Drouot.com>Beaux Arts>Arts graphiques

Arts graphiques

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur les arts graphiques sans jamais oser le demander se trouve ici !
Issu du grec graphein, écrire, les arts graphiques se définissent comme l’ensemble des procédés techniques (dessin, estampe, design graphique…) permettant la conception visuelle ou la présentation d’une œuvre artistique.
Par extension, ils englobent tout procédé de reproduction d’images, comme la photographie.
Dans les ventes aux enchères en ligne d’arts graphiques, on trouvera donc des affiches, des dessins à l’aquarelle, à la gouache ou à la mine de plomb sur papier. Des feuilles anciennes ou contemporaines dont l’art du trait le dispute aux estampes, ces images imprimées obtenues par tirage à partir d'un support gravé ou dessiné : gravures, lithographie, sérigraphies, etc., l’essentiel est de faire impression. Les ventes d’arts graphiques font aussi la part belle à la photographie, des épreuves sur papier albuminé de Gustave le Gray, Brassaï, Doisneau, Robert Capa, aux tirages contemporains de Nan Goldin ou de l’agence Magnum, et même aux œuvres d’artistes du Street art (ou art urbain) dont les tags, pochoirs et graffitis sont passés de la rue aux salles des ventes et aux enchères en ligne. Le saviez-vous ? Un faux billet de 10 Pounds créé par Banksy, distribué gratuitement à la foule de Notting Hill en 2004, peut atteindre aujourd’hui des sommets à l'Hôtel Drouot. Kaws, Invader, Jonone sont également au rendez-vous.
Retrouvez sur Drouot.com les plus belles ventes aux enchères en ligne d’art graphique à Paris, dans toute la France et à l’étranger (Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie, Belgique, Suisse, Etats-Unis, etc.)

Voir plus

Lots recommandés

David Peters. Œuvre originale illustrant un couple de toucans réalisée à la gouache exclusivement en faveur de l'opération "Une tente une vie". Signé. 235 x 77 cm Artiste belge touche à tout infatigable, trempant son imagination bouillonnante, tantôt dans le rouge sang tantôt dans l’encre des ténèbres, David P. fait naître sous son pinceau frénétique une infinité de tableaux. Chacun nous ouvre la porte d’un monde parallèle, d’une autre dimension, peuplée de petits monstres taquins, de créatures démoniaques ou encore de nymphes à l’érotisme vénéneux. Brusseleir et zievereir de formation, il a déjà publié de nombreux livres dont « Le livre secret du dégoûtant », « Elephant man, anatomie d’un monstre », « 14-18 Belgique en guerre « , ainsi que la série « Beurk, la cruelle histoire de l’humanité » où il nous montre une nouvelle facette de son art en proposant des livres ludiques et éducatifs teintés d’humour qui raviront les adolescents friands d’imageries spectaculaires. Laissez vos sens plonger au cœur de ses univers historico-fantastico-érotico-burlesques. Site internet de l'artiste: http://www.davidp.be/ L'ORIG-AMI est un abri en carton mesurant 117 x 235 x 150 cm. Il est isolant, protecteur de part sa structure, repliable comme un accordéon, transportable comme un sac à dos et recyclable. L'abri pour sans-abri a été conçu sur le principe des origamis, technique japonaise de pliage du papier.

Estim. 500 - 1 000 EUR

Paul Emmanuel DURAND COUPEL DE SAINT-FRONT (1901-1987) dit MARIN-MARIE - Paquebot le Colombie Aquarelle gouachée, signée en bas à droite 67 x 101 cm (à vue)  (petites mouillures) Lancé en 1931 pour la Compagnie générale transatlantique, le paquebot Colombie fut réquisitionné durant la Seconde Guerre mondiale comme croiseur auxiliaire, transport de troupes et enfin comme navire-hôpital. Remis en service après la guerre, il est vendu à une compagnie grecque et finit par être démoli en 1970. Lancé le 18 juillet 1931 avec une coque noire pour la Compagnie générale transatlantique, il est mis en service le 02 novembre 1931 sur la ligne des Antilles mais fera régulièrement des croisières en Europe et dans les Caraïbes. Sa coque est repeinte en blanc en 1935, ce qui convient mieux à la ligne qu'il sert avec le Cuba. Le 17 novembre 1939, les forces marines françaises réquisitionnent le paquebot pour le convertir en croiseur auxiliaire. Il est alors renommé X 10. Le Colombie participe à l'expédition en Norvège en avril 1940 et au rapatriement des soldats français vers la métropole durant la percée allemande de mai 1940. Il finit par être désarmé en septembre 1940 à Toulon et est restitué à la Compagnie générale transatlantique qui le rebaptise Colombie. Il effectue cependant encore des missions de transport de troupe mais est sérieusement endommagé en novembre 1942 alors qu'il participait à l'Opération Torch. De 1942 à 1943, il est réparé et est transformé en transport armé pour effectuer des trajets entre les États-Unis et l'Italie sous pavillon américain. En janvier 1945, il est transformé en navire-hôpital, sa coque est peinte en blanc et des croix rouges sont mises sur son flanc. Il est alors rebaptisé Adela E Lutz dans le cadre de cette mission qui durera jusqu'en 1948. Le Colombie reçut la Croix de Guerre 1939-1945 pour son engagement durant ce conflit. En septembre 1948, le navire subit d'importantes transformations aux chantiers hollandais de Schelde. On supprima ses deux cheminées cylindriques, pour les remplacer par une unique cheminée profilée, et on le dota d'une nouvelle capacité en passagers (584 répartis en 3 classes). Il est ainsi remis en service le 12 Octobre 1950 sur la ligne des Antilles. En 1962, la Transat envisage de vendre le navire à un groupe américain qui veut l'utiliser pour des croisières le long des côtes mexicaines. Cependant, les transactions n'aboutissent pas, et le Colombie est finalement vendu le 17 mars 1964, à l'armement grec Typaldos. Il sera remplacé sur la ligne par le Flandre et Antilles. Renommé Atlantic puis Atlantica par son nouveau propriétaire, il finit par être vendu à la démolition en 1970.

Estim. 20 000 - 30 000 EUR