TESSIER & SARROU - 135 890 € pour l'épée d'académicien de François-Antoine Boissy d'Anglas

vendredi 04 février 2022

Expert : Jean-Claude Dey

Vendredi 4 février, la maison de ventes Tessier & Sarrou présentait une vente consacrée aux souvenirs historiques. Médailles, décorations, épées et costumes, objets décoratifs, tableaux et meubles, documents et manuscrits se succédaient donc. Deux amateurs ont créé la surprise dès le début de la vente, tandis que l'État français manifestait son intérêt pour un ensemble de photographies.

Dès le début de la vente, une épée estimée entre 6 000 et 8 000 € a créé la surprise, en s'envolant 135 890 €*. Les deux amateurs qui ont fait grimper les enchères ont mis en lumière cette épée d'académicien qui avait appartenu à Monsieur François-Antoine BOISSY D'ANGLAS (1756-1826). L'objet en argent ciselé est gravé « Épée de François-Antoine Boissy d'Anglas élu à l'Institut le 3 août 1804 ». Fils d'un médecin protestant de l'Ardèche, Boissy d'Anglas a étudia le droit et s'installa ensuite à Paris où il fut avocat au Parlement. Il acheta l'office de maître d'hôtel de Monsieur, comte de Provence, le futur Louis XVIII. Il se fit connaître par sa critique de l'absolutisme et son combat en faveur des protestants. Élu député du tiers état aux États généraux de 1789, il vota pour l'appel au peuple, le bannissement de Louis XVI et le sursis (20 janvier 1793) puis en avril pour la mise en accusation de Marat. Élu membre du Comité de salut public le 25 frimaire an III, il fut chargé du ravitaillement de Paris ; il fut aussi promoteur du décret du 3 ventôse, instituant la séparation des Églises et de l'État et la liberté des cultes. Il est élu en septembre 1795 au Conseil des Cinq-Cents. En 1801, il est nommé au Tribunat, puis au Sénat conservateur en1804 et il retrouve son siège à l'Institut. Napoléon le fit comte d'Empire le 26 avril 1808 ; il fut nommé Pair de France 1815 ; il fut vice-président de la Société biblique et membre de 1803 à 1826 du Consistoire de l'Église réformée de France. Enfin, il reçut la distinction de Grand officier de la Légion d’honneur.
 


 
La grande toile représentant Raspail à la prison de Versailles : l'heureuse réunion, peinte par Balthasar Charles LARPENTEUR (1783-c.1846) en 1833, qui avait été largement saluée par les visiteurs lors de l'exposition avant-vente, a remporté 12 800 €. Cette huile de 153 x 192 cm représentait François Vincent RASPAIL (1794-1878) - au centre - entouré de ses trois fils et de ses compagnons du « Procès des 15 », qui condamnait la « Société des amis du peuple », un mouvement déçu des suites de la Révolution de 1830, hostile au régime de Louis-Philippe et pro-républicain. À sa gauche sur le tableau, le peintre s'y est représenté, crayon en main, et inclut Auguste Blanqui, Henri Bognasse et Théophile de Kersausic. Ce dernier tient dans la main « Le Réformateur », la gazette républicaine fondée par Raspail. De nombreuses allusions sont glissées dans le tableau pour faire écho aux multiples intérêts de Raspail : médecine, chimie, botanique, etc.
 

Enfin, parmi de nombreux documents et manuscrits, figurait un album regroupant 257 photographies que les Archives nationales ont préempté, pour 1 024 €. L'album avait appartenu au Général MALLARD, chef adjoint au protocole lors des voyages du président de la République Armand Fallières, entre 1906 et 1913.
 
   

Partager sur
Tessier & Sarrou et Associés

Souvenirs historiques, manuscrits, divers

Vente : vendredi 04 février 2022
Salle 6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot 75009 Paris, France
Maison de vente
Tessier & Sarrou et Associés
Tél. Tél. : 01 40 13 07 79