1 / 9

Description
Traduit automatiquement par DeepL. Seule la version originale fait foi.
Pour voir la version originale, cliquez-ici.

13 

Giovanni della Robbia (Florence 1469 - 1529/1530)COUPLE DE VASES DECORATIFS AVEC COUVERCLES, FLORENCE, CIRCA 1520en terre cuite vernie, le vase en bleu céruléen, le couvercle avec une polychromie naturaliste ; 45x27x28 cm chacun UNE PAIRE DE VASES DECORATIFS AVEC COUVERCLES, FLORENCE, CIRCA 1520 ProvenancePeut-être Paris, Collection M. Kann ; Florence, collection privée. Kann ;Florence, collection privée Bibliographie comparativeA. Marquand, Giovanni della Robbia, Princeton 1920, p. 39 n. 35.1 ;G. Cora, Vasi robbiani, in "Faenza", XLV, 3-4, 1959, pp. 51-60 ;G. Gentilini, I Della Robbia. La scultura invetriata nel Rinascimento, Florence 1992, 275-279 nn. III.17-20 ;G. Gentilini (ed.), I Della Robbia e l'"arte nuova" della scultura invetriata, Florence 1998, pp. 276-278 n. III.18 ;G. Gentilini (ed.), I Della Robbia. Il dialogo tra le arti arti nel Rinascimento, Milan 2009, pp. 371-373 nn. 124-127, 129 Les vases sont du type amphore à deux anses, avec des anses en S en forme de dauphin - un élément fréquent dans les majoliques de la Renaissance comme allusion à l'eau - greffées sur le col, qui est à son tour décoré d'" écailles et de dards " brodés, un motif récurrent dans les vases de Della Robbia qui donne à l'amphore un caractère architectural d'urne. Le corps, aux proportions larges et droites, présente une forme composite, composée d'une coupe évasée, décorée de robustes chicanes en relief, et d'un volant orné de lacets géométriques diversement entrelacés, de type décor de marge miniature, séparés du reste par des cadres en saillie, dont le supérieur présente une faible ovolature. Le pied tourné, bas et solide, est au contraire composé de simples moulures polies agrémentées d'un anneau tressé. L'intérieur, étant donné la fonction purement décorative de ces récipients, n'est pas émaillé, tandis qu'au centre du pied, on peut voir un trou pour une ancre, réalisé pendant le processus de moulage. Alors que le vase, grâce à sa coloration efficace, simule une sculpture virtuose dans le précieux lapis-lazuli, le couvercle feint la beauté fragile et éphémère d'un bouquet luxuriant de fruits, de légumes et de fleurs, animé par la présence de petits animaux, selon une veine décorative propre à l'art de Della Robbia.La veine décorative est typique de l'art de Della Robbia et est utilisée avec beaucoup d'effet dans les guirlandes de blasons et de médaillons, dans les cadres et les festons des autels et des tabernacles et dans les vases et les paniers décoratifs. En règle générale, le bouchon est inséré dans le col au moyen d'une goupille cylindrique moulée en même temps. C'est Andrea della Robbia, sculpteur polyvalent et entreprenant, neveu du célèbre Luca dont il avait hérité le "secret" de la sculpture sur verre, qui, vers 1490, a lancé avec succès une production de vases ornementaux raffinés "all'antica".Il traduit en œuvres tridimensionnelles autonomes les paires qui, depuis quelque temps, étaient modelées en relief dans les cadres des retables de Della Robbia comme support des festons végétaux caractéristiques, émaillés pour simuler le marbre ou la pierre dure (lapis-lazuli et porphyre, le plus souvent en alternance). Des objets décoratifs qui, avec l'abondance de verdure, de fruits et de fleurs, faisaient allusion à la prospérité et à la fertilité de la famille - comme le suggèrent certains panneaux représentant la Naissance du Baptiste reproduits dans les fonts baptismaux de Giovanni della Robbia lui-même (San Leonardo in Cerreto Guidi, 1511 ; Pieve di San Donato in Poggio, 1513 ; San Giovanni Battista in Galatrona, 1518 etc.), où une paire de vases similaires apparaît sur le châlit - mais aussi, s'ils sont placés pour couronner des images sacrées, à la profusion de la grâce. Par la suite, parmi les nombreux fils d'Andrea actifs dans l'atelier des Della Robbia, c'est Giovanni lui-même, enclin à une veine décorative exubérante nourrie par le répertoire archéologique en vogue au début du XVIe siècle, qui est principalement responsable d'une production conséquente de vases vernissés. ovoïdes ou amphores, de complexité croissante, le plus souvent reproduites à l'aide de moulages, mais présentant souvent des variantes dans l'ornementation. Les nervures de la coupe, les anses en forme de dauphin, fréquentes car elles font allusion aux eaux, et la broderie en écailles, qui donne un caractère architectural à la forme d'une urne, sont des ornements d'inspiration classique qui reviennent dans les vases de Rocca.récurrente dans les vases de Robbia, bien que dans des parties différentes (parfois les écailles couvrent le corps) et avec quelques variations (par exemple, les chicanes sont souvent profilées et moins proéminentes, surtout dans les exemples les plus anciens), ainsi que la frise d'entrelacs, utilisée, avec différents types de nœuds, aussi bien dans les oranges que dans la plus simple des trois typologies

Informations de vente

firenze, Italie