Léger-Félicité SONTHONAX (1763-1813) gouverneur civil à Saint-Domingue où il abo…
Description
101 
Online

Léger-Félicité SONTHONAX (1763-1813) gouverneur civil à Saint-Domingue où il abolit l'esclavage. P.S. comme Commissaire national civil, Saint-Domingue 11 novembre 1792 ; 1 page et demie in-fol., cachets encre Assemblée générale de la partie française de St Domingue et Commission nationale civile déléguée à St Domingue (petite déchirure, encre un peu pâlie). Copie d'une demande adressée à la Commission intermédiaire de la partie française de Saint-Domingue, par Thomas, inspecteur puis exempt dans la police du Cap : s'étant décidé à envoyer sa famille en France pour « la soustraire aux malheurs qui affligent la colonie », lui-même « ruiné […], ses proprétés ayant été incendiées », il voudrait une place de capitaine… La demande, appuyée par le maire et les officiers municipaux de la ville et banlieue du Cap, est certifiée par Sonthonax On joint une affiche (impr. de François Lamothe, [1793]) : ordonnance de Sonthonax, Commissaire-civil de la République, Délégué auxIsles françaises de l'Amérique sous le vent, pour y rétablir l'ordre et la tranquillité publique, donnée à Saint-Marc le 4 novembre 1793 déclarant mainlevée de la saisie des biens embarqués sur les navires de la rade et appartenant aux citoyens de Saint-Marc…

Les enchères sont terminées pour ce lot. Voir les résultats

Vous aimerez peut-être

SAINT-DOMINGUE. 3 P.S., Le Trou, Le Cap (Saint-Domingue), 1777-1789 ; 3 pages petit in-4. L’habitation du grand-oncle d’Alexandre Dumas. [Né en 1716, Charles Davy de La Pailleterie s’installa à Saint-Domingue où il cultiva le tabac, la canne à sucre et l’indigo. De retour en France, il monta, en 1760, une société de commerce triangulaire. Ayant renoncé à cette activité après deux traversées décevantes, il retourna à Saint-Domingue où il mourut en 1773, laissant des habitations grevées d’un lourd passif successoral. Sa fille, Marie Anne Charlotte, hérita de ses propriétés qui furent alors dirigées par son mari, Léon de Maulde. Charles était le frère d’Alexandre Antoine Davy de La Pailleterie, le grand-père d’Alexandre Dumas.] Les deux premiers documents sont des factures de sucre signées par le gérant de l’habitation, par Maunoury de Prémesnil : « Facture d’une barrique de sucre terré provenant des habitations de M le comte de Maulde, chargée par M de Prémesnil sur le navire le Sylvain, Capne Jean Morel de Dunkerque [...] à l’adresse et consignation de M Elle Briansiaux, négociant à Dunkerque »… (Le Trou 17 juin 1777). – « Facture de vingt barriques de sucre blanc terré [...] chargées par M de Prémesnil sur le navire le Basque, Capne Lermet [...] à l’adresse & consignation de MM Antoine Defos & Cie négociants à Bordeaux »... (Le Trou 16 juin 1783). Le troisième est un connaissement signé par un capitaine de navire marchand : « Je Chebaud capitaine & maître, après Dieu, du navire nommé le St Honoré de Nantes, ancré à présent devant le Cap français [...] confesse avoir reçu [...] les marchandises suivantes, nombrées et marquées [... ], savoir : Vingt-quatre barriques créoles sucre terré [...] à l’adresse & consignation de M Prosper Charret, négociant à Nantes... » (Le Cap 5 avril 1789).

L.S., Versailles, 30 octobre 1786, 1 p. in-8 adressée à MOREAU de SAINT MERY : ""J'ai l'honneur, Monsieur, de vous envoyer la lettre que je viens de recevoir de M. de Calonne. Les fonds destinés aux gens de lettres étant épuisés, il n'est pas possible, pour cette année, de vous accorder les 6000 livres en gratification […]"" Joseph-Hyacinthe-François de Paule de Rigaud, comte de Vaudreuil (né à Saint-Domingue le 2 mars 1740 et mort à Paris au palais du Louvre le 17 janvier 1817) est un courtisan français. Lieutenant-général, Grand Fauconnier de France, chevalier des ordres du roi, Pair de France, gouverneur du Louvre, membre libre de l’Académie des beaux-arts, il est connu pour avoir été l’ami du comte d’Artois, ainsi que le possible amant de la proche amie de la duchesse Gabrielle de Polignac et de la portraitiste Élisabeth Vigée-Lebrun. Fils de Joseph-Hyacinte de Rigaud, comte de Vaudreuil, gouverneur de la partie française de l’île de Saint-Domingue de 1753 à 1757, il fait la guerre de Sept Ans comme aide de camp du prince de Soubise, et comme officier supérieur de la gendarmerie. Il parvient ensuite au grade de lieutenant général, est nommé grand fauconnier de France, et a beaucoup de succès à la cour. Médéric Louis Élie Moreau de Saint-Méry (né le 13 janvier 1750 à Fort-Royal, en Martinique, et mort le 28 janvier 1819 à Paris) est un juriste, homme politique, esclavagiste et historien de la colonie de Saint-Domingue. Colon créole, érudit et propriétaire d’esclaves, Moreau de Saint-Méry est aussi un acteur de la Révolution française, tout autant engagé à Paris en 1789 dans le processus révolutionnaire anti-absolutiste, que dans la réaction coloniale esclavagiste et ségrégationniste.