NORD. L.A.S. Par Cl. CRESPIN, Lille 20 juillet 1793, à un ami ; 3 pages in-4. 
 …
Description
132 
Online

NORD. L.A.S. par Cl. CRESPIN, Lille 20 juillet 1793, à un ami ; 3 pages in-4. Curieuse et intéressante lettre, pendant la première coalition contre la France. Crespin (adjoint du commissaire-ordonnateur Ollivier) évoque la prise de Condé,le siège de Valenciennes (qui capitulera le 28 juillet) qui n'est plus « qu'un monceau de pierre calciné » ; il serait vain de lui porter secours car « l'armée n'est point assez forte en cavalerie ni assez instruite pour aller risquer dans une seule affaire le sort de la République ». Il faut au contraire se tenir sur la défensive dans le Nord et le Pas-de-Calais, et empêcher l'ennemi de se porter sur Cambrai, d'où il irait « à Bapaume, Albert, Doullens pour nous couper la communication de ces deux départements, enfin l'arme la plus meurtrière qu'ils veuillent employer c'est la famine et si vous n'y prenez garde nous nous trouverons pris comme des souris dans la souricière ». Il faut instruire des recrues, éviter les dilapidations. Quant à Lille, s'y opposent La Marlière « qui a mis « tout en œuvre pour mettre toute sa division dans un état de défeense le plus respectable » et La Valette, qui vient « jouter contre les autorités constituées pour mettre la division dans cette ville », aidé d'un nommé Calendini qui « s'est fait écrire une lettre ministérielle pour rendre compte de la situation de la place, on voit parfaitement que c'est un intriguant et qui se dit soutenu par les Dantons et les Robespierre. […] Croiriez-vous que Du Hem leur est suspect et bientôt Lesage-Senault parce que ces representants sont amis de l'ordre de la vérité et qu'ils rendent justice à la Marlière »…

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être