Null 3 B CORNAS JANA Domaine Johan Michel 2019
TVA récupérable pour les personne…
Description

3 B CORNAS JANA Domaine Johan Michel 2019 TVA récupérable pour les personnes assujetties

691 

3 B CORNAS JANA Domaine Johan Michel 2019 TVA récupérable pour les personnes assujetties

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

[Marie-Antoinette] : Essais historiques sur la vie de Marie-Antoinette d'Autriche, reine de France, pour servir à l'histoire de cette princesse. Londres, Stampe, 1789. Suivi de Essai historique sur la vie de Marie-Antoinette, Reine de France et de Navarre, née archiduchesse d'Autriche, le deux novembre 1755 : orné de son portrait, et rédigé sur plusieurs manuscrits de sa main. De l'an de la liberté françoise 1789. Versailles, Chez la Montensier, Hôtel des Courtisannes, s.d. [1789]. Deux textes reliés dans un volume. 11 par 17 cm. VIII-80 pages et 1 portrait-145-(1) pages. Demi-chagrin taupe postérieur, dos 5 nerfs. Bon état de la reliure (coins légèrement usés). Bon état intérieur, malgré quelques rousseurs éparses (sans gravité). Découpe sur le titre du 2ème ouvrage sous les mots "sa main", supprimant la mention 2ème partie. Deux parties d'un pamphlet outrageant pour la Reine, accusée de tous les maux, tant sexuels que meurtriers. La seconde partie est un renforcement de la première, ajoutant les meurtres aux orgies. 1) Edition originale ? Rarissime. E.S.T.C. T 97023 ; Tourneux 21049 et Marie-Antoinette 71 ; Dictionnaire des vies privées, 100, pp. 328 à 330 ; Darnton, Le diable dans un bénitier, pp. 516 à 524. D'après Tourneux, Bibliographie de l'histoire de Paris pendant la Révolution 21049 et Marie-Antoinette devant l'histoire 70, cette édition est l'originale et il n'en connaît qu'un seul exemplaire se trouvant dans une bibliothèque privée. Par contre l'E.S.T.C. n° T 97023 considère que c'est une remise en vente de l'édition originale, avec un nouveau titre : "Apparently a reissue of Stampe earlier 1789 printing with a new titlepage and addition of the introduction." "Pamphlet fameux qui donne une idée parfaite des outrages dont on accablait la Reine et qui, à force d'être opiniâtrement répétés, avaient fini par obtenir la créance publique." (Cat. Bosse). "Ce pamphlet, attribué par le bibliophile Jacob à Brissot, -qui aurait été payé pour le composer, par le Duc d'Orléans-, et par Barbier à l'inspecteur de police Goupil, eut une très grande vogue et fut souvent réimprimé. Beaucoup d'éditions ont paru avec des suppléments." (Almeras, Les amoureux de la Reine). "Pamphlet particulièrement abject, et qui connut de nombreuses rééditions, ira jusqu'à dénoncer un excès d'orgies qui auraient déformé son corps. Le roi n'a pas de maîtresse ; ce sera la reine qui va s'accorder toutes les licences. La malveillance commence par suspecter une liaison entre elle et le comte d'Artois puis, agrandissant le champ des possibles, ce sont les femmes de son entourage qui deviennent ses complices ou ses proies. Mme de Lamballe pour un temps, et enfin Mme de Polignac, qui occupe la place de favorite en titre. Au début de la Révolution, La Fayette devient un des héros d'une saga de plus en plus nettement pornographique. Cette supposée dépravation de la reine la conduit, en plus de ses folles dépenses de coquetterie, à incarner une voracité sexuelle insatiable." (Chantal Thomas, Marie-Antoinette Messaline, in Revue des Deux Mondes, 17 juin 2019). 2) Edition parue la même année que l'originale. La mention seconde partie a été supprimée (découpage sous forme de petite fenêtre). Tourneux 21051 b ; Dictionnaire des vies privées, 100, pp. 328 à 330. On retrouve dans cette seconde partie "tous les motifs d'accusation, ou d'exécution déjà réunis dans la première partie mais aggravés. Le portrait est encore plus noir. [...] La composante meurtrière est ici davantage explorée : "Reine barbare, épouse adultère, femme sans moeurs, souillée de crime et de débauche, voilà les titres qui me décorent"." (Dictionnaire des vies privées). On trouve rarement les deux parties réunies. Le relieur, innocent ou ironique, a décoré de fleurs de lys le dos de la reliure

CASTELNAU (Michel de) et LE LABOUREUR (Jean) : Mémoires de Messire Michel de Castelnau, seigneur de Mauvissiere... Avec les éloges des Rois, Reines, Princes ..., l'histoire généalogique de la Maison de Castelnau, et les généalogies de plusieurs maisons illustres alliées à celle de Castelnau, par J. Le Laboureur. Nouvelle édition, revue avec soin et augmentée de plusieurs manuscrits. Avec près de 400 armoiries gravées en taille-douce, &c. A Bruxelles, Chez Jean Léonard, 1731. Trois volumes. 24 par 38 cm. (34) pp. (faux-titre, titre, souscription, épîtres, préface, table)- 864-(12) ; (8) (faux-titre, titre et table)-782-(8) ; (4) (titre et faux-titre)-560-(7) pages. Pleine basane marbrée d'époque, dos 6 nerfs, caissons très joliment décorés, pièces de titre et de tomaison rouges, roulette sur coupes, tranches rouges. Une belle reliure hélas appréciée par une souris qui a grignoté le bas du dos du tome 2, ainsi que le bas du plat, et légèrement le bas du tome 3. Epidermures légères sur les plats. Malgré ses défauts, un exemplaire très convenable. Très bel état intérieur (2 feuillets légèrement brunis, seul défaut mentionnable). Comme à d'autres exemplaires, celui-ci ne comprend pas les deux portraits. Très nombreux blasons. Source de premier plan pour l'histoire du XVIe siècle, et plus particulièrement pour les Guerres de Religion. Cette édition comporte en outre de nombreuses pièces sur les règnes de François II, de Charles IX et de Henri III ainsi que les généalogies des familles de Castelnau, Bochetel, Morvillier, Gaillard, La Chastre, Morogues, Perreaux, Rouxel-Médavy, Rochecouart et Du Bosc d'Esmendreville, et de nombreuses familles du royaume. "Cette édition est la meilleure et la plus complète". Saffroy, III, 37982.

[Révolution] Deux documents (CAMBON) : DÉCRET DE LA CONVENTION NATIONALE, des 15, 16, 17 et 24 août 1793, qui ordonne la formation d'un grand Livre pour inscrire et consolider la dette publique non viagère ; la remise et annullation des anciens titres de créance, sous peine de déchéance ; l'accélération de la liquidation ; la suppression des rentes dues aux fabriques ; la reconnoissance des dettes des communes, départemens et districts, comme dettes nationales ; la liquidation des annuités et des effets au porteur ; le remboursement ou l'inscription de la dette sur le grand Livre ; le payement annuel de la dette publique dans les districts ; la faculté de convertir les assignats en une inscription sur le grand Livre, à raison de cinq pour cent du capital ; l'admission de la dette consolidée en payement des domaines nationaux à vendre ; et l'assujetissement de la dette consolidée au principal de la contribution foncière. Paris, Imprimerie Nationale Exécutive du Louvre, 1793. Un volume. 18 par 22 cm. 110 pages + 3 tableaux dépliants hors-texte. Cartonnage à la Bradel moderne, en parfait état. Manque d'un coin de page avec perte d'un demi-caractère. Rare édition originale de la plus célèbre des lois financières de la Convention. Pour Cambon, principal auteur et rapporteur de la loi, cette "républicanisation" de la dette avait l'immense avantage de rendre les créanciers de l'Ancien régime indifférents à toute restauration de la monarchie. Avec (Constituante.). Règlement À L'usage De L'assemblée Nationale. S.l.n.d. [1789]. Un fascicule. 12,5 par 19,5 cm. 16 pages. Plein cartonnage bradel moderne en parfait état. Edition originale. Conlon 89 : 582 ; Martin et Walter anonymes 1994 ; reproduit par A. de Baecque pp. 39 à 43. Premier règlement interne d'une assemblée parlementaire française Adopté le 29 juillet sur présentation de Rabaut Saint-Etienne, ce règlement "sert de cadre à la prise de parole, parfois malmenée durant le débat du mois d'août ; l'usage des motions, des amendements et sous-amendements [] se rode lors de ces échanges parlementaires []. Le débat des Droits de l'homme a cet intérêt : porteur de valeurs dont nous vérifions encore aujourd'hui la modernité, il sert aussi de galop d'essai à la pratique parlementaire de la 1ère Assemblée nationale française." (A. de Baecque p. 8). Les deux textes reliés.