et cristal de roche est librement inspiré de son édition limitée Astrolabe, et constitue une création unique. J’ai toujours admiré le talent du designer, la perfection dans la réalisation, la pureté des lignes… et je suis heureux d’avoir pu acquérir, outre ce lustre, des appliques, un pouf Capsule et une lampe Hemera…, précise Stéphane Bern. Ce lustre unique est estimé entre 12 000 et 15 000 €.

Mentionnons encore une paire de tables marguerite d’Hubert Le Gall, estimée 10 000 - 12 000 € : Tout en meublant la maison avec un mobilier XVIIIe, j’avais à coeur de l’harmoniser avec des créations de design contemporaines comme les tables et consoles de Stefan Mocanu, les luminaires d’Hervé van der Straeten ou les tables marguerite et les lampes d’Hubert Le Gall, autre très talentueux créateur que j’ai connu à ses débuts lorsqu’il s’est lancé… avec le succès que l’on sait. J’aime sa créativité et sa poésie autant que son sens pratique pour que les objets trouvent leur place dans notre quotidien, ajoute encore Stéphane Bern.

La vente est constituée de plus de 150 lots qui représentent autant d’occasions de découvrir une multitude d’autres anecdotes.


Vente aux enchères publique - Hôtel Drouot - Salle 1
Mardi 25 janvier 2022 - 14h

Exposition publique - Hôtel Drouot - Salle 1
Samedi 22 janvier 2022 - 11h/18h
Lundi 24 janvier 2022 - 11h/18h
Mardi 25 janvier 2022 - 11h/12h


Partager sur
Daguerre

Stéphane Bern, un intérieur parisien : tableaux, mobilier et objets d'art, tapis, céramiques, art nouveau, art déco, vins et alcools

Vente : mardi 25 janvier 2022
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot 75009 Paris, France
Maison de vente
Daguerre
Tél. 01 45 63 02 60