LYNDA TROUVÉ - un plastron d'armure s'envole à plus de 100 000 €

mardi 12 avril 2022
Qui aurait pu deviner l'engouement, en cette semaine du 11 avril à l'Hôtel Drouot, pour le militaria des XVIe et XVIIe siècles ? C'est Lynda Trouvé qui a commencé par une belle bataille d'enchères, mardi 12, avec un plastron d'armure polonais de la seconde moitié du XVIIe siècle, vendu 112 640 €*.

Ce plastron d'armure était proposé aux enchères aux côtés du contenu d'une Commanderie templière du XIIe siècle. Nichée au cœur d’un village de Vendée, patiemment restaurée, la bâtisse est devenue au fil du temps l’antre d’un chineur invétéré, le Comte Guy de La Garde. Collectionneur, marchand, amoureux de vieilles pierres, sa passion pour les objets, son œil, son sens de la mise en scène auront su créer en ce lieu historique une atmosphère unique, sachant réunir des thématiques très variées. 
 
      
 

De fer battu et de laiton, le plastron est constitué de quatre parties articulées. Il est orné de deux rosaces pectorales, l'une en laiton découpé à décors géométriques ; l'autre en fonte de bronze à décor de l'archange Saint Michel cavalier. La partie inférieure est enrichie de quinze rosaces de laiton rivetées. Ce plastron provient d'un uniforme des célèbres hussards ailés polonais.

Leur silhouette est reconnaissable par le cadre dorsal en bois enrichi de plumes d'aigles, dont cette unité tient son nom. Les hussards polonais sont les ancêtres des hussards français : le roi Louis XIII, connaissant les valeurs militaires de ces hommes, en fit intégrer à ses armées. Aujourd'hui encore, ces hussards sont auréolés de panache et de faits d'armes glorieux, notamment sous l'Empire avec des hommes tels que le Général Lasalle.

La rosace en bronze fondue reprend le symbole de l'archange Saint Michel chassant le diable du paradis. Il y est représenté à cheval et l'on peut penser que le cavalier portant cette cuirasse s'identifiait à ce saint dans son combat. Le contexte dans lequel a été produit cette pièce se prête parfaitement à ce type d'allégorie. En effet, cette période a été marquée par une seconde invasion ottomane qui n'était pas seulement une guerre de territoire mais bien aussi une guerre de civilisation et de religion.

Cette pièce est évocatrice du siège de Vienne de 1683, lors duquel la cavalerie polonaise libéra la ville de l'emprise ottomane et connut une victoire écrasante. 


* montant frais inclus

Partager sur
Lynda Trouvé

Tableaux, mobilier et objets d'art

Vente : mardi 12 avril 2022
Salle 6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot 75009 Paris, France
Maison de vente
Lynda Trouvé
Tél. 01 88 32 09 56