Description

Petit cabinet portatif en bois noirci et écaille de tortue ouvrant à deux vantaux
découvrant 10 tiroirs et une petite porte entourée de colonnes torsadées.
Anvers, XVIIe siècle
(petites restaurations)
H. 43 L. 35 P. 19 cm

51 
Aller au lot
<
>

Petit cabinet portatif en bois noirci et écaille de tortue ouvrant à deux vantaux découvrant 10 tiroirs et une petite porte entourée de colonnes torsadées. Anvers, XVIIe siècle (petites restaurations) H. 43 L. 35 P. 19 cm

Estimation 2 500 - 3 000 EUR

* Hors frais de vente.
Reportez vous aux conditions de vente pour calculer le montant des frais.

Frais de vente : 22 %
Remportez votre lot au juste prix en passant une enchère automatique !
Notre système se chargera le jour de la vente d'enchérir à votre place, jusqu'au montant maximum souhaité, sans dévoiler ce montant à la maison de vente !
Déposer un ordre
Livraison

Localisation de l'objet :
France - 42000 - saint-etienne

La livraison est optionnelle

Vous pouvez recourir au transporteur de votre choix.

Informations de vente

En vente le dimanche 05 déc. - 14:00 (CET)
saint-etienne, France
Palais SVV
Voir le catalogue Consulter les CGV Infos vente

Vous aimerez peut-être

Le Grand Théâtre sacré [- profane] du Duché de Brabant. La Haye Chr. van Lom 1729-1730 2 vol. in-f°. Veau moucheté de l'ép., plats cernés d'un triple filet doré, dos fleuronnés dorés à nerfs, tr. rouges (mors sup. du vol. II fendu, éraflures, taches et épidermure au plat inf. du vol. I, coiffes abîmées et celle inf. du vol. I manquante). Ex. composé des 4 tomes de ces 2 importants ouvrages chorographiques reliés comme suit : volume I: tome I du Théâtre sacré; volume 2 : tomes I-II du Théâtre profane suivi par le tome II du Théâtre sacré. - Le Grand Théâtre sacré [...]. 1729. 2 tomes : [6]-394, [2]-40, [2]-212, [2]-134 pp.; 282 (sur) 284 h.-t. (incomplet des pl. des pp. 60 et 68 - i.e. Van Hove et de Spenraey - du t. II (1re partie), pl. de la maison de Pitzenbourg "pars anterior" reliée p. 73 du t. I du Théâtre profane, pl. du Couvent des Carmélites à Vilvorde p. 87 provenant d'un autre ex.; qqs rousseurs marg., rares pl. courtes de marges, pp. 133/134 du vol. II reliées après la table, 2e tome-1re partie : pli à la pl. p. 28 (Cathédrale d'Anvers) renforcé, déch. renforcée pl. p. 134 (Maison professe des Jésuites). Édition originale de la traduction de cette chorographie ecclésiastique d'intérêt iconographique et généalogique traitant des archevêchés de Malines, du Brabant Wallon, d'Anvers et de Bois-le-Duc. Très abondante illustration, le plus souvent sur doubles pages (parfois plusieurs cuivres sur la même planche), gravées e.a. par Fr. Harrewijn, J.B. Jongelinx et P.B. Bouttats. Composée de : 171 (sur 173) monuments ou dalles funéraires, vitraux et planches représentant le cabinet d'armes de Sainte-Gudule et St-Rombaud,- 83 planches d'armoiries, vues d'abbayes, d'églises, de châteaux, de couvents et d'autels (Tervuren, abbaye d'Heverlé, église de Saint-Jean à Bois-le-Duc, couvent des Dominicains à Anvers...),- 26 portraits d'évêques et d'archevêques,- 2 cartes (archevêché de Malines et diocèse d'Anvers),- 5 in texto figurant des vues d'abbayes ou des sépultures. Cet ouvrage est un remaniement considérablement augmenté du "Groot kerkelyk toneel des hertogdoms van Brabant" (La Haye, 1725) dont la première partie sur Malines consiste en une traduction abrégée de l'ouvrage de Corneille van Gestel ("Historia sacra et profana archiepiscopatus Mechliniensis", La Haye, 1725). Les augmentations sont considérables et concernent en général les épitaphes et les listes de prévôts, d'abbés, de prieurs, d'abbesses, etc., plus une grande quantité de planches. Les épitaphes furent copiées sur place ou sont tirées de Fr. Sweertius ("Monumenta sepulchralia [...] ducatus Brabantiae", Anvers, 1613), de J.-B. Christyn ("Basilica bruxellensis [...]", Bruxelles, 1677), de J. Le Roy ("Notitia marchionatus [...] Antverpiensis", Anvers, 1678), etc. Cette compilation, de même que le "Groot kerkelyk toneel", ne devrait pas être comptée parmi les oeuvres de Jacques Le Roy (mort en 1719). L'analogie dans les titres, l'aspect en général et les noms des graveurs a donné lieu à une attribution erronée de cet ouvrage à l'auteur du "Grand Théâtre profane du Duché de Brabant". - Le Roy, Jacques - Le Grand Théâtre profane du Duché de Brabant [...]. 1730. 2 tomes : [4]-64, [4]-151-[12] pp.; 73 pl. (qqs rouss., lég. tache marg. au début). Unique édition en français de la compilation de la "Topographia historica Gallo-Brabantiae" de 1692 et des "Castella & Praetoria Nobilium Brabantiae, Coenobiaque Celebriora" de 1699 entièrement remaniés à l'exclusion des chapitres, passages et planches concernant l'histoire ecclésiastique du Brabant. Illustré de : 3 planches des armoiries des villes du Brabant,- 1 planche des émaux héraldiques,- 1 pl. des sceaux,- 67 planches comprenant 188 sujets gravés (plans et perspectives des villes de Louvain, Bruxelles, Anvers et Bois-le-Duc, ainsi que des vues de châteaux),- et de qqs in texto. Le tome II, introduit par un titre propre, est complet de la carte et des 11 pp. donnant les tables des noms de familles et de lieux ainsi que les errata. Jacques le Roy (1633-1719), baron du Saint-Empire, était conseiller et commis des finances du gouvernement espagnol des Pays-Bas méridionaux. Réf. BB V:319-329 (T. 57) et V:369 (Théâtre sacré). - BB III:854-857 (Théâtre profane). Prov. Cachets monogrammés sur les titre. - Ivan Plissart (ex-libris armorié mod.). - J.F. Valentyne, Bruxelles (cachet à sec, vol. I).

Paysage anthropomorphe. XVIIe siècle.Huile sur bois (30 x 43,8 cm).Un paysage "surréaliste malgré lui".Dans l'exposition Fantastic Art, Dada, Surrealism qu'il organisa à New York en 1936, Alfred H. Barr Jr. exposa une "Tête-Paysage dans la tradition arcimboldesque" qu'il avait acquise chez un antiquaire à Bad Gastein en Autriche. Dans l'exposition L'Effet Arcimboldo, en 1987, cette peinture fut attribuée à Matthäus Merian l'Ancien (1593-1650).On retrouve la même composition réversible dans un Paysage anthropomorphe attribué à Matthäus Merian l'Ancien avec deux différentes lectures.De loin, un paysage vallonné et en l'inclinant de 90°, il se transforme en un visage couché à l'horizontale qui se désarticule en motifs indépendants.Vu de plus près, un monde de minuscules personnages transforme la terre en un lieu labouré et "cultivé" qui semble ignorer le géant.Merian conçoit avec ce tableau un prototype qui rencontre une large diffusion grâce à sa gravure dans l'ouvrage d'Athanase Kircher (1602-1680), Ars Magna lucis et umbrae, livre de référence pour les érudits de l'époque.D'abord graveur, Merian est connu pour ses vues topographiques comme celle de la forteresse d'Ambras dans le Tyrol abritant un des premiers cabinets de curiosités prestigieux de la dynastie des Habsbourg. Il travaille avec le libraire Theodore de Bry à Francfort dont il a épousé la fille.De Bry réalise en 1617 les gravures pour l'Atalanta Fugiens, traité d'alchimie de Michel Maier (1568-1622), également médecin personnel de Rodolphe II.Le musée royal des Beaux-Arts de Belgique possède deux tableaux (huile sur panneau, 50,5 x 65,5 cm) de l'École du Sud néerlandais: une Tête de femme et une Tête d' homme de la seconde moitié du XVIe siècle. Ici les têtes sont entourées de scènes pittoresques, de minuscules personnages transformant la terre en un lieu "cultivé". Le Jardin d'Eden du temps paradisiaque a fait place à une terre labourée, un jardin terrestre soigné.L'homme en devient le jardinier, imitant Dieu à l'image duquel il est lui-même. Le jeu de mot cicéronien "cultus", l'âme aussi bien que le champ qu'on cultive, était bien connu des humanistes. Une autre version est donnée par Wenceslaus Hollar (1607-1677), d'après son maître Matthäus Merian.Exposition:L'Homme-Paysage, Visions artistiques du paysage anthropomorphe entre le XVIe et le XXIe siècle, Palais des Beaux-Arts, Lille, 15.10.2006- 14.1.2007, Jeanette Zwingenberger commissaire et dir. du catalogue, éd. Somogy, Paris, p. 55.