Bécat Pierre de RONSARD - Les Amours. Pointes sèches de Paul Émile BÉCAT. Paris,…
Description

Bécat

327 

Bécat

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

Ɵ Les Œuvres poétiques. Paris, Mamert Patisson, 1578. 2 tomes en un volume in-12, maroquin rouge, double filet à froid, dos orné de filets à froid, dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrure (Chambolle-Duru).Première édition collective, posthume, des œuvres de Rémy Belleau (1528-1577), le meilleur poète du groupe de la Pléiade après Ronsard et Du Bellay.Elle contient en tout 337 poèmes plus une pièce de théâtre.Jolie impression en caractères romains pour la prose, et en italiques pour les vers.Le premier tome s'ouvre sur les Amours et nouveaux eschanges des pierres précieuses, lapidaire considéré comme le chef-d'œuvre du poète, où chaque poème est consacré à une pierre fine ou précieuse : Belleau avait fait de nombreuses recherches dans toute la littérature antique et moderne pour livrer une sorte d'épopée gemmifère : parcourue par une énergie quasi tellurique, cette œuvre d'un poète devenu minéralogiste (ou joaillier) se place parmi les plus fondamentales de la poésie scientifique (Ducimetière).On y trouve aussi les deux journées de La Bergerie, fameux poème qui marque la naissance du genre pastoral en France et dans lequel Belleau s'attache à décrire de manière minutieuse et savoureuse divers tableaux de la nature.La majeure partie du second tome est occupée par la traduction des poésies champêtres d'Anacréon Téien, qui inspirèrent tant les poètes de la Pléiade, et par la comédie La Reconnue qui met en scène les aventures rocambolesques d'une jeune nonne poitevine convertie à la Réforme et prise comme butin de guerre par un capitaine catholique : cette comédie en cinq actes, seule pièce de théâtre de l'auteur, n'a sans doute jamais été représentée et parait ici pour la première fois.On relève au tome II, 2 pièces de Ronsard : Élégie à Jules Gassot secrétaire du roi, et un poème dans le Tombeau de Rémy Belleau (J. P. Barbier-Mueller, II-1, n°92).Très bel exemplaire, à belles marges.J. P. Barbier-Mueller, III, n°76. - N. Ducimetière, Mignonne..., n°42. - Renouard, p. 180. - Diane Barbier-Mueller, Inventaire..., n°48.

Ɵ Les Amours, nouvellement augmentées par luy. Avec les Continuations desdits Amours, & quelques Odes de l'Auteur, non encor imprimées. Plus, le Bocage & Meslanges. Rouen, Nicolas le Rous [Anvers, Christophe Plantin], 1557. In-8, maroquin havane, janséniste, dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrure (Hardy).Édition d'une extrême rareté, publiée du vivant de Ronsard.C'est une contrefaçon plantinienne, à l'adresse de Rouen ; elle ne comporte évidemment aucune pièce inédite.Ce qui fait le grand intérêt de cette contrefaçon, c'est qu'elle reproduit très exactement la leçon des éditions princeps copiées, mis à part des corrections orthographiques (J. P. Barbier-Mueller). Divisée en trois parties en pagination séparée, l'édition comprend : les Amours (copie de l'édition parisienne de 1553, sans les commentaires de Muret), la Continuation des Amours, avec un titre particulier (copie de l'édition originale de 1555), et le Bocage et les Meslanges (sans titre particulier, copie des éditions originales de 1554 et 1555).Les Amours parurent en 1552 chez la Veuve Maurice de La Porte. C'est la plus connue des œuvres de Ronsard, grâce à laquelle le poète gagna son premier surnom de «Pétrarque françois».Bel exemplaire, malgré un petit frottement sur un nerf du dos.Des bibliothèques Clinchamp (1860, n°238), Félix Solar (1860, n°1232), W. Martin, F. Herbert et Auguste-Pierre Garnier.J. P. Barbier-Mueller, II-1, n°21. - Diane Barbier-Mueller, Inventaire..., n°697.

Ɵ Les Œuvres. Rédigées en sept tomes, Reveuës, & augmentées. Paris, Gabriel Buon, 1578. 7 tomes en 5 volumes in-16, maroquin bleu, médaillon de feuillages dorés au centre d'un petit fer répété (bouton floral), dos orné, dentelle intérieure, tranches dorées sur marbrure (Trautz-Bauzonnet).Cinquième édition collective, elle est d'une importance capitale dans l'œuvre ronsardienne et certains ont cru pouvoir dire qu'elle représentait l'apogée de son art (Chamard).L'édition comporte 240 pièces inédites selon J. P. Barbier-Mueller, et non 238 comme l'a compté Laumonier dans son Tableau chronologique. Les poèmes nouveaux se trouvent principalement au tome I dans les Amours : c'est là que paraissent pour la première fois les pièces Sur la mort de Marie et celles des Sonnets pour Hélène dont le célèbre sonnet Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle.Le poète, devant le succès rencontré par ses éditions collectives, décida de livrer aux lecteurs par ce seul canal, sans publication préalable d'un recueil séparé, deux cent quarante poèmes inédits, dont certains comptent parmi ses plus beaux vers : les deux livres des Sonnets pour Hélène. À en croire son biographe Binet, Ronsard considérait les sonnets à Hélène comme le couronnement de toute son œuvre (Ducimetière).Cette édition est l'une des plus rares à trouver complète. Elle est ornée de portraits gravés sur bois de Ronsard, Muret, le commentateur des Amours, et de Charles IX.Remarquable exemplaire, dans une élégante reliure en maroquin ornée sur les plats de médaillons de feuillages.Il provient des bibliothèques comte de Fresne (1893, n°227), George Dubois, Szaniecki (I, 1974, n°123).Au tome IV, le feuillet 3 est en premier état (il n'est pas chiffré).J. P. Barbier-Mueller, II-1, n°57. - N. Ducimetière, Mignonne..., n°18. - Cat. Ronsard : la trompette et la lyre, n°268. - Diane Barbier-Mueller, Inventaire..., n°761.