AFRIQUE ( ART CONTEMPORAIN) - Une sculpture en bois noirci. 
Bois, H 75cm 
(8)
Description
400 
Online

AFRIQUE ( ART CONTEMPORAIN) - Une sculpture en bois noirci. Bois, H 75cm (8)

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

GRAND ET TRÈS IMPORTANT TORSO EN MARBRE BLANC DE BOUDDHA, DYNASTIE NOTHERN QIChine, VIe siècle. Représentant un Bouddha debout, vêtu d'une robe ample drapée sur les deux épaules et tombant élégamment en plis étagés s'évasant aux ourlets en plis stylisés, la robe ouverte à la poitrine pour révéler le jupon noué. Le style général, simple et naturaliste, permet de dater la robe de la fin du VIe siècle. Bien tendue, la draperie diaphane révèle la forme élégante du corps, indiquée de manière caractéristique par des lignes incisées et des crêtes en relief.Provenance: Ancienne collection privée italienne, acquise en 1971 auprès de la galerie Wing Tat Hong, Hong Kong. Collection de Leonardo Vigorelli, Bergame, acquise auprès de cette dernière. Leonardo Vigorelli est un marchand d'art italien à la retraite et un collectionneur réputé, spécialisé dans l'art africain et l'art ancien hindou-bouddhiste. Après des études d'anthropologie et des décennies de voyages et de recherches approfondies sur le terrain en Inde, dans la région de l'Himalaya, en Asie du Sud-Est et en Afrique, il a fondé la galerie d'art Dalton Somaré à Milan, en Italie, qui est aujourd'hui dirigée par ses deux fils. Condition: Bon état, proportionnel à l'âge. Usure importante, signes d'altération et d'érosion, incrustations, pertes, entailles et rayures de surface, fissures mineures. Restes de pigments anciens. Très belle présentation. Dimensions : Hauteur 92 cm (hors socle) et 101,5 cm (socle compris)Monté sur un socle métallique moderne. (2) Note de l'expert : Cette magnifique sculpture incarne une profonde spiritualité obtenue par la remarquable plasticité des drapés et des formes. La figure représente un Bouddha debout et les robes de moine qu'il porte sont disposées de manière à couvrir les deux épaules. La taille, la sensibilité de la sculpture, le traitement net des plis gracieusement drapés, tant ceux qui tombent en lignes courbes parallèles sur le devant du corps subtilement indiqué que ceux de l'ourlet, rapprochent cette figure d'autres imposantes statues en marbre blanc d'une date similaire.Le marbre blanc, que l'on ne rencontre qu'occasionnellement parmi les sculptures bouddhiques chinoises, est devenu populaire au cours de la période Qi du Nord, lorsque les sculpteurs taillaient occasionnellement des images bouddhiques dans le beau marbre blanc de Dingzhou, dans le sud-ouest de la province du Hebei. Bien qu'un site de carrière ne puisse jamais être considéré comme le site probable où une image particulière a été sculptée, l'utilisation de marbre blanc suggère néanmoins que cette sculpture extraordinaire pourrait avoir été sculptée dans les environs de Dingzhou, probablement dans la province du Hebei ou du Shanxi.De légères traces de polychromie, évidentes sur les épaules, suggèrent que la sculpture était autrefois entièrement peinte, comme pratiquement toutes les premières sculptures bouddhistes indiennes et chinoises en bois et en pierre. Les pigments brillants des sculptures et des peintures murales de Dunhuang, dans la province de Gansu, suggèrent que les couleurs d'origine de ce Bouddha devaient être étonnantes.Si le bras droit manquant était levé en abhayamudra, le bras gauche pouvait présenter une variante du varadamudra, le geste d'offrir des cadeaux, également associé à la prédication. De plus, si le bras droit présentait l'abhayamudra, la sculpture actuelle représentait probablement le Bouddha historique Shakyamuni ou Amitabha, le Bouddha de la lumière infinie, en train de prêcher. Comme la sculpture ne comporte pas d'inscription d'identification, ni son bras droit, ni aucun attribut iconographique distinctif, l'identité exacte de ce bouddha restera probablement une énigme.Comparaison bibliographique :Comparez une figure apparentée du Bouddha Amitabha au Musée royal de l'Ontario, illustrée dans Homage to Heaven, Homage to Earth, 1992, p. 163, pl. 92. Comparer avec une figure apparentée illustrée dans Chinese Marble Sculptures of the Transition Period, B.M.F.E.A., no 12, Stockholm, 1940, pl. II (b). Comparez une sculpture apparentée dans l'exposition Eskenazi Sculpture and ornament in early Chinese art, Londres, 11 juin au 13 juillet 1996, no. 31.Comparaison des résultats d'enchères :Type : Étroitement liéVente aux enchères : Christie's Londres, 12 mai 2004, lot 203Prix : 101 575 EUR ou environ 143 500 EUR corrigé de l'inflation au moment de la rédactionDescription : Torse de Bouddha en pierre, dynastie Qi du Nord Remarque de l'expert : Comparez la pose très proche et la manière de sculpter avec des plis diagonaux similaires. Notez la taille (148 cm).北齊大型漢白玉立佛殘件中國,六世紀。 來源:義大利私人舊藏,1971年購於香港WingTat Hong 藝廊;貝加莫Leonardo Vigorelli收藏,購於上述收藏。品相:狀況良好,與年齡相稱。大面積磨損、風化和侵蝕跡象、結殼、缺損、刻痕和表面劃痕、輕微裂縫。顏料殘餘。 尺寸:高92 厘米 (不含底座),總101.5 厘米 現代金屬底座。由于Drouot平台拍品叙述的长度限制,我们移除部分了中文叙述,完整中文叙述请至www.zacke.at查看。

UNE RELIEF TERRACOTTA EXTRAORDINAIREMENT RARE ET SPECTACULAIRE D'UN PRINCE PENSEUR SIDDHARTA SOUS L'ARBRE BODHI, RÉGION ANCIENNE DE GANDHARARapport d'analyse scientifique : Une analyse de l'échantillon par thermoluminescence a été effectuée par Arcadia, Tecnologie Per I Beni Culturali, Milan, en date du 4 février 2019, référence no. 116L, 117L. Le résultat est cohérent avec la période de fabrication suggérée. Une copie du rapport d'analyse par thermoluminescence accompagne ce lot.Note de l'expert : Les fresques peintes sur les deux colonnes de la présente sculpture affichent une influence résolument chinoise. De nombreuses peintures murales de ce type ont été trouvées dans des tombes impériales en Chine datant de la période Qi du Nord (550-577), mais les peintures sur la présente sculpture sont parmi les plus anciennes fresques bouddhistes de l'histoire de l'humanité. Elles sont également étroitement liées aux peintures des plafonds et des murs des grottes d'Ajanta, qui ont été peintes entre 200 avant J.-C. et 600 après J.-C., et sont les plus anciennes fresques connues en Inde. Elles représentent les contes Jataka, des récits de la vie du Bouddha dans ses existences antérieures en tant que Bodhisattva. Les épisodes narratifs sont présentés les uns après les autres, mais pas dans un ordre linéaire. Leur identification est au cœur des recherches sur le sujet depuis la redécouverte du site en 1819.Période kouchane, IVe-VIe siècle. Superbement modelé, le prince Siddharta est debout en contrapposto, les pieds posés sur deux petits piédestaux de lotus, un éléphant caparaçonné prostré à ses pieds. Il a une main posée sur sa taille et l'autre levée, un doigt posé sur son front, dans une expression profondément pensive. Il porte des robes amples qui tombent en cascade dans des plis volumineux et sont richement ornées de bijoux fins et de foulards. Son visage serein aux yeux en amande aux paupières lourdes et aux lèvres minces forme un sourire calme. Ses cheveux disposés en mèches ondulées retenues par une coiffe florale élaborée. Le tout sous un dais représentant le légendaire arbre bodhi.Provenance : Une collection privée à Venise, Italie, acquise dans le commerce des antiquités italiennes entre 1985 et 1992. Leonardo Vigorelli, Bergame, acquis auprès des personnes susmentionnées. Leonardo Vigorelli est un marchand d'art italien à la retraite et un collectionneur réputé, spécialisé dans l'art africain et l'art ancien hindou-bouddhiste. Après des études d'anthropologie et des décennies de voyages et de recherches approfondies sur le terrain en Inde, dans la région de l'Himalaya, en Asie du Sud-Est et en Afrique, il a fondé la galerie d'art Dalton Somaré à Milan, en Italie, qui est aujourd'hui dirigée par ses deux fils.Condition : Superbe état, proportionnel à l'âge et présentant magnifiquement l'ensemble. Une certaine usure et des intempéries, des défauts de cuisson comme prévu, quelques entailles et fissures, des pertes dans les zones exposées, des restes d'ancien vernis. Les pigments anciens sont remarquablement bien conservés. Dans l'ensemble, tout à fait cohérent avec le grand âge de cette sculpture et sans signes visibles de réparations ou de retouches dignes d'être mentionnées. Trous percés lors du prélèvement d'échantillons. Dimensions : Taille 59 x 81 cm (sans le socle), Hauteur 63 cm (avec le socle)Montée sur un socle associé. (2) Leprince Siddharta est flanqué de deux apsaras volantes ainsi que de Maitreya à sa droite et de Padmapani à sa gauche, les bodhisattvas étant chacun debout sur des piédestaux de lotus et habillés de la même manière, Padmapani tenant une fleur de lotus dans sa main, tous deux soutenus par des auréoles et se tenant sous des auvents feuillus similaires, le tout encadré par deux colonnes massives, chacune avec une fresque superbement peinte, représentant un bodhisattva avec une auréole.Cette sculpture est un parfait exemple de la riche interaction culturelle et des styles artistiques hybrides de l'empire du Gandhara aux premiers siècles de notre ère. Elle représente le bodhisattva qui naîtra en tant que fondateur historique du bouddhisme, le prince Siddhartha, assis dans une demeure céleste appelée le paradis Tushita, où il enseigne aux dieux et médite sur sa future naissance. Comme les autres bodhisattvas du Gandhara, il ressemble à un prince terrestre, richement vêtu et orné de bijoux.Comparaison avec la littérature : Comparezune sculpture en terre cuite apparentée d'un prince Siddharta pensif, datée du 4e-6e siècle, dans la collection du Dallas Museum of Art, numéro d'objet 2010.17. Notez la pose similaire avec un doigt placé sur son front et un pied reposant sur un piédestal de lotus séparé.En raison de la restriction de longueur sur Drouot, cette entrée est abrégée. Pour une description complète, veuillez consulter le site www.zacke.at.由于Drouot平台拍品叙述的长度限制,我们移除了中文叙述,完整中文叙述请至www.zacke.at查看。