1 / 4

Description

HOFFMANN Nicolas
« La Maison Militaire de Louis XVI »
Volume relié in-4 (23 X 37) regroupant 17 planches de Nicolas Hoffmann finement gouachées avec rehauts d’or et d’argent et représentant différents types de militaires de la Maison du Roi vers 1785-1786 :
-Cent Gardes-Suisses en habit de cérémonie
-Sergent de grenadiers du régiment des Gardes Françaises en grand uniforme
-Officier du régiment des gardes françaises en grand uniforme
-Sergent de grenadier du régiment des gardes suisses
-Officier de grenadier du régiment des gardes suisses en grand uniforme
-Tambour des gardes de la porte du Roi en grand uniforme
-Garde de la porte du Roi en petit uniforme
-Garde de la porte du Roi en grand uniforme
-Brigadier des gardes de la porte ordinaire du Roi en Grand uniforme
-Officier des gardes de la porte du Roi en petit uniforme
-Officier des gardes de la porte du Roi en grand uniforme
-Timbalier des gendarmes de la garde du Roi en grand uniforme
-Trompette des gendarmes de la garde du Roi en grand uniforme
-Gendarmes de la garde du Roi en petit uniforme
-Gendarmes de la garde du Roi en grand uniforme
-Porte-étendard des gendarmes de la garde ordinaire du Roi en grand uniforme
-Officier des gendarmes de la garde ordinaire du Roi en grand uniforme
A.B.E. Très belles planches, rares et d’un beau coloris.

Nicolas Hoffmann, né en 1740 à Darmstadt, résida à Paris de 1775 à 1808. Il y était venu pour fournir au Landgrave de Hesse-Darmstadt des planches représentant les uniformes français qu’il observait. En plus de ces travaux, uniques, pour son maître, Hoffmann réalisa de nombreuses planches qu’il faisait tirer en noir et blanc puis coloriait lui-même à la gouache avec des rehauts d’or et d’argent. Il en faisait commerce et la bibliothèque nationale en conserve plusieurs volumes et planches individuelles. Le 1er recueil « Maison du Roi et des Princes » comporte plusieurs des planches qu’on retrouve dans l’exemplaire que nous proposons (Glasser pages 185-188).

Celui-ci a dû être réalisé au 19e siècle à partir de planches individuelles qu’un amateur avait pu se procurer. Il comporte en particulier cinq planches représentant les gardes de la porte « en situation » au château de Versailles.

247 
Aller au lot
<
>

HOFFMANN Nicolas « La Maison Militaire de Louis XVI » Volume relié in-4 (23 X 37) regroupant 17 planches de Nicolas Hoffmann finement gouachées avec rehauts d’or et d’argent et représentant différents types de militaires de la Maison du Roi vers 1785-1786 : -Cent Gardes-Suisses en habit de cérémonie -Sergent de grenadiers du régiment des Gardes Françaises en grand uniforme -Officier du régiment des gardes françaises en grand uniforme -Sergent de grenadier du régiment des gardes suisses -Officier de grenadier du régiment des gardes suisses en grand uniforme -Tambour des gardes de la porte du Roi en grand uniforme -Garde de la porte du Roi en petit uniforme -Garde de la porte du Roi en grand uniforme -Brigadier des gardes de la porte ordinaire du Roi en Grand uniforme -Officier des gardes de la porte du Roi en petit uniforme -Officier des gardes de la porte du Roi en grand uniforme -Timbalier des gendarmes de la garde du Roi en grand uniforme -Trompette des gendarmes de la garde du Roi en grand uniforme -Gendarmes de la garde du Roi en petit uniforme -Gendarmes de la garde du Roi en grand uniforme -Porte-étendard des gendarmes de la garde ordinaire du Roi en grand uniforme -Officier des gendarmes de la garde ordinaire du Roi en grand uniforme A.B.E. Très belles planches, rares et d’un beau coloris. Nicolas Hoffmann, né en 1740 à Darmstadt, résida à Paris de 1775 à 1808. Il y était venu pour fournir au Landgrave de Hesse-Darmstadt des planches représentant les uniformes français qu’il observait. En plus de ces travaux, uniques, pour son maître, Hoffmann réalisa de nombreuses planches qu’il faisait tirer en noir et blanc puis coloriait lui-même à la gouache avec des rehauts d’or et d’argent. Il en faisait commerce et la bibliothèque nationale en conserve plusieurs volumes et planches individuelles. Le 1er recueil « Maison du Roi et des Princes » comporte plusieurs des planches qu’on retrouve dans l’exemplaire que nous proposons (Glasser pages 185-188). Celui-ci a dû être réalisé au 19e siècle à partir de planches individuelles qu’un amateur avait pu se procurer. Il comporte en particulier cinq planches représentant les gardes de la porte « en situation » au château de Versailles.

Estimation 1 000 - 1 500 EUR

* Hors frais de vente.
Reportez vous aux conditions de vente pour calculer le montant des frais.

Frais de vente : 25 %
Remportez votre lot au juste prix en passant une enchère automatique !
Notre système se chargera le jour de la vente d'enchérir à votre place, jusqu'au montant maximum souhaité, sans dévoiler ce montant à la maison de vente !
Déposer un ordre
Livraison

Localisation de l'objet :
France - 78000 - versailles

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente

En vente le dimanche 27 nov. : 10:30 (CET) , reprise à 14:00
versailles, France
Osenat
Voir le catalogue Consulter les CGV Infos vente Experts

Vous aimerez peut-être

MONTANDRE (Alexandre de) et Jacques de ROUSSEL. État militaire de France, pour l'année 1768. À Paris, chez Guillyn, 1771. In-12, (12)-392-(4 dont les 2 dernières blanches) pp., maroquin grenat, dos lisse cloisonné et fleuronné, triple filet doré encadrant les plats avec fleurons d'angles dorés et armoiries dorées au centre, coupes filetées, roulette intérieure dorée, doublures et gardes de papier étoilé doré ; reliure un peu frottée avec coins usagés (reliure de l'époque). EXEMPLAIRE AUX ARMES DU DUC DE LA VRILLIÈRE (fer absent d'OHR). UN DES GRANDS MINISTRES DE LOUIS XV, Louis Phélypeaux (1705-1777) fut titré comte de Saint-Florentin puis duc de La Vrillière (1770). Secrétaire d'État dès 1723, en survivance de son père, il inspira à Louis XV une confiance qui ne se démentit jamais : il eut à sa charge le secrétariat d'État de la Maison du roi, de 1725 à 1775, d'abord en partage avec son cousin Maurepas, puis en totalité après la disgrâce de celui-ci (1749). Il siégea au Conseil du roi comme ministre d'État à partir de 1751, et récupéra à la disgrâce de d'Argenson (1757) l'administration de la ville de Paris qui avait été temporairement détachée du secrétariat d'État de la Maison du roi. Il eut ainsi la charge des lettres de cachet et des rapports avec les protestants, agissant contre les réunions clandestines mais se refusant à entreprendre les actions radicales que préconisaient certains évêques. Surtout, il mena une politique d'urbanisme actif à Reims, Bordeaux, et Paris où on lui doit l'aménagement de la place Louis XV, actuelle place de la Concorde.