1 / 2

Description
Traduit automatiquement par DeepL. Seule la version originale fait foi.
Pour voir la version originale, cliquez-ici.

60 

PLAQUE, MONTELUPO ( ?), MOYEN XVIe SIÈCLEen majolique peinte en polychromie en vert, bleu, jaune, orange et brun sur fond blanchâtre ; 50,5x35,5 cm UN PLAQUE, MONTELUPO ( ?), MOYEN XVIe SIÈCLE Bibliographie comparative B. Rackham, Musée Victoria et Albert. Catalogue of Italian Maiolica, Londres 1977, p. 122 no. 352 ;F. Berti, Storia della ceramica di Montelupo, Vol. III, Montelupo 1999, pp. 187-193 tables 332-345 ;M. Cecchetti, Targhe devozionali dell'Emilia-Romagna, Faenza 2000, pp. 144-147, 182-187 ;C. Ravanelli Guidotti, Maioliche di Montelupo, Firenze 2019, pp. 268-270 n. 5 Plaque rectangulaire en plastique moulé avec un fin cadre en saillie et des trous pour l'affichage en haut au centre. Le recto est entièrement émaillé, le verso présente des traces de fabrication et des coulures de glaçure. La plaque de dévotion représente la Vierge en demi-longueur et l'Enfant debout, nu sur un coussin, le petit pied sur la main de sa mère, appuyé sur l'épaule gauche de celle-ci dans un geste d'étreinte ; tous deux sont auréolés. Dans les coins supérieurs apparaissent deux chérubins en bas-relief, également auréolés. Les contours des visages des personnages sont soulignés en bleu cobalt, la robe présente un corset vert décoré de broderies qui laisse les manches découvertes et le manteau est peint en bleu avec une bordure jaune. Dans le coin inférieur gauche se trouve une plaque portant l'inscription DIMI.DD.EDELANTONIA en bleu sur un fond de réserve nuancé de vert et d'orange avec un cadre de graffitis sur le fond bleu.Le type iconographique dérive d'un modèle de la Renaissance attribué à Benedetto da Maiano, dont le marbre original peut être identifié dans un relief de la National Gallery of Art de Washington (Samuel H. Kress Collection, inv. n° A 166), dont on connaît des versions en terre cuite et en stuc, mais aussi en majolique. Les reproductions du modèle, monochromes ou polychromes, en terre cuite, plâtre ou autre conglomérat plastique, produites d'abord par des usines toscanes, puis également par des ateliers d'Émilie et d'Ombrie, ont été très longtemps répandues.Cette plaque est particulièrement fidèle au modèle original, avec la présence du cadre et des deux angelots de part et d'autre du visage de la Madone, comme les œuvres similaires attribuées à Montelupo dans les Musées de Londres et de Boston. Bien que le goût de la coloration et la forte utilisation du bleu cobalt ne permettent pas d'exclure une production ombrienne ou peut-être des Marches, la plaque avec "Isoletta galante" du V&A n'exclut pas l'attribution toscane à Montelupo.L'attribution toscane à Montelupo, ainsi que la plaque récemment publiée avec la Vierge à l'Enfant, dans une pose différente, attribuée par Carmen Ravanelli Guidotti aux ateliers toscans, nous orientent vers l'attribution à Montelupo.

Informations de vente

firenze, Italie