Drouot.com>Beaux Arts>Sculptures, bronzes>Sculptures en terre cuite

Sculptures en terre cuite

Lots recommandés

Vierge à l'Enfant en terre cuite émaillée blanc en fort relief. La Vierge en buste porte étroitement l'Enfant sur son côté gauche ; celui-ci entoure de son bras le cou de sa Mère dans un geste d'une grande tendresse ; le voile au bord froncé que porte Marie enveloppe également l'Enfant. Florence, atelier des Della Robbia, d'après un modèle de Lorenzo Ghiberti (1378-1455), seconde moitié du XVe siècle Hauteur : 58,5 cm - Largeur : 62 cm - Profondeur : 35 cm (quelques restaurations) Sur fond peint en bleu, dans un cadre cintré en bois mouluré Provenance : - ancienne collection Tony Mayer (1902-1997), attaché culturel à l'ambassade de Londres pendant la guerre, restée depuis dans sa descendance. Le modèle de cette Vierge est généralement rattaché à Ghiberti, bien que certains y voient une participation de Brunelleschi, son malheureux compétiteur au concours pour la porte du baptistère de Florence. Cependant l'exceptionnel sentiment d'intimité qui se dégage de ce groupe est à mettre en relation avec les Madones du premier, en particulier le modèle le plus reproduit au Quattrocento dont le Musée du Louvre conserve un exemplaire (inv. RF 786, fig.a). Celui-ci, où l'Enfant se blottit joue contre joue contre sa Mère, passant son bras autour de son cou, a été beaucoup moins interprété. On en trouve un exemplaire en terre cuite polychrome au Detroit Institut of Art de Cleveland avec des légères variantes comme le bord du voile qui n'est pas froncé (inv. 54.18, fig.b). L'art des Della Robbia, célèbre famille de céramistes de Florence, a été d'une particulière abondance et longévité. Si l'atelier produit essentiellement des œuvres conçues par Luca, Andrea ou Giovanni, on sait qu'il a mis son savoir-faire d'une grande technicité au service de commandes importantes venues d'artistes renommés comme Rustici ou Sansovino. Cette imposante Vierge en faïence blanche, unique exemplaire connu réalisé d'après un modèle de Ghiberti, a été vraisemblablement le fruit d'une commande spéciale de la part d'un riche commanditaire toscan séduit par ce sujet interprété ici d'une manière particulièrement émouvante. Une analyse par thermoluminescence confirmant la datation au XVe siècle de cette Vierge à l'Enfant réalisée par le Laboratoire CIRAM en date du 25 février 2022, n°0222-OA-154B, sera remis à l'acquéreur. Ouvrages consultés : - A. Parr, P. Barnet et A. Boström, Catalogue Italian Sculpture in the Detroit Institute of Arts, vol 1, Detroit, 2002, pp 85-87. - G. Bresc sous la dir. de, Les sculptures européennes du musée du Louvre, Paris, 2006, p 153. - E. Belli, Madonne Bardini, Florence, 2017, pp. 40-42. - F. Carta sous la dir. de, Email et terre cuite à Florence, Les œuvres des Della Robbia au musée de la Renaissance, Paris, 2018. A glazed terracotta Madonna and Child, Florence, Della Robbia workshops, after a model by Lorenzo Ghiberti (1378-1455), second half of 15th century

Estim. 20 000 - 30 000 EUR

Personnage grotesque en buis sculpté en ronde-bosse. Les pieds nus, debout et déhanché, le ventre en avant, il tient un bâton dans sa main droite, son autre main derrière son dos. Il est coiffé d'un bonnet agrémenté de plumes et d'une fleur, un bord relevé sur un côté retenu par une épingle. Il est revêtu d'une chemise au col ouvert bordé de fronces, la partie inférieure du vêtement ornée d'une frise de fleurons et garnie de rubans, ainsi que d'un pantalon moulant son ventre rebondi, à la braguette attachée par une aiguillette, présentant des bords festonnés sur les cuisses et la jambe gauche retenue par un lien noué sur le côté. Il porte en bandoulière un sac auquel est accroché un couteau. Son visage est difforme avec une bosse sur le front, le réseau veineux apparent, l'œil gauche déformé, un petit nez épaté, la bouche ouverte et tordue laissant voir deux dents de la mâchoire inférieure et le menton entouré de touffes de barbe ; il semble cacher un petit serpent dans sa chemise qui dessine un 8 sur sa poitrine velue ; terrasse naturaliste circulaire et moulurée. Pays-Bas, attribué à Pieter Xavery (Anvers, 1647 - Leiden, vers 1680), vers 1670/80 Hauteur : 29 cm Socle tourné (infimes manques, terrasse fendue et lestée au plomb) A carved boxwood grotesque figure, Netherlands, attributed to Pieter Xavery (Antwerp, 1647 - Leiden, circa 1680), circa 1670/1680 Cette extraordinaire statuette est remarquable tant par son sujet que par la dextérité de son exécution. La multitude de détails et le réalisme sans concession du visage difforme en font une œuvre fascinante. Le caractère pittoresque du sujet et son traitement caricatural renvoient à un artiste singulier du baroque flamand, Pieter Xavery qui semble s'être spécialisé dans ce type d'œuvre. On lui doit plusieurs terres cuites signées et datées de personnages grotesques comme les Deux Bouffons rieurs du Rijksmuseum (inv.N.M. 5667, fig.a) ou les deux bustes d'hommes en bronze qui lui sont attribués, également conservés dans ce musée (inv.R.B.K. 1959-50a et b, fig.b et c). Plusieurs détails communs aux Deux bouffons du musée d'Amsterdam et au petit personnage grotesque viennent à l'appui de cette hypothèse : le type de couvre-chef, la présence de verrues, les expressions particulièrement accusées jusqu'aux jambes des pantalons serrées au mollet par des accessoires. Des similitudes sont de même à souligner avec les deux bustes d'homme. Pieter Xavery est cependant connu pour ses sculptures en terre cuite, parfois en bronze ou en ivoire, mais aucun buis n'a été rattaché à son œuvre jusqu'ici. Cette statuette constitue ainsi une précieuse découverte illustrant admirablement cette verve très originale de l'art des Pays-Bas méridionaux.

Estim. 7 000 - 10 000 EUR