LA GALERIE JACQUES BARRERE - UNE HISTOIRE DE FAMILLE

Mardi 11 juin 2024

Au moment du Printemps Asiatique, la maison Giquello accompagnée d’Alice Jossaume, expert en arts d’Asie (cabinet Portier), mettra en vente à l’Hôtel Drouot une partie de la collection réunie par trois générations de marchands spécialisés en arts d’Asie, pour leur galerie parisienne.

M. Laden, le grand-père, importait des ivoires et des jades chinois ainsi que des soieries depuis le début du XXe siècle ; Jacques, le père, décide de les remplacer par des objets plus nobles : la porcelaine, les cloisonnés et surtout les sculptures, pour lesquelles il développe une indéfectible passion, propulsant la galerie au rang de référence internationale, et Antoine, le fils rejoint la galerie dont il prend la direction en 2008. Dans la continuité de l'héritage de son père, il apporte le regard neuf d'une nouvelle génération dans un marché de l'art mondialisé, attirant une clientèle internationale de grands connaisseurs d’objets d'exception.

Désireuse de se concentrer sur l’art bouddhique classique, la galerie Jacques Barrère a décidé de se séparer d’une partie de sa collection assemblée en cinquante années d’une riche activité, rythmée par de nombreux voyages en Chine et participation aux plus grandes foires de ce domaine. Les près 300 lots qui figurent dans cet ensemble offriront un riche panorama des arts de l’Inde au Japon, en passant par le Tibet, la Chine, le Cambodge, et le Vietnam.

La galerie Jaques Barrère continue d’acquérir en Europe et aux Etats-Unis les plus beaux objets d’art asiatique pour une clientèle internationale de grands connaisseurs recherchant les garanties les plus sérieuses et le gout le plus sûr.

Parmi les pièces les plus anciennes, une importante figure de cheval en bois portant des traces de polychromie, de la province du Gansu, dynastie Han (206 av. JC - 220 ap. JC) (estimation : 60 000 – 80 000 €) et un chameau en terre cuite à glaçure sancai, la tête levée, blatérant, dynastie Tang (618-917) (estimation : 8 000 – 12 000 €) illustrent de l’art funéraire qui se développe sous ces deux dynasties.

Plusieurs bronzes bouddhiques tibétains rythmeront cette vacation dont un couple divin Chakrasamvara et Vajravarahi, XVe siècle (estimation : 60 000 – 80 000 €) et une Tara blanche XVIIe siècle, richement parée de bijoux et d'une couronne (estimation : 60 000 – 80 000 €), qui proviennent de l’ancienne collection Guy Kaufmann, grand donateur du musée Guimet.

Toujours en art bouddhique, la collection comprend une sculpture khmer représentant une divinité féminine. Cette figure majestueuse illustre les principaux critères de la statuaire d’Angkor Vat durant la première moitié du XIIe siècle tant dans le choix de sa posture que du traitement. Cette sculpture de près d’un mètre de hauteur a été conservée dans la même collection particulière française depuis les années 1960 (Estimation : 20 000 – 30 000 €).

Pour les arts du Japon, un netsuke en buis signé Gessho représentant Nyo, Japon, époque Edo, XVIIIe siècle, frappe par le traitement porté au visage de cette divinité bouddhique : sourcils relevés vers l’arrière, regard féroce et bouche ouverte. Ses cheveux sont relevés en un haut chignon. Cette pièce rare avait été achetée 42£ lors de la vente de la collection Henri L. Joly à Londres en 1921 avant de rejoindre la collection Trower (estimation : 30 000 – 40 000 €).

Une console en ébène incrusté de nacre exécutée pour le palais impérial de Hue, Vietnam, XVIIIe-XIXe siècle, provient de l’ancienne collection de la Madeleine Oesch- Gonin (1908-1999), Galerie La vieille Fontaine en Suisse (estimation : 40 000 – 60 000 €). Son décor est emblématique du raffinement du mobilier de cour réalisé par les ateliers de Hué sous le mécénat des Nguyēn.

Si les collections impériales les plus précieuses ont été remises aux autorités de la République démocratique du Vietnam, peu de temps après la révolution d’août 1945, une grande partie du mobilier du palais fut détruite en 1947, puis durant l’offensive du Têt en janvier-février 1968. Il reste aujourd’hui de rares exemples de cet art impérial produit avant le XXe siècle.

Télécharger le communiqué de presse


Partager sur
Giquello

ARTS D'ASIE

Vente : mardi 11 juin 2024
Salle 1-7 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot 75009 Paris, France
Maison de vente
Giquello
Tél. 01.47.42.78.01