Description de l'œuvre

Mochica

‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎  MOCHICA - Huaco Retrato ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎ ‎  Huaco Retrato - Vase portrait à anse-goulot en étrier - MOCHICA - Pérou - 100 - 700 AP J.-C  - Précolombien Hauteur : 30,3 cm Largeur : 17,2 cm Epaisseur : 17,1 cm Terre cuite creuse à engobe de couleur crème et rouge Documents (originaux) remis à l’acquéreur : - Certificat d’authenticité de la Galerie Mermoz, Santo Micali, Expert, (CNE) Compagnie Nationale des Experts - Certificat Art Loss Register - Passeport de libre circulation - Rapport de thermoluminescence - Facture Ce remarquable vase est l’œuvre de la culture Moché, dite aussi Mochica, une civilisation brillante qui s’est développée entre 100 et 700 après J.-C. environ, dans les vallées désertiques du nord du Pérou. Il appartient au corpus des “ Huaco retrato” autrement dit des vases-portraits, véritables symboles de l’art céramique cérémonielle Moche, présentant une qualité sculpturale et un réalisme exceptionnel. La vitalité et la précision de ces œuvres suggèrent qu’il s’agit de la représentation de véritables individus - un gouvernant, un prêtre, un guerrier – ou à tout le moins de différents types sociaux. Quoiqu’il en soit, ces vases nous donnent, mieux que tout autre support, une occasion rare d’imaginer la physionomie des hommes de l’époque, allant jusqu’à nous donner le sentiment d’être face à un personnage vivant ; ils sont en cela particulièrement précieux.  La taille de cette œuvre, qui compte parmi les plus grands modèles, et le soin apporté à sa confection confirment qu’il s’agit d’un objet cérémoniel, ayant servi lors des rituels. Il est communément admis que ces vases de qualité contenaient de la chicha, un type de bière de maïs aux origines très anciennes, consommée lors des cérémonies. Après avoir été utilisé comme tel, cette pièce a vraisemblablement été enfouie dans la tombe d’un dignitaire, en guise d’offrande, parmi d’autres objets constituant le vaste trousseau funéraire des membres de l’élite. Il n’y aucune preuve toutefois qu’elle représenterait l’individu avec lequel elle aurait été enseveli car des portraits d’hommes

Galerie
Aller au lot
<
>

Mochica

Prix Net TTC  Prix sur demande
Contacter la Galerie
Informations de la Galerie

Voir les œuvres Consulter les CGV

Vous aimerez peut-être

ENRIQUE MÉLIDA ALINARI (Madrid, 1838-Paris, 1892). "La victime et le bourreau".1861. Huile sur toile. Signée et datée dans le coin inférieur droit. Avec des restaurations. Cadre d'époque, avec des défauts. Œuvre récompensée par une mention honorable à l'Exposition de Bayonne de 1864. Mesures : 81 x 68,5 x 5 cm. Enrique Mélida était un peintre et écrivain espagnol, frère du sculpteur et architecte Arturo Mélida. Il exposa pour la première fois à l'Exposition internationale de Bayonne (1864) en présentant le tableau "El verdugo y su víctima" (précisément, le tableau que nous présentons ici) et "Dos cabezas de perro" (Deux têtes de chien), obtenant une mention honorable. À l'Exposition nationale des Beaux-Arts de 1866, il expose Santa Clotilde sorprendida por su padre (Sainte Clotilde surprise par son père), Un estudio (Une étude) et Un retrato del autor (Un portrait de l'auteur), œuvres saluées par le public et la critique. Dès lors, il participe à toutes les expositions nationales de beaux-arts. Son tableau Un baptême dans la sacristie de Saint Louis, exposé au Salon annuel de Paris, est acquis par le gouvernement français. Il remporte ensuite d'autres succès à Vienne, à Madrid, etc. Critique pour la revue El Arte en España (qui distribue également ses lithographies), il publie des ouvrages sur des sujets tels que l'École de Madrid, les Desastres de la guerra de Goya, les Proverbios de Goya, une étude sur le développement des beaux-arts en Espagne et une biographie du peintre Víctor Manzano.