Description

Objet : Trompe


Ethnie : Tsogho


Description : couleur : brun


Matériau : ivoire


Hauteur : 27 cm


Année d’acquisition : 1965


Localisation : Piste nord Tsogho

65 
Aller au lot
<
>

Objet : Trompe Ethnie : Tsogho Description : couleur : brun Matériau : ivoire Hauteur : 27 cm Année d’acquisition : 1965 Localisation : Piste nord Tsogho

Estimation 600 - 800 EUR

* Hors frais de vente.
Reportez vous aux conditions de vente pour calculer le montant des frais.

Frais de vente : 30 %
Remportez votre lot au juste prix en passant une enchère automatique !
Notre système se chargera le jour de la vente d'enchérir à votre place, jusqu'au montant maximum souhaité, sans dévoiler ce montant à la maison de vente !
Déposer un ordre
Livraison

Localisation de l'objet :
France - 75009 - paris

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente

En vente le mercredi 28 sept. - 15:00 (CEST)
paris, France
Gros & Delettrez
Voir le catalogue Consulter les CGV Infos vente Experts

Vous aimerez peut-être

PENDANT EN JADE EN FORME DE TIGRE, DYNASTIE LATE SHANGChine, 13e-11e siècle av. Le tigre accroupi est sculpté de profil, le corps bien détaillé et décoré de rainures à double ligne, la bouche percée pour la suspension. La pierre translucide est d'un ton céladon avec de nombreuses nuances roussâtres, quelques taches noires et de petites zones d'altération.Provenance : Une collection privée occidentale. Roger Keverne Ltd, Londres, Royaume-Uni, décembre 2007. Une éminente collection privée anglaise, acquise auprès des personnes susmentionnées. Roger Keverne a été président de l'Asian Art à Londres et président de la BADA. Il a commencé sa carrière de 50 ans chez Spink & Son, où il a été promu à la tête du département asiatique à l'âge de 28 ans seulement. Il a quitté Spink en 1992 pour créer sa propre galerie avec Miranda Clarke, son épouse et partenaire commercial, à Mayfair, Londres, qui a finalement fermé ses portes en juin 2020. Publié : Roger Keverne, Fine and Rare Chinese Works of Art and Ceramics Summer Exhibition, Londres, 2007, page 101, n° 84.Condition : Très bon état général avec quelques usures anciennes, traces d'utilisation et rayures superficielles peu profondes, une zone de calcification à l'extrémité de la queue avec une minuscule perte associée. Belle patine naturelle. Le jade avec des inclusions et fissures naturelles.Poids : 11,3 g Dimensions : Longueur 6,5 cmUne caractéristique stylistique importante du présent pendentif est l'utilisation des rainures dites à double ligne. À première vue, il semble que celles-ci s'élèvent en bas-relief. Mais il s'agit en fait d'une illusion d'optique, ou d'un effet de trompe-l'œil, car ces minces "lignes en relief" affleurent en réalité la surface de l'objet et ne semblent s'élever en relief que grâce aux lignes en creux, ou rainures, qui les flanquent. Ces lignes en trompe-l'œil sont rares et ne se trouvent que sur les jades Shang les plus fins.Le tigre, appelé hu ou laohu en chinois, est l'un des animaux les plus reconnaissables parmi les mégafaunes charismatiques du monde. Originaire de Chine et du nord de l'Asie centrale, le tigre était connu des premiers Chinois, qui le craignaient, l'admiraient et le respectaient probablement pour sa force, sa férocité et son allure royale. Bien que son symbolisme précis à l'époque des Shang (vers 1600-1046 avant J.-C.) reste inconnu, le tigre jouait sans doute un rôle totémique, tutélaire ou talismanique. À l'époque des Han occidentaux (206 av. J.-C. - 9 ap. J.-C.) - un millier d'années après la fabrication de ce pendentif - le tigre était considéré comme le "roi des cent bêtes", ou baishou zhi wang, en raison de sa puissance et de sa férocité et surtout des marques sur son front qui ressemblent typiquement au caractère wang, ou "roi". En outre, non seulement le tigre figure parmi les douze animaux du zodiaque chinois, mais il a gagné une place parmi les animaux de bon augure qui symbolisent les quatre directions cardinales - le tigre blanc, ou baihu, de l'ouest, le dragon azur de l'est, l'oiseau vermillon du sud et la tortue noire du nord.Comparaison avec la littérature : Comparez une plaque de tigre en jade apparentée, également datée de la dynastie Shang, dans la collection de l'Asian Art Museum de San Francisco, numéro d'objet B60J538. Comparez une plaque de tigre en jade apparentée, également datée de la dynastie Shang, vers 1200-1050 avant J.-C., dans la collection du British Museum, numéro de musée 1935,0115.19.Comparaison des résultats de vente aux enchères : Type : Étroitement lié Vente aux enchères : Bonhams, 30 mai 2017, lot 20 Prix : 562 500 HKD ou environ 84 000 EUR convertis et ajustés à l'inflation au moment de la rédaction Description : Un tigre en jade et un oiseau en jade, le tigre de la dynastie Shang, l'oiseau de la dynastie Zhou occidentaleRemarque d'expert : Comparez la pose et la manière de sculpter très proches, utilisant également des rainures à double ligne, la bouche percée de manière similaire pour la suspension, les yeux et la bouche presque identiques. Notez la plus petite taille (3,9 cm) et le fait que le lot comprend également un petit oiseau en jade (2,5 cm) d'une période ultérieure.Comparaison des résultats de la vente aux enchères : Type: Étroitement apparenté Vente aux enchères : Sotheby's Paris, 15 décembre 2016, lot 9 Prix : 20 000 euros ou environ 23 500 euros ajustés à l'inflation au moment de la rédaction de ce documentDescription : Pendentif en jade Dynastie Shang, ca. 1200-1100 avant J.-C.Remarque de l'expert : Comparez la pose et la manière de sculpter très proches, avec des rainures à double ligne similaires. Notez la taille légèrement plus grande (8,2 cm).由于Drouot平台拍品叙述的长度限制,我们移除了中文叙述,完整中文叙述请至www.zacke.at查看。

PENDULE LOUIS XV EN ORMOLU ET BRONZE PATINÉ AVEC ÉLÉPHANT D'APRÈS UN DESSIN DE JACQUES ET PHILIPPE CAFFIERI, Mi-XVIIIe SIÈCLE ET PLUS TARD, le mouvement à tambour en laiton avec une roue extérieure sonnant sur une cloche, le cadran émaillé de cinq pouces et quart avec des chiffres romains pour les heures et des chiffres arabes pour les minutes, dans un boîtier de chinoiserie surmonté d'un Chinois tenant une lance, avec des guirlandes feuillues de chaque côté et un vitrage convexe à l'avant et à l'arrière, monté sur le dos d'un éléphant se tenant debout quatre carrés avec sa trompe levée, sur une base naturaliste avec des pieds à volutes, avec clé et pendule 46.5 cm de haut, 38 cm de large, 17 cm de profondeur Provenance Alfred de Rothschild (1842-1918) Chambre à coucher no.7, Halton House, Buckinghamshire Lionel de Rothschild (1882-1942) Edmund de Rothschild (1916-2009) The Trustees of Exbury House Literature Rothschild Archive, Londres, Manuscript : 000/174/C/3, Christie, Manson & Woods Probate Valuation of 'The Estate of Alfred C. de Rothschild, Esq. C.V.O. décédé, Halton House Tring'. 1918. Répertorié comme "Une horloge dans un boîtier en bronze doré, soutenue par une figure d'éléphant, £15.0.0". Note du catalogue Le XVIIIe siècle a été une période de grandes explorations et les découvertes faites se sont souvent reflétées dans les arts décoratifs de l'époque. C'était particulièrement vrai en France sous le règne de Louis XV où les compétences des maîtres horlogers, ébénistes, bronziers et céramistes étaient souvent combinées pour créer des objets fantastiques comme la pendule proposée ici. Les animaux utilisés dans les créations étaient très variés et comprenaient finalement des éléphants, des rhinocéros et des autruches, ainsi que les taureaux et les sangliers plus reconnaissables. Les premiers exemples de ces horloges exotiques datent du milieu des années 1740, mais leur popularité a atteint son apogée dans les années 1750 et a duré jusqu'au début des années 1760. Le modelage de l'éléphant utilisé dans cette horloge trouve probablement son origine dans les modèles en porcelaine japonaise Kakiemon de la fin du XVIIe siècle, comme ceux que l'on peut voir à Burghley House dans le Lincolnshire (Porcelain from Palaces, Exhibition Catalogue, British Museum, 6 juillet - 4 novembre 1990, p.178, no.160), et d'autres ont été trouvés dans les cours européennes. Joseph de Saint-Germain (maître en 1750) était un éminent fabricant de boîtes d'horloges. Il était l'un des bronziers les plus célèbres de son époque et défendait le style rococo. Voir H. Ottomeyer / P. Proschel, Vergoldete Bronzen, p.123. pl.2.8.3., pour une pendule à éléphant de Saint-Germain très similaire à notre pendule. Une horloge apparentée, qui faisait partie de la Jones Collection, se trouve au Victoria & Albert Museum, numéro d'accession : 1008:1-1882.