Null Louis-Maurice BOUTET DE MONVEL (1850-1913). Garçon au béret. Crayon et aqua…
Description
63 

Louis-Maurice BOUTET DE MONVEL (1850-1913). Garçon au béret. Crayon et aquarelle. Insolé. Signé en bas à gauche. 23,5 x 12,5 cm (vue).

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

Bernard BOUTET DE MONVEL ( 1881-1949) Portrait de Consuela "Consie" Vanderbilt, 1936 Huile sur toile, 40 x 25 cm monogrammée en haut à droite : « BBM » Provenance: Collection particulière. Un certificat de Monsieur Stéphane-Jacques ADDADE, Membre de la Chambre Européenne des Experts d'Art, sera remis à l'acquéreur. En décembre 1935, William K. Vanderbilt, Jr (1878-1944), magnat de la construction maritime et des chemins de fer surnommé comme l'avait été son bisaïeul " le commodore ", commande à Bernard Boutet de Monvel son portrait. Pour le peindre, l'artiste se rend à Miami, Alva Base, une vaste propriété sur Terminal Fisher island où se trouve amarré le Alva, un yacht de 264 pieds baptisé par le commodore du prénom de sa mère et inauguré en 1931. Son portrait de face présente William K. Vanderbilt, Jr. devant son yacht, tandis que son portrait de profil, peint au même moment par Bernard Boutet de Monvel en préparation de l'exposition " Profiles ", le montre devant la demeure de style spanish revival que venait d'édifier l'architecte Maurice Fatio (1897 - 1943) sur la propriété. C'est cette même villa d'Alva Base que l'on retrouve en arrière-plan du portrait, probablement exécuté gracieusement au vu de son format, de la deuxième fille du Commodore, Consuelo "Consie" Vanderbilt (1903-2011), tout juste divorcée de Mr. Earl E. T. Smith et retournée vivre chez son père. Âgée d'environ 33 ans, le modèle pose de profil, comme pour souligner sa stupéfiante ressemblance avec cette autre Consuelo, sa tante, Consuelo Vanderbilt- Balsan (1877 - 1964), la fameuse duchesse de Malbourough si admirée et portraiturée quelques années plus tôt par John Singer Sargent, Giovanni Boldini ou encore Paul César Helleu. "Consie" Vanderbilt se présente coiffée d'un foulard à larges rayures rouges et blanches noué en fichu. Ce foulard à la dernière mode, qui n'est pas sans rappeler celui arboré par Mlle Jacqueline Delubac pour la scène de dîner dans le film de Sacha Guitry Désiré (1937), est le sujet principal de la composition du tableau. Il offre à Bernard Boutet de Monvel l'agrément, tout en s'écartant d'une palette convenue, de témoigner de son étourdissante virtuosité dans le traitement des plis de la soie, de leur volume, de la déformation de ses rayures, ainsi que dans le jeu de la lumière sur sa matière. Quelques semaines plus tard, le modèle retrouvera son peintre dans son atelier de New York pour découvrir le portrait de son père et lui commander celui de sa fille, avant de raviser, prétextant qu'elle " n'a pas les moyens " d'une telle dépense ; une excuse qui provoquera chez Bernard Boutet de Monvel ce commentaire amusé : " Ça complète ma collection des millionnaires affamée avec Mrs Rockefeller ! "