Null SICILE – PANORME 336-330. Aurige tenant le kentron et les rênes d’un quadri…
Description

SICILE – PANORME 336-330. Aurige tenant le kentron et les rênes d’un quadrige galopant à gauche. Il est couronné par une Victoire. Signe de Tanit devant l’aurige. A l’exergue, cygne volant à gauche. R/. Tête de la nymphe Aréthuse à droite coiffée de de l’ampyx et entourée par quatre dauphins. Elle est parée de boucles d’oreille et d’un collier orné d’une tête de lion. CNP 348a ; HGC 2, 1013 corr. ; Jameson 730 ; Weber 1476 Tétradrachme d’argent. (17,37 g) De très beau style. Protubérances axiales. T.B./Très beau. Syracuse est la capitale de l’art monétaire. Le type de la nymphe Aréthuse est immortalisé et se perpétue durant trois siècles. Elle est la nymphe chasseresse de l’Elide métamorphosée en fontaine. L'histoire d'un amour impossible entre Aréthuse et le dieu-fleuve Alphée. L’éternelle beauté chantée par le poète José Maria de Heredia : Le temps passe. Tout meurt. Le marbre même s’use. Agrigente n’est plus qu’une ombre, et Syracuse Dort sous le blanc linceul de son ciel indulgent ; Et seul le dur métal que l’amour fit docile Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent, L’immortelle beauté des vierges de Sicile.

SICILE – PANORME 336-330. Aurige tenant le kentron et les rênes d’un quadrige galopant à gauche. Il est couronné par une Victoire. Signe de Tanit devant l’aurige. A l’exergue, cygne volant à gauche. R/. Tête de la nymphe Aréthuse à droite coiffée de de l’ampyx et entourée par quatre dauphins. Elle est parée de boucles d’oreille et d’un collier orné d’une tête de lion. CNP 348a ; HGC 2, 1013 corr. ; Jameson 730 ; Weber 1476 Tétradrachme d’argent. (17,37 g) De très beau style. Protubérances axiales. T.B./Très beau. Syracuse est la capitale de l’art monétaire. Le type de la nymphe Aréthuse est immortalisé et se perpétue durant trois siècles. Elle est la nymphe chasseresse de l’Elide métamorphosée en fontaine. L'histoire d'un amour impossible entre Aréthuse et le dieu-fleuve Alphée. L’éternelle beauté chantée par le poète José Maria de Heredia : Le temps passe. Tout meurt. Le marbre même s’use. Agrigente n’est plus qu’une ombre, et Syracuse Dort sous le blanc linceul de son ciel indulgent ; Et seul le dur métal que l’amour fit docile Garde encore en sa fleur, aux médailles d’argent, L’immortelle beauté des vierges de Sicile.

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être