Null Beau coffret en métal et régule d’inspiration néogothique signé Charles-Gui…
Description
290 

Beau coffret en métal et régule d’inspiration néogothique signé Charles-Guillaume DIEHL (1811-1885), 19 r. Michel le Comte à Paris, de forme rectangulaire polylobée, à décor de résille, d’un semis de fleurs de lys et de demi-perles, les faces des deux extrémités ornées de trois fleurs de lys plus imposantes et de têtes de vis. Couvercle à charnières (traces de soudure aux charnières), ouverture par clé, intérieur doublé de velours de soie violet, reposant sur quatre pieds fuselés striés et perlés (réparation à l’un des pieds). L. : 23.5 X l. : 12 X H. : 10 cm. Historique : D’origine germanique, Charles-Guillaume Diehl (1811-1885) était le fils d’un menuisier installé à Steinback, dans le Grand-duché de Hesse. Il vint s’installer à Paris à la fin des années 1830 au 3, rue de Thorigny puis au 170, rue Saint-Martin, mais n’est répertorié dans l’Almanach du Commerce qu’à partir de 1850. En 1855 son entreprise, installée 19 rue Michel-le-Comte, se spécialise dans les travaux d’ébénisterie et de décoration. Vers les années 1870, elle compte 600 ouvriers et artisans. Ce sont tant ses coffrets (nécessaires, caves à liqueurs, boîtes à jeu, à gants, à cachemires, à bijoux) que ses meubles qui assoient sa renommée, et il remporta d’ailleurs de nombreux prix en participant à différentes expositions françaises et internationales, notamment en 1855, 1869 et 1873. L’ornementation de notre coffret est représentative du goût pour le style dit « néogothique » alors en vogue en France depuis la fin du premier quart du XIXe siècle. Ce style est issu d’un sentiment de nostalgie du passé national mais rêvé, idéalisé, et puise ses racines dans l’architecture gothique médiévale née en France au XIIe siècle. L’utilisation de la fleur de lys, symbole des rois de France depuis Clovis, en est un parfait exemple alors même que Diehl atteint la renommée sous le Second Empire.

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être