Null Canne en ronce de bois, le pommeau sculpté d'un visage grotesque
Fin XIXe s…
Description

Canne en ronce de bois, le pommeau sculpté d'un visage grotesque Fin XIXe siècle L. 91 cm

21 

Canne en ronce de bois, le pommeau sculpté d'un visage grotesque Fin XIXe siècle L. 91 cm

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

Fétiche Kissi, Sierra Leone Bois, tissu, fibre végétales, dents, os, perles H. 45 cm Provenance : Collection Paul et Jacqueline Canfère acquis auprès de Jean-Michel Huguenin (selon information orale des descendants). Dans certaines parties de la Sierra Leone et du Libéria, de petites figures telle que cet exemplaire ont été découvertes au sein des populations locales de Kissi et de Mende. On sait peu de choses des créateurs de ces sculptures, qui sont interprétées par leurs découvreurs comme ayant des propriétés magiques. Selon Tagliaferri et Hammacher (1974 : 12), « Les Kissi prétendent que les sculptures représentent leurs ancêtres, ils appellent le type de pierre qu'ils trouvent pomdo (ou pyomdo, dans les régions occidentales), c'est-à-dire les morts. Selon les Kissi, la découverte d'un pomdo montre qu'un ancêtre communique avec ses descendants : l'identité de l'ancêtre est établie par divination, puis la sculpture est placée dans le sanctuaire des descendants et utilisée pour les cérémonies de prestation de serment et de divination. » Dans une étude sur le Kissi, Denise Paulme explique que parfois comme en témoigne l'exemplaire en présence, « la pierre est dissimulée dans une sculpture en bois spécialement conçue pour la protéger, qui consiste en un tronc grossièrement taillé avec une niche sculptée pour le pompon lui-même, surmonté d'une tête et drapé dans une ample robe poncho. En fait, bien que l'on considère généralement que les Kissi ne sont pas traditionnellement des sculpteurs en bois, des figures en bois - certaines d'un excellent savoir-faire - ont été sculptées par eux, et le protecteur en bois mentionné ci-dessus en est un exemple. » (Paulme 1956 : 146) D'apparence rare et peu commune, ce bel exemplaire est animé d'une puissante prestance d'une force expressivité de ses traits marqués, et d'élégance à travers la richesse de ses ornements (perles, tissus, dents, clochettes, fibres végétales, toiles…). Le visage aux lèvres épaisses, au nez large et épaté, aux yeux en reliefs en amendes finement incisés, sublimé par une belle coiffe en crête formée d'un croissant de lune inversé, et de rangées de striures sur ces deux latéralités, et intensifié par une patine noire profonde suintante attestant des onctions reçues.